Revenir à la rubrique : Social

UNPA: Un syndicat agricole « sans concession » et « indépendant »

Il se veut « sans concession » et « indépendant ». Le syndicat UPNA (Unis pour nos agriculteurs) a tenu, samedi matin, sa première assemblée générale à Bois Court au Tampon. Le syndicat créé en mars dernier suite à des élections en interne à la CGPER tendues, entend « s’inscrire dans le paysage agricole de La Réunion ».  L’on retrouve ainsi à plus […]

Ecrit par Zinfos974 – le lundi 18 juin 2018 à 15H14

Il se veut « sans concession » et « indépendant ». Le syndicat UPNA (Unis pour nos agriculteurs) a tenu, samedi matin, sa première assemblée générale à Bois Court au Tampon. Le syndicat créé en mars dernier suite à des élections en interne à la CGPER tendues, entend « s’inscrire dans le paysage agricole de La Réunion ».  L’on retrouve ainsi à plus de 80 % d’anciens adhérents du syndicat majoritaire, dont Jean-Bernard Gonthier désormais 2e vice-président de l’UNPA et président de la Chambre d’agriculture. « On ne s’y reconnaissent plus. Il n’y avait plus de démocratie », a déclaré Gislain Gonthier, coordonateur et trésorier de l’UNPA. 

Les 250 adhérents réunis samedi ont donc posé les engagements du syndicat, dans un contexte où le pouvoir d’achat des agriculteurs a régressé: « travailler à l’intérêt collectif des agriculteurs de La Réunion en particulier les petits et moyens qui représentent 75% de notre profession; proposer un projet agricole pour les agriculteurs cohérent avec le diagnostic de terrain ou encore porter la voix des agriculteurs au niveau de l’Assemblée nationale et de l’Union Européenne pour renforcer les spécificité de l’agriculture réunionnaise ».

Un soutien des agriculteurs également « après une convention canne ratée où les planteurs n’ont rien gagné » et avec une « Politique Agricole Commune 2021-2027 en danger ». « L’annonce du projet de budget de l’Union européenne 2021-2027 présenté par la Commission européenne prévoit une baisse de 5% des fonds alloués à la PAC. Cela représente potentiellement moins de 11 millions d’euros pour l’agriculture des Départements d’Outre Mer », rappelle le syndicat qui se mobilisera mardi à 10h devant la préfecture pour déposer une motion.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.

SPL Estival : Le redressement judiciaire prolongé de trois mois

Le tribunal de commerce de Saint-Denis a prolongé jusqu’au 22 mai le redressement judiciaire de la SPL Estival, le temps d’affiner les contours du nouveau plan de sauvegarde économique (PSE) ébauché après la grève des salariés, en fin d’année dernière. Pour garantir la survie de l’entreprise publique de transport, environ 70 salariés auront le choix entre accepter une baisse de leur rémunération, ou partir dans le cadre d’un licenciement économique.