Revenir à la rubrique : Société

Témoignage : « Après la sleeve, j’ai perdu du poids, mais aussi ma joie de vivre »

Carole Hoarau a certes perdu beaucoup de kilos, 80 % de son poids en quelques mois, mais à quel prix. Il y a deux ans, elle a subi une sleeve, une technique qui consiste à retirer un tiers de l’estomac. Si l'opération s'est bien passée, l'après se fait avec difficulté, tient-elle à témoigner.

Ecrit par PB – le dimanche 28 février 2021 à 17H44

Loin d’être miraculeuse la chirurgie bariatrique est une technique qui comporte des risques. L’opération s’inscrit dans un parcours et une préparation bien précise. Carole Hoarau s’est décidée après un malaise cardiaque. Ancienne mannequin ronde, la quadragénaire n’aurait jamais fait l’opération sans cette alerte médicale. « Ça s’est passé sans complication, à priori. La suite a été très difficile ». 

Carole a respecté l’ensemble des recommandations de son médecin : manger liquide dans un premier temps puis ingérer de petites quantités; manger lentement et équilibré; éviter les aliments trop gras et trop sucrés ainsi que les boissons gazeuses. Sa perte de poids a été fulgurante. Mais Carole a également perdu « sa joie de vivre ». Outre la perte de cheveux, des ongles et les dents fragilisés, elle décrit des douleurs et des reflux gastriques qui l’empêchent de dormir si par malheur elle s’est octroyée un petit plaisir gustatif. Fini le « riz-grain-cari », deux ans après l’opération impossible de déguster ces plats qui font partie de son ADN, son estomac ainsi réduit ne le supporte plus. 
 

 

Au delà du plaisir de manger, Carole regrette ces moments conviviaux et chaleureux passés à table.  « J’ai frôlé l’anorexie », confie-t-elle. D’ordinaire dynamique, joyeuse et sociable, « l’opération a changé ma personnalité, mon mode de vie », avoue celle qui fait du théâtre, est investie dans différentes associations et anime des émissions de télévision. « Il y a aussi le regard des proches qui pensent que je suis atteinte d’un cancer ou je ne sais quelle autre maladie ». 

 

Accepter son nouveau corps, sa nouvelle image

La douleur deux ans après est donc physique et morale. « Je regrette pas l’opération c’était pour sa santé. Je regrette mon ancienne image et ma joie de vivre ». Carole veut donc alerter sur les conséquences de la sleeve. « Il y a un tabou sur l’après. Ce n’est pas un remède miracle. Beaucoup de femmes n’osent pas dire qu’elles se sont faites opérer parce qu’elles sont jugées. On a l’impression que c’est une solution de facilité. Il faut alors toujours se justifier, expliquer ». 
 
Comme elle avait accepté ses rondeurs, Carole doit désormais accepter son nouveau corps et tous les changements que la sleeve a occasionnés. Pour se retrouver, l’ancienne mannequin est donc retournée à la photo, sa thérapie.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Baccalauréat : Début des épreuves ce mardi

Après le passage des épreuves écrites anticipées de français le vendredi précédent, l’attention se tourne désormais vers les élèves de Terminale des filières générale et technologique, qui s’apprêtent à débuter leur marathon d’examens pour décrocher le baccalauréat général et technologique.

Une campagne de communication à l’occasion de la journée du don d’organes

Afin de marquer la Journée nationale de réflexion sur le don d’organes, la greffe et la reconnaissance du donneur qui aura lieu le 22 juin, le CHU de La Réunion, l’Agence Régionale de Santé La Réunion et l’Agence de la Biomédecine, en partenariat avec la Région Réunion, lancent une campagne de communication locale « Parlons don ! ». La Direction Générale du CHU et ses partenaires ont organisé une conférence de presse ce jour pour le lancement de cette campagne inédite.