Revenir à la rubrique : Social

Une association pour mettre en lien porteurs de projets défavorisés et institutions

Afin de faciliter les démarches administratives des porteurs de projets, l’association E.V.A (Entreprendre, Valoriser et Accompagner) océan Indien vient de se créer à Sainte-Marie. La structure compte mettre à disposition l’expertise et les connaissances de ses membres « pour optimiser la volonté des porteurs de projets de s’inscrire socialement », explique son président, Johan Sellier. Composée d’une […]

Ecrit par SI – le mercredi 14 août 2019 à 11H23

Afin de faciliter les démarches administratives des porteurs de projets, l’association E.V.A (Entreprendre, Valoriser et Accompagner) océan Indien vient de se créer à Sainte-Marie. La structure compte mettre à disposition l’expertise et les connaissances de ses membres « pour optimiser la volonté des porteurs de projets de s’inscrire socialement », explique son président, Johan Sellier.

Composée d’une trentaine de membres, E.V.A océan Indien a pour vocation de servir de support aux jeunes et moins jeunes porteurs de projets sur le territoire et issus notamment de milieux défavorisés. À travers l’expertise et l’expérience de ses membres dans plusieurs domaines, l’association les aide dans leurs démarches. « Nous avons constaté qu’il y avait à La Réunion pas mal de talents mais dans certains cas, les projets n’aboutissaient pas par manque d’accompagnement ou de connaissances administratives. Ce que nous proposons, c’est cette écoute et cette proximité qui vont peut-être mettre en confiance ces porteurs de projets », explique Johan Sellier.

Si les institutions « font leur travail » dans domaine de l’accompagnement, le président d’E.V.A Océan Indien joue la carte de la « proximité » entre l’association et les quartiers populaires. « Certains jeunes issus de ces quartiers ont parfois peur ou honte d’aller frapper aux portes des institutions et de ce fait, leurs projets restent aux oubliettes. Il y a une histoire de proximité que nous pouvons avoir contrairement aux institutions. Nous faisons le lien entre les deux mondes », ajoute-t-il.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

MFR : Les salariés poursuivent leur mouvement de grève

En grève illimitée depuis la semaine dernière pour exiger de meilleures conditions de travail, les salariés de la Maison familiale rurale (MFR) située à la Plaine-des-Palmistes ont décidé de poursuivre leur mouvement, toujours soutenu par l’Union régionale 974 (UR974).

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.