Revenir à la rubrique : Economie

TPE et PME se mobilisent contre l’extension des 50 € du Cospar

La Confédération générale des petites et moyennes entreprises de La Réunion a désormais le soutien de 22 associations ou organisations syndicales d'artisans, TPE et PME, et de l'association "Momon papa lé la", pour dire non, avec plus de force, à l'extension des 50 € contenus dans l'accord Cospar. Un courrier en ce sens, a été adressé au Premier ministre François Fillon.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le lundi 27 juillet 2009 à 12H17

Pascal Thiaw-Kine, président de la CGPME, a rappelé que son organisation s’est opposée à cette hausse de salaire de 50 € demandée par le Cospar, dès le 5 mars, c’est-à-dire dès le coup d’envoi des négociations.

“Malheureusement, l’État ne nous a pas écouté car la CGPME, seule à l’époque, n’était pas assez représentative du tissu économique de La Réunion”, ont regretté Pascal Thiaw-Kine, Georges Séry pour les ambulanciers et plusieurs autres intervenants dont Alain Cataye et Frédéric Vienne pour la profession agricole. Ce n’est désormais plus le cas.

« Ne faut pas rajouter de la crise à la crise”

Tout comme son vice-président, qui a participé aux discussions, le patron de la CGPME maintient que seule la prime d’intéressement est appropriée, « surtout dans le contexte économique et social actuel. Il ne faut pas rajouter du désordre au désordre ».

L’ensemble des représentants d’associations et organisations syndicales d’artisans, TPE et PME présent a expliqué pourquoi “il ne faut absolument pas étendre cette extension”. “Il ne faut pas rajouter de la crise à la crise”, a dit Laurent Boyer, président de l’Aveca.

« Des conséquences inattendues sur les revenus des ménages »

Patric Savatier, porte-parole de l’association « Momon papa lé la », s’est dit d’accord sur ce sujet avec les artisans, TPE et PME. “50 € d’augmentation, cela ne semble pas beaucoup, mais ces 50 € pèseront d’une sur la trésorerie et la gestion des entreprises, à terme des entreprises en faillite c’est moins d’emplois et plus de précarité”.

“Ces 50 € pourraient également avoir des conséquences inattendues sur les revenus des ménages : une aide au logement et des allocations familiales en baisse et plus de charges à payer comme la cantine scolaire…”

“Ce problème ne devrait pas se poser puisque nous n’avons les moyens de les payer. Ce n’est pas qu’on ne veut pas donner, c’est qu’on ne peut pas”, a indiqué Michel Alamèle, président de la Fédération des terrassiers de La Réunion. Ibrahim Patel de la Fédaction, lui, ne comprend pas comment le patron du Médef a pu signer un tel accord.

Le Médef sur le banc des accusés

“Sa décision relève de l’irresponsabilité, il n’es pas digne d’être à cette fonction. Il faut savoir que c’est le Médef et non le Cospar qui a transmis au gouvernement la demande d’extension des 50 €”, a dénoncé Ibrahim Patel de la Fédaction.

Toutefois pour ce nouveau collectif d’associations et d’organisations syndicales,“notre objectif est qu’on nous écoute, mais qu’on nous écoute vraiment, c’est pour cela qu’on a choisi de parler d’une voix plus puissante”, a souligné Bernard Caroupaye.

C’est un courrier adressé tout à l’heure au Premier ministre François Fillon qui leur sert de porte-voix. Une motion a été également déposée tout à l’heure à la préfecture.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Dérogation pour les produits de construction : « Une victoire écologique et sociale » pour Gaillard et Ratenon

Dans un communiqué, les députés Jean Hugues Ratenon et Perceval Gaillard saluent la décision du Parlement européen d’autoriser La Réunion et les autres territoires ultramarins à importer des produits de construction de pays tiers sans marquage CE. Une mesure permettant de réduire les coûts pour les entreprises et les consommateurs, tout en réduisant l’impact écologique associé au transport.

La CRC épingle la SAPHIR sur la gestion durable de l’eau

La Chambre régionale des comptes de La Réunion a publié son rapport d’observations définitives sur la société d’aménagement des périmètres hydroagricoles de La Réunion (SAPHIR), après son premier contrôle initié en février 2023. Le rapport, qui a finalisé ses observations en octobre 2023, critique les pratiques actuelles de SAPHIR, soulignant sa dépendance financière aux ventes d’eau et ses modalités d’action qui ne s’inscrivent pas pleinement dans une gestion durable de l’eau.

Henri Nijdam : “Le Quotidien ne sera pas un journal low-cost”

Propriétaires depuis ce mercredi à minuit du Quotidien, Henri Nijdam et Jean-Jacques Dijoux ont livré quelques éléments sur le futur du journal. Aux lecteurs, les nouveaux hommes forts de ce pilier de la presse locale assurent que Le Quotidien nouvelle formule sera de qualité.