Revenir à la rubrique : National

Un habitant de Roubaix découvre qu’il est un prince indien

Un trentenaire a découvert par hasard qu’il était le prince caché de Mysore, une ville de l’État indien du Karnataka. Si le titre n’est qu’honorifique, il pourrait hériter d’une fortune si la justice indienne lui donne raison.

Ecrit par 1776023 – le samedi 30 juillet 2022 à 08H32

L’histoire ressemble à un scénario de téléfilm de Noël, mais il est pourtant bien réel. Un Roubaisien a découvert par le plus grand hasard qu’il était le prince caché de Mysore, la deuxième ville de l’État indien du Karnataka et ancienne capitale du royaume de Mysore. Surtout, il peut obtenir un héritage plus que confortable grâce à cette hérédité.

Né en France en 1988, Dineshradja Urs est employé dans une banque. Il n’a que peu de connaissances sur ses origines indiennes et l’histoire de ses parents. L’homme de 34 ans sait simplement qu’il vient d’une famille aisée et que ce sont des raisons familiales qui ont poussé ses parents à immigrer en France. Le principal lien qu’il avait en Inde était avec la famille de sa mère dans la région du Tamil Nadu.
 

Le Covid a changé sa vie

Durant l’épidémie, Dineshradja Urs quitte son emploi dans la banque et se lance dans la communication pour les entreprises indiennes. Une entreprise de textile de la région du Kerala est intéressée et lui commande un site web, un plan de communication et une publicité. Ne disposant pas de gros moyens, le Roubaisien va jouer lui-même dans la pub. C’est à partir de là que tout commence.

La publicité tourne dans les cinémas de la région et beaucoup de monde croit reconnaître Yaduveer Krishnadatta Chamaraja Wadiyar, l’actuel maharadja de Mysore. La ressemblance est telle que la presse locale s’affole. L’agitation va éveiller la curiosité du trentenaire qui va creuser un peu plus sur ses origines.

Il découvre qu’il a un acte de naissance enregistré à son nom en Inde. Tout correspond à l’exception du nom de ses parents. Dineshradja Urs ne voulait toujours pas y croire, mais il restait intrigué par les raisons cachées qui ont poussé sa famille à partir de leur pays natal.

Héritier d’une fortune

C’est finalement les services fiscaux indiens qui vont le convoquer pour mettre les choses aux clairs. Trouvant une correspondance, il apprend qu’il est l’héritier d’un patrimoine exceptionnel réparti entre l’Inde et l’Europe. Dineshradja Urs n’y croit toujours pas et pense d’abord avoir été utilisé comme prête-nom.

Finalement, l’arbre généalogique mettra fin au mystère. Sa grand-mère était la soeur de l’actuel maharadja de Mysore. S’il ne peut pas obtenir le titre de roi, il peut posséder celui de prince. Un titre honorifique puisque la monarchie a été abolie dans la péninsule indienne.

La seule chose que souhaite Dineshradja Urs, c’est obtenir sa part d’héritage inscrite dans le testament de sa grand-mère. L’affaire est actuellement devant la justice indienne et pourrait prendre des années avant d’être jugée. Le trentenaire a donc repris un emploi à la banque en attendant, peut-être, de vivre sa vie de prince.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Contre l’alliance avec le RN, Eric Zemmour exclut Marion Maréchal-Le Pen de Reconquête

Les tensions sont vives au niveau national alors que les partis et représentants d’extrême-droite ainsi que ceux qui leur tendent la main s’entredéchirent. Marion Maréchal-Le Pen avait démarré les pourparlers avec Jordan Bardella pour une union d’extrême-droite en vue des Législatives. Une alliance rejetée par Eric Zemmour qui a accusé sa tête de liste des Européennes de l’avoir trahi. Il l’a donc exclue de son parti.

Emmanuel Macron propose une nouvelle majorité gouvernementale aux Républicains, Socialistes et Verts

Emmanuel Macron a exposé en fin de matinée, pendant une conférence de presse qui a duré près de trois heures, sa stratégie à une dizaine de jours du premier tour des élections législatives consécutives à sa décision de dissoudre l’Assemblée nationale.

Il a invité à un rejet des extrêmes, le Rassemblement National (RN) et La France Insoumise (LFI), même s’il ne les cite pas explicitement, et à une réunion des démocrates au sein d’une nouvelle majorité de gouvernement et autour d’une « fédération des projets » des républicains comprenant selon lui les sociaux-démocrates, la droite gaulliste et les écologistes.

Les premières réactions, aussi bien au Parti Socialiste (PS) que chez Les Républicains (LR), semblent indiquer qu’ils ne sont pas prêts à franchir le pas. En tous les cas, pas avant le premier tour. Il pourrait en être autrement après le 7 juillet, dans l’hypothèse où ce serait le seul moyen d’éviter une arrivée du RN au pouvoir.

Législatives 2024 : Emmanuel Macron présente son programme

Le président de la République s’est exprimé ce mercredi midi au sujet des Législatives 2024. Il a d’abord salué le travail de son gouvernement face à l’effritement de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale, avant d’évoquer les résultats des Européennes et les mesures qui seront au cœur du programme pour les élections législatives.

Le RN arriverait en tête selon un premier sondage sur les intentions de votes aux législatives

TF1 vient de publier les résultats d’une enquête menée par l’Ifop sur les intentions de vote au premier tout des législatives du 30 juin prochain auprès d’un échantillon de 1 089 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 1 205 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, réalisée du 10 au 11 juin 2024. Les chiffres sont des pourcentages des suffrages exprimés.
On découvre que le RN arriverait dans toutes les hypothèses en tête, mais qu’il serait talonné par la Gauche. Le parti d’Emmanuel Macron serait distancé.
Attention. Il ne s’agit là que d’un sondage réalisé à trois semaines du scrutin. Mais surtout, il ne s’agit que de projections sur des pourcentages de votants du premier tour et ne correspondrait en rien avec le nombre d’élus susceptibles de se faire élire au second tour. Il ne tient bien évidemment pas compte des consignes de vote qui pourraient être données (ou ne pas être données) par les candidats battus du 1er tour. Et ne répond par exemple pas à la question d’un éventuel front républicain anti-RN.
Mais surtout, il ne peut anticiper l’éventuel « effet de vague », c’est à dire la dynamique dont pourrait profiter le RN après sa victoire aux Européennes.