Revenir à la rubrique : Culture

Un livre, deux auteurs : « Je vous écris de Kaboul », de Khatera Amine et Maurine Barjac

Découvrez la nouvelle chronique littéraire de Gilette Aho.

Ecrit par Gilette Aho – le dimanche 08 octobre 2023 à 11H04

Quand deux femmes se tiennent par la main au-delà des frontières : cela donne un excellent récit et le plaisir de lire d’une traite le début d’une amitié franco-afghane.

Maurine Barjac est journaliste à Paris. Khatera Amine est féministe, consultante pour l’ancien gouvernement à Kaboul et sa mère est journaliste au pays des talibans. Ces derniers ne supportent pas les femmes libres et encore moins celles qui écrivent.

Depuis leur arrivée au pouvoir avec pertes et fracas en Afghanistan (je n’oublie pas l’image d’une foule accrochée à un avion américain sur le tarmac de Kaboul en août 2021), les femmes n’ont plus le droit de travailler, les jeunes filles n’ont plus le droit d’étudier, les enfants (filles) n’ont pas accès à l’école mais elles peuvent se marier dès l’âge de 13 ans ! Bienvenue dans l’enfer afghan.

Alors, Khatera Amine, jeune sportive téméraire, enfermée dans sa burqua, pianote sur son téléphone portable à la recherche d’une journaliste qui pourrait l’aider à sortir de là, elle et sa famille. Maurine Barjac à Paris, va lui répondre. Ce livre est le résultat de leurs échanges multiples et variés.

Et voilà que le destin des femmes de là-bas nous est commenté en direct ; Khatera et Maurine s’écrivent, se confient, s’appuient l’une sur l’autre et partagent leurs sentiments, leurs valeurs.

Khatera à Kaboul relate un quotidien empreint de manques, de clandestinité et d’espoir, de l’impact de la religion (si on peut appeler ça une religion !) et du patriarcat en passant par les incompréhensions sociétales. Khatera veut juste vivre normalement

« En chacune de nous il y a cette force de dire non. Je ne suis pas l’héroïne de ce livre, j’ai décidé d’être celle de ma vie. Soyez la vôtre. »

Deux excellentes plumes pour un double témoignage plein d’humanité. Une belle qualité d’écriture pour une amitié qui vous marque pendant plusieurs jours après avoir fermé le livre. Ce livre fait parti de la sélection du jury pour le prix Témoignage Pèlerin 2023.

G. Aho

JE VOUS ECRIS DE KABOUL

KHATERA AMINE/MAURINE BARJAC

304 PAGES

ALBIN MICHEL

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

GTNN, éternel lover

Le docteur musical de l’amour, VJ Awax, vient de dévoiler le nouveau clip du crooner GTNN. « Contre moi » coche toutes les cases d’un tube ou autrement dit, un « Run Hit ».

L’hommage en couleurs de Regina Pisano

L’une des créatrices de contenus les plus connues à La Réunion, Regina Pisano, se lance dans la musique. Son premier single, « Les couleurs », est un hommage à son fiancé décédé et une célébration de la vie malgré la perte d’un être cher.

Clara, Kalipsxau, Benjam aussi ciblés par un pirate informatique

Plusieurs autres artistes ont été visés par le pirate informatique qui a déjà fait retirer les clips musicaux de Kénaëlle et Missty de la plateforme YouTube. Ce week-end, Sista Flo et Lucyana ont subi le même sort. Ce matin, c’est la princesse du Séga, l’ultra-populaire Clara, qui a vu deux de ses vidéos être suspendues suite à une réclamation. La reine du zouk, Kalipsxau, et le chanteur Benjam sont aussi concernés.

« L’histoire de la Buse est assez emblématique de la carrière d’un pirate de l’époque »

Si le mythe réunionnais du trésor de la Buse se nourrit depuis plusieurs décennies des nombreuses annonces, jamais confirmées, de découverte d’une potentielle cache secrète, Charles-Mézence Briseul estime qu’il faut rompre avec la coutume de la chasse au trésor et privilégier une archéologie de la piraterie. L’auteur de « La Buse, la biographie du plus grand pirate français » souligne par ailleurs que les rares éléments tangibles disponibles témoignent des difficultés financières du marin calaisien après le célèbre pillage de la Vierge du Cap.