Revenir à la rubrique : Faits divers

Timide hommage de La Réunion aux 228 passagers de l’AF447

Il n’y avait qu’une trentaine de personnes, tout à l’heure sur le Barachois à Saint-Denis, pour un hommage sincère aux 228 passagers de l’Airbus A330-200 d’Air France. Paradoxe, il y avait plus de Brésiliens que de Réunionnais pour allumer les 228 bougies et lire un poème.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le samedi 06 juin 2009 à 19H19

Ringo avait les choses bien. La banderole blanche sur laquelle il était écrit en bleu magenta “228 bougies pour nos frères et nos sœurs de l’AF447 Rio – Paris”, était déployée à côté des drapeaux tricolore et brésilien.

Valéria, serveuse aux Trois Brasseurs, et Enis Omar Rockel, guide interprète et conférencier, ont été parmi les premiers arrivés. “Il y a des embouteillages sur les routes, il y aura pas mal de retard”, avait prévenu Ringo, l’organisateur de la manifestation.

L’attente a permis quelques retrouvailles entre Brésiliens installés à La Réunion, “Je vis ici depuis 30 ans”, a dit Enis Omar Rockel. Des Français qui ont vécu quelques années au Brésil, étaient ravis d’échanger en portugais, langue nationale brésilienne.

C’est Ringo qui a donné le coup d’envoi pour allumer les 228 bougies, une pour chaque passager toujours porté disparu. L’émotion du public était sincère et intense. “Je prends souvent cette ligne Rio – Paris, il y a un an, j’étais dans cet avion. Cela aurait pu m’arriver”, a indiqué Valéria.

“Des amis m’ont appelé pour être sûr que je n’avais pas pris ce vol. J’ai appelé ma mère au Brésil pour la rassurer, pour avoir des nouvelles de nos proches. Nous connaissons ou fréquentons tous quelqu’un qui voyage également sur cette ligne”.

La peur et l’angoisse se mêlent au chagrin. “Notre souffrance est là, lancinante. Nous pensons à tous ceux qui ont perdu un membre de sa famille ou un proche dans cet avion qu’on n’a pas encore retrouvé. C’est sans doute cela qui est le plus dur à vivre, pour eux comme pour nous”, a expliqué Valéria.

“Le Brésil a décrété trois jours de deuil national, mais nous, nous serons en deuil jusqu’à ce qu’on est retrouvé l’avion et puis après également”, a renchéri Enis Omar Rockel. Le guide interprète installé depuis trente ans à La Réunion, reçoit par mail des informations du Brésil.

Dans le poème brésilien lu en français, la tristesse et la souffrance ont laissé, au fil des vers, une lueur d’espoir, de petites flammes des petites bougies dansant au gré du vent avant de vite s’éteindre, et laissant à nouveau seules les dernières lumières du soleil couchant.

Qui renaîtra demain dès l’aube à l’heure où bleuit la montagne…

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Ste-Marie : Les gendarmes interviennent et mettent fin à un rodéo

Alors qu’ils intervenaient pour intercepter un jeune homme qui faisait du rodéo, les gendarmes de la brigade de Sainte-Marie ont été pris à partie par des individus qui leur ont jeté des pierres. Comme indiqué sur la page Facebook de la gendarmerie, les militaires ont appréhendé le contrevenant qui est convoqué devant le tribunal pour répondre de ses actes.

Colis suspect : Suspicion de poudre blanche à l’agence Citya de St-Denis

Déploiement impressionnant des forces de l’ordre vendredi soir à l’agence immobilière Citya de Saint-Denis. Une dizaine d’engins de la police et des secours sont présents. Une équipe de déminage et des ambulanciers ont fait le déplacement suite à une alerte au colis suspect au sein de l’entreprise située au carrefour de la Rue de Paris et de la rue Sainte-Marie. Le dispositif a été levé peu avant 20 heures. La substance découverte n’était ni chimique, ni explosive. Elle a été envoyée dans un laboratoire pour analyses. Une information exclusive de Zinfos974.