Revenir à la rubrique : Social

Valence : Du personnel d’origine réunionnaise « traités de ressortissants » dénonce FO

Selon le syndicat FO, le directeur du centre pénitentiaire de Valence a qualifié les les personnels réunionnais de "ressortissants étrangers". Davantage le témoignage de "l’ignardise" que "d’un quelconque discours raciste", espère FO qui demande dans un communiqué à ce que des mesures soient prises rapidement.

Ecrit par Christelle Boyer – le samedi 05 décembre 2020 à 10H44
« La France ne serait pas la même sans les outre-mer. Cette France des trois océans contribue à la singularité de la voix de notre pays dans le monde. Elle est au fondement de notre identité nationale et de notre capacité, au XXIème siècle, à porter un discours universel, par les valeurs qui le sous-tendent, parce que la France n’est pas uniquement un pays d’Europe ». Extrait du discours la ministre des outre-mer lors de la présentation du livre bleu à l’issue des assises des outre-mer en 2018.

Hélas deux ans plus tard au sein de notre institution, le directeur du centre pénitentiaire de Valence n’a pas eu la même approche lors de l’accueil des nouveaux personnels mutés sur notre structure le 01/10/2020. En effet , ce dernier a même qualifié les personnels réunionnais de « ressortissants étrangers ». 

Or selon Larousse, un ressortissant étranger est une « personne protégée par les représentants diplomatiques ou consulaires d’un pays donné, lorsqu’elle réside dans un autre pays ». En d’autres termes, c’est une personne dont le pays d’origine n’est pas la France !

Nous espérons vivement qu’il s’agit là d’un véritable témoignage de l’ignardise dont il peut faire preuve plus que le témoignage d’un quelconque discours raciste , et pour cela tenons à préciser au directeur de la structure que le 19 mars 1946, la Réunion est reconnue département d’outre-mer français avant de devenir en 1997, l’une des sept régions ultrapériphériques de l’Union européenne. Cet ancrage historique témoigne bien du ressort géographique français dont relève la Réunion mais également prouve que l’on ne peut pas sonder l’impact de l’ignorance si on demeure noyé dans le monde de l’inculte.

Or si cela relevait de la dimension la moins entendable, nous rappelons que ces propos totalement injurieux n’ont pas leurs place au sein de notre administration et sont pénalement répréhensibles comme visé par l’article 225-1 du CP qui prévoir que :

« Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques sur le fondement de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur grossesse, de leur apparence physique, de la particulière vulnérabilité résultant de leur situation économique, apparente ou connue de son auteur, de leur patronyme, de leur lieu de résidence, de leur état de santé, de leur perte d’autonomie, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs mœurs, de leur orientation sexuelle, de leur identité de genre, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur capacité à s’exprimer dans une langue autre que le français, de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une Nation, une prétendue race ou une religion déterminée. »

Qualifier et stigmatiser les personnels selon leur race ou leur origine est purement scandaleux et contraire au principe de la République ainsi qu’aux obligations des fonctionnaires. Pourriez vous nous dire combien de personnels Réunionnais , Juifs, Arabes, Corse , ou Ch’ti composent l’effectif de l’établissement ?

La lutte contre les discriminations et la prise en compte de la diversité de la société française dans toutes ses composantes sont des engagements forts du Gouvernement. Premier employeur de France, la fonction publique a un rôle essentiel à jouer dans ce domaine. Ces rappels font suite au rapport relatif à la lutte contre les discriminations et à la prise en compte de la diversité de la société française dans la fonction publique en 2018.
Aujourd’hui le bureau local FORCE OUVRIÈRE, condamne ces faits et souhaite que des mesures soient prises rapidement afin de ramener un climat d’apaisement au sein de notre établissement et éviter toute forme de repli communautaire.

Amis Réunionnais attention, TI HACHE Y KOUPE GROS BOIS.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

MFR : Les salariés poursuivent leur mouvement de grève

En grève illimitée depuis la semaine dernière pour exiger de meilleures conditions de travail, les salariés de la Maison familiale rurale (MFR) située à la Plaine-des-Palmistes ont décidé de poursuivre leur mouvement, toujours soutenu par l’Union régionale 974 (UR974).

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.