Revenir à la rubrique : Société

Véhicules électriques: Une doctorante de La Réunion planche sur le concept d’île intelligente

Tahina Ralitera est doctorante à l’Université de La Réunion. La jeune Malgache de 24 ans inscrite au laboratoire d’informatique et de mathématiques a choisi de faire une thèse sur « les véhicules électriques et l’île intelligente ». En troisième année de doctorat, elle utilise la simulation informatique et la modélisation dans le domaine du transport en véhicules électriques […]

Ecrit par Marine Abat - marine.abat@zinfos974.com – le mardi 10 octobre 2017 à 15H22
Tahina Ralitera est doctorante à l’Université de La Réunion. La jeune Malgache de 24 ans inscrite au laboratoire d’informatique et de mathématiques a choisi de faire une thèse sur « les véhicules électriques et l’île intelligente ». En troisième année de doctorat, elle utilise la simulation informatique et la modélisation dans le domaine du transport en véhicules électriques pour mettre en œuvre un outil d’aide à la décision. Rencontre.
 
Zinfos974 : Qu’est ce qui a motivé votre choix de thèse ?
Tahina Ralitera : J’ai voulu travailler dans le domaine de la construction des villes intelligentes, ce qui comprend plusieurs domaines, dont celui de la mobilité. J’ai choisi le sujet des véhicules électriques et éco-responsables parce qu’il me permettait de travailler avec des chercheurs de l’Imperial College London (qui travaillent sur la même thématique mais sur la ville de Londres). Et à La Réunion, où il y a des gros problèmes de circulation, l’utilisation des véhicules électriques n’est pas courante, il y a encore tout un chemin à faire.
 
Votre thèse a pour principal cadre l’île de La Réunion ?
Le premier cadre d’application est en effet La Réunion, mais il y a aussi Londres. Mais le but est de proposer une solution assez généraliste qui pourra être reproduite ailleurs (à Maurice, Au Japon, à Paris…).
 
Votre thèse a-t-elle vocation à être soumise aux politiques ?
Oui. Le logiciel en train d’être développé a pour finalité d’être un outil d’aide à la décision pour les décideurs. Il doit permettre de voir, dans le cas d’utilisation de véhicules électriques, où sont les meilleurs endroits pour placer les bornes, comment éviter les files d’attente, et quels sont les coûts au niveau de l’électricité…
 
Quel a été votre parcours avant le doctorat ?
Jusqu’en troisième année de fac, j’étais à Madagascar, à Polytechnique, à Tananarive. Grâce à une coopération avec l’Etat français j’ai pu obtenir une bourse d’excellence pour aller étudier en école d’ingénieur à la Réunion, à l’Esiroi. Et cette année, j’ai postulé aux bourses l’Oréal et j’ai été retenue. Je fais partie des 30 lauréates (sur plus de 1000 à passer le concours), c’est une véritable fierté et un gros soulagement.
 
Comment voyez-vous votre avenir après la soutenance de votre thèse ?
Dans l’idéal, j’aimerais rester à La Réunion pour y travailler, tout en faisant des missions à Madagascar pour aider au développement. J’aimerais travailler dans la recherche et l’enseignement. Pourquoi pas dans le privé, si ça reste dans la recherche. Soit sur le concept de ville intelligente ou avec ma casquette d’informaticienne sur l’intelligence artificielle.
 
Outre la science, quelles sont vos passions ?
La danse. Je fais d’ailleurs des spectacles et participe à des manifestations culturelles. Je fais de la danse traditionnelle malgache, mais aussi des danses de salons, de la kizomba et de la salsa.
 
Que souhaitez-vous dire aux femmes qui rêvent d’une carrière scientifique ?
Je souhaite délivrer un message d’encouragement aux jeunes filles. Il ne faut pas se laisser décourager par les stéréotypes. Les femmes ont leur place dans les disciplines scientifiques, tout autant que les hommes. Dans le cadre de la bourse qui m’est attribuée, avec ma casquette d’ambassadrice de la science, j’aide d’ailleurs à promouvoir la participation des femmes dans les parcours scientifiques, par le biais notamment d’interventions dans des établissements scolaires.
 
 —

Les bourses L’Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science 2017
Aujourd’hui, seulement 28% des chercheurs sont des femmes et seulement 3% des Prix Nobels scientifiques leur ont été attribués. C’est en partant de ce constat que la Fondation L’Oréal, en partenariat avec l’Académie des sciences et la Commission nationale française pour l’UNESCO, a mis en place un programme de Bourses L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science. Des bourses attribuées chaque année à 30 doctorantes et post-doctorantes pour les accompagner dans la suite de leur carrière.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

A La Réunion, 55 millions d’euros d’impôts ont été collectés en 2023 suite à des contrôles fiscaux

L’an dernier, sur les 536.000 foyers réunionnais qui ont rempli leur déclaration d’impôts sur le revenu, 92% l’on fait sur internet. Selon la Direction régionale des finances publiques, les fraudes constatées lors des contrôles fiscaux concernent principalement les entreprises. La nouvelle campagne déclarative des revenus, qui a débuté ce lundi 15 avril, verra l’intensification de la lutte contre la fraude via l’utilisation de logiciels informatiques et le croisement de données.

La Poste et la SEOR s’associent pour la création d’un Refuge Péi

La SEOR et la Plateforme Industrielle du Courrier de Saint-Denis ont collaboré pour transformer cette dernière en « site pilote » du programme Refuges LPO Péi en 2023, s’engageant à protéger la biodiversité locale et à sensibiliser les employés à la préservation de la faune et de la flore.

Des fermetures nocturnes à prévoir sur le boulevard Sud

Sur la RN6 boulevard Sud à Saint-Denis, pour permettre des travaux de fouille pour le raccordement au réseau électrique, la circulation sera interdite sur la contre-allée de la tranchée couverte Mazagran Doret dans le sens Nord/Ouest, de 20h à 5h les nuits du lundi 15 au mercredi 17 avril. Une déviation sera mise en place par la voirie communale.

Les Chroniques de tonton Jules #170

L’attaque de l’Iran sur Israël, la riposte prévisible d’Israël sur Téhéran, je ne vous en parlerai pas : toute la presse le fait et le fait bien. Mais encore faudrait-il, pour être informés, que vous écoutiez les radios, que vous lisiez les journaux, y compris en ligne, que vous visionniez les JT. Attention : je n’ai rien contre les réseaux dits sociaux mais ces derniers démolissent les neurones, le libre-arbitre et la raison critique : on avale le pré-cuit, on ne pense plus. Et ce sont bien ces derniers, libre-arbitre et raison critique qui nous distinguent de la paramécie.

Nos journalistes, je veux dire « nos vrais journalistes », contrôlent dix fois une information avant de la mettre en ligne. Les « faux journalistes », parés du nom d’influenceurs, ne vérifient jamais rien, comptant sur notre seule passivité. On constate alors que les bonobos et colibris nous surpassent côté cellules grises.

Je me contenterai, comme depuis pas mal de temps, de l’actualité courante ; laquelle contient suffisamment de quoi se lamenter, geindre ou s’esclaffer.

Fé roulé Férrère !

Une deuxième édition réussie pour le Festival de la Participation Citoyenne

Le Festival de la participation citoyenne, qui s’est tenu à Saint-Denis le 13 avril 2024, a réuni plus de 500 personnes autour de divers dispositifs de participation citoyenne, marquant également la clôture du Congrès Océan Indien de l’ANACEJ, avec des activités visant à renforcer la démocratie directe et l’engagement civique des Dionysiens.