Revenir à la rubrique : Société

Une jeune Portoise décroche sa place dans la prestigieuse école Sciences Po

Raïve Mouchitali, étudiante au Lycée Jean Hinglo du Port, a présenté cette année le concours d’admission de Sciences Po. La jeune réunionnaise de 18 ans vient d’obtenir le précieux sésame, et s’envolera très bientôt pour la métropole.

Ecrit par Charlotte Lebreton – le mardi 25 août 2020 à 10H10

Intégrer le prestigieux Institut d’études politiques de Paris, communément appelé Sciences Po, beaucoup en rêvent mais rares sont ceux qui y parviennent. Raïve Mouchitali, une jeune Portoise scolarisée au Lycée Jean Hinglo, l’a fait. Elle est cette année lauréate du concours d’admission de cet établissement d’enseignement supérieur, dont la réputation n’est plus à faire. 

La jeune fille fait partie de la petite promotion réunionnaise qui accède, chaque année depuis 8 ans, à Sciences Po, en bénéficiant du processus des Conventions d’Éducation prioritaire (CEP) conclu avec les lycées. 

Pour célébrer sa réussite, la Ville du Port l’a mise à l’honneur lors d’une cérémonie qui s’est tenue le mercredi 19 août. Accompagnée de son père et de sa soeur, elle a été reçue par le maire, Olivier Hoarau et son conseil municipal, qui se disent « fiers de la compter parmi leurs administrés ». Etaient également présents le président de l’association Sciences Po Réunion, le proviseur du lycée Jean Hinglo et le professeur coordonnateur du dispositif.

« Un modèle de réussite, un exemple pour la jeunesse portoise et réunionnaise »

L’assemblée n’a pas tari d’éloges à l’égard de Raïve Mouchitali. « Vous faites la démonstration qu’on peut atteindre l’excellence sans faire partie des cercles fermés des élites existantes » s’est félicité Olivier Hoarau. Et d’ajouter que « ce n’est pas parce qu’on est au Port qu’on ne peut pas réussir »

La jeune Raïve s’envolera bientôt pour la métropole, où elle pourra se préparer aux longues études qui l’attendent. Elle aura l’honneur de suivre les pas des nombreuses personnalités qui ont déjà foulé le sol de Sciences Po. A l’image de Simone Veil ou nombre d’anciens présidents de la République. 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] 8 000 euros offerts pour la restauration du Chemin de croix de la Chapelle Pointue

Samedi 18 mai, dans le cadre de la Nuit des musées, Allianz France a remis à Béatrice Sigismeau, vice-Présidente du Conseil départemental, qui représentait le Président Cyrille Melchior, un don de 8 000 € pour la restauration du chemin de croix de la Chapelle Pointue, au Musée de Villèle. Une cérémonie à laquelle participait également la Conseillère départementale Eglantine Victorine.

Coup d’envoi de la Marche des visibilités ce dimanche

La Marche des visibilités va s’élancer du Jardin de l’Etat, à Saint-Denis, ce dimanche après-midi à 14h. Cette quatrième édition se terminera sur le Barachois avec des prises de parole et performances artistiques. Le Mois des visibilités doit, lui, s’achever le 25 juin prochain.

Le prix des oignons péi flambe sur les marchés

Depuis le mois dernier et l’interdiction par l’Inde de toute exportation de sa production d’oignons, les familles réunionnaises versent une larme à chaque fois qu’elles doivent s’approvisionner. Un lecteur de Zinfos974 nous a ainsi fait parvenir une photo prise samedi sur le marché de Saint-Pierre, où le prix de l’oignon péi, certes bien meilleur que son cousin indien, se négocie à 18 euros le kilo !

« L’histoire de la Buse est assez emblématique de la carrière d’un pirate de l’époque »

Si le mythe réunionnais du trésor de la Buse se nourrit depuis plusieurs décennies des nombreuses annonces, jamais confirmées, de découverte d’une potentielle cache secrète, Charles-Mézence Briseul estime qu’il faut rompre avec la coutume de la chasse au trésor et privilégier une archéologie de la piraterie. L’auteur de « La Buse, la biographie du plus grand pirate français » souligne par ailleurs que les rares éléments tangibles disponibles témoignent des difficultés financières du marin calaisien après le célèbre pillage de la Vierge du Cap.