Revenir à la rubrique : Social

Un père séparé de sa fille depuis un an

Le père d'une petite fille de 5 ans dénonce le comportement de son ex-compagne qui refuserait de le laisser voir l'enfant sans raison, selon lui, depuis un an. Il reproche aussi aux lois d'être "en faveur des mères".

Ecrit par SH – le vendredi 26 mars 2021 à 17H15

Ça fait plus d’un an qu’il n’a pas vu sa fille sereinement. Presqu’un an qu’il ne l’a pas aperçue. Après 13 ans de relation avec son ex-compagne, Patrick Maurel vit un cauchemar depuis leur séparation. Sa petite de 5 ans, il ne la voit plus.

Le Dionysien accuse la mère d’interdire toute interaction avec la petite, même téléphonique, en impliquant également l’école qui « n’écoute que la maman ». Il ne parvient donc pas à parler à son enfant, ni d’obtenir des informations liées à sa scolarité et sa santé. « Mes droits d’autorité parentale ne sont pas respectés même dans le milieu scolaire, affirme-t-il, les lois doivent être respectées même en l’absence et dans l’attente d’un jugement des affaires familiales ». 

« C’est horrible, il n’y a même pas un mot pour décrire ce qu’un père peut ressentir »

Aujourd’hui, Patrick Maurel affirme que le phénomène est répandu. « J’ai rejoint trois associations, tenté des médiations, vu la police et engagé un avocat, s’indigne-t-il, mais rien ne fonctionne. Même les associations, face à l’absence de réponses de la maman, lui ont dit qu’elles ne pouvaient rien pour moi ».

Ce père accuse « le système judiciaire et les lois bafouées qui donnent automatiquement raison à la mère alors qu’un père peut aussi être victime de violences ». Car sa souffrance est réelle : « C’est horrible, il n’y a même pas un mot pour décrire ce qu’un père peut ressentir ».

Après plusieurs tentatives d’entrer en contact avec son ex, Patrick Maurel s’est vu condamné pour menaces avec interdiction d’approcher la victime pendant six mois. Une plainte de son côté ? Les autorités ne la prennent pas, assure-t-il. Sa nouvelle avocate a ainsi saisi en urgence le juge des affaires familiales dans l’espoir que ses droits, « qui sont de 50% car je l’ai reconnue », répète-t-il, soient défendus. Si le jugement lui est favorable, la mère de l’enfant est passible d’un an de prison et 15.000 euros d’amende pour non-représentation d’enfants si les termes du jugement ne sont pas respectés.

« Le temps est précieux à cet âge et ça passe très vite »

Malheureusement, ce père est loin d’être le seul dans ce cas. Plusieurs associations défendent les droits des pères à La Réunion. Dans ce cas, c’est Injustice 974 qui a « tout essayé », surtout au niveau de l’école de la petite, en vain.  « Je pense que les enfants ne doivent pas être coupés d’un des parents pour leur équilibre éducatif, affectif et émotionnel. Chaque parent a un rôle à assumer tout au long de la vie et les parents doivent se respecter malgré une séparation. C’est surtout dans l’intérêt de l’enfant mais que personne ne prend suffisamment en compte, poursuit-il, le temps est précieux à cet âge et ça passe très vite. On ne peut pas attendre et espérer qu’on nous entende ».

Patrick Maurel affirme avoir enfin obtenu le dernier bulletin de notes scolaires de son enfant, grâce au travail de l’association : « Une mince consolation ».

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

BTP : L’incertitude persiste pour 550 millions d’euros de commande publique prévue en 2024

Les entreprises du bâtiment et travaux publics, les syndicats, les bailleurs, les collectivités et les services de l’État ont approuvé ce vendredi une Charte d’engagement en faveur de la filière BTP à La Réunion. Outre des moyens financiers supplémentaires, le document donne naissance au Comité de crise du BTP, une instance qui se réunira mensuellement afin de suivre l’évolution de l’activité et traiter les blocages ou retards. Si 503 millions d’euros d’ordres de service seront engagés d’ici la fin de l’année, l’incertitude demeure pour environ 550 millions d’euros de travaux prévus mais dont le lancement avant décembre 2024 reste incertain.

Croix Marine : les mandataires judiciaires autorisés à reprendre leurs activités

Dans un courrier adressé ce jeudi aux salariés, l’administratrice provisoire de la Croix Marine a assuré qu’ils pouvaient reprendre leurs activités, les mandataires étant appelés à traiter en premier lieu les situations d’urgence. L’association a la charge de 1.500 majeurs protégés sous tutelle ou curatelle, lesquels n’ont plus accès à leur argent depuis deux semaines.

[Communiqué] Après le choc des européennes les exigences sociales doivent être entendues

Après les élections européennes du 9 juin marquées par une abstention record et une montée de l’extrême droite, l’intersyndicale de La Réunion appelle à un sursaut démocratique et social. Elle exhorte les travailleuses, travailleurs, retraités et étudiants à manifester le samedi 15 juin à 10h à la Préfecture de Saint-Denis pour défendre les droits sociaux et environnementaux et contrer la politique de régression sociale du gouvernement.

Des agriculteurs réunis à la DAAF dans l’attente des aides promises par l’État

Inquiets et dans l’attente d’aides de l’Etat, notamment celles liées aux dégâts causés par le cyclone Belal, des agriculteurs se sont rassemblés dans les jardins de la DAAF depuis 9h00 ce mercredi matin à l’appel de l’UPNA. Une réunion avec les représentants de la DAAF est fixée à 10h00, pour aborder les difficultés financières de la profession. Le syndicat n’exclut pas un sitting de plusieurs jours sur place.