Revenir à la rubrique : Faits divers

Trois ans ferme pour le gramoun qui a agressé sexuellement sa petite fille

Un sexagénaire était jugé vendredi dernier en comparution immédiate pour l'agression sexuelle de sa petite fille. Depuis deux ans, ses gestes devenaient de plus en plus insistants envers l'enfant, qui a montré une force de caractère exceptionnel. Le tribunal l'a condamné à quatre ans de prison, dont trois ans ferme.

Ecrit par G.D. – le dimanche 21 avril 2024 à 11H36

C’est le drame qu’aucune famille ne veut connaître. Roger*, un homme approchant les 70 ans, était jugé en comparution immédiate pour avoir agressé sexuellement l’une de ses petites filles depuis deux ans. Le gramoun ne cessait d’avoir des gestes de plus en plus insistants envers elle, allant jusqu’à lui faire regarder des films pornographiques.

Heureusement, la jeune fille a toujours eu la force de le repousser à temps avant d’en parler à sa psychologue. Une force de caractère qu’elle a démontrée durant l’audience où c’est elle qui soutenait sa mère et sa grand-mère en pleurs. « Je pense qu’en vrai, il ne regrette pas », déclare-t-elle au tribunal.

L’expertise psychiatrique du prévenu va relever un défaut d’inhibition sexuelle ainsi qu’une persistance de fantasme pour la victime. Le médecin confirme une dangerosité avérée chez le gramoun qui ne peut expliquer les raisons qu’on l’ont poussé à agir.

« Derrière le visage du papi inoffensif, il y a un prédateur »

Pour Me Julie Daguenet, qui représente la partie civile, le prévenu voulait « aller plus loin, mais heureusement qu’elle a eu la force de le repousser. Il est plus loquace quand il est seul avec elle et a tenté de la dissuader de parler en usant de son empathie. Derrière le visage du papi inoffensif, il y a un prédateur. »

« Être victime n’empêche pas d’avoir de l’affection pour son agresseur, c’est la complexité de ces dossiers. Elle ne comprenait pas tout et ne pouvait pas le détester directement », souligne la procureure qui réfute l’argument de la pulsion. « Dans les cas d’inceste, ce n’est pas une pulsion, car les agresseurs connaissent leur victime depuis longtemps et savent parfaitement cacher leurs méfaits qu’ils ont prémédités ». Elle requiert une peine de trois ans de prison, dont deux avec un sursis probatoire et une interdiction contact avec la victime et tous les mineurs.

« Elle attend une explication de ma part, mais je n’en ai pas à lui donner malheureusement, car il n’est pas loquace », souligne Me Sameïdha Mardaye pour la défense qui ajoute « qu’il a compris qu’il est allé trop loin. Il a déjà une sanction chez lui où il est mis à part. »

Finalement, le tribunal va aller plus loin que les réquisitions en prononçant une peine de quatre ans de prison, dont un an avec un sursis probatoire. Il a une interdiction de contact avec la victime et une interdiction définitive d’exercer toute activité avec les mineurs.

*Prénom d’emprunt

Thèmes : Faits-divers
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Saint-Pierre : Il perd 20 euros et menace de mort sa copine avec une hachette

Un homme de 25 ans a été jugé en comparution immédiate par le tribunal de Saint-Pierre pour des violences sur sa conjointe. Après avoir perdu 20 euros, il l’a accusée de lui avoir volé l’argent avant de la frapper et de la menacer avec une arme. Il a été condamné à 24 mois de prison, dont 14 mois avec sursis.