Revenir à la rubrique : Courrier des lecteurs

Tant de petites incivilités qui font de tous des délinquants

Tous les jours, à pieds, en voiture, sur les trottoirs, sur la route, ailleurs, nous observons mille et une petites incivilités qui certes ne vous paraissent pas bien graves mais participent de par notre nombre, à un monstrueux cafouillage.

Ecrit par jihelge@jihelge.fr – le mardi 24 février 2009 à 23H16

Aucune image à la une trouvée pour cet article.

Boulevard sud, à hauteur du lavoir de la Providence, 16 heures, une petite école déverse son lot d’enfants qui sont prestement emmenés par leurs maman. Le boulevard Sud a ses trottoirs bordés de barrière à cet endroit afin de canaliser les piétons vers les passages protégés et les feux tricolores.
Mais non, maman, avec marmailles à la main, marche sur la route et traverse là au milieu du flot des voitures, qu’elle invective et insulte.
Quel bel exemple pour les enfants. Le flot est alors ralenti, les voitures essaient d’éviter ces piétons indisciplinés et le bouchon s’établit.
Plus loin, rue Roland Garros, encore une sortie d’école, la file de voiture est bloquée, là bas une maman, jeune blondinette pimpante sort de l’école, fait monter sa petite fille à l’arrière du véhicule arrêté sur une des deux file, puis monte au volant du véhicule. Derrière la rue est complètement bloquée. C’est une voiture d’une auto-école dont les voitures sont blanche avec un nom qui commence par une forme de oui en anglais. Chapeau, madame la monitrice, usage personnel d’un véhicule de fonction, stationnement gênant, mais la suite n’est pas plus triste lorsque vous avez navigué de file en file et tourner aux carrefours avec les warnings allumés.
Plus loin, devant l’ancienne mairie, une moto est garée sur un emplacement payant, les agents de la police municipale sont en train de verbaliser les voitures, …. et pas la moto?
En ville les feux sont interdits, or c’est une manie du réunionnais que de faire bruler ses déchets (verts ou pas), votre linge qui sèche est plein de cendres, la maison sent la fumée, vous avez la migraine d’avoir respiré du CO² toute la nuit. Il y a un ramassage de déchets verts et d’encombrants par mois et des déchetteries en nombre suffisant dans chaque quartier. Mieux vaut emm..der ses voisins que de « bouzé zot ki ».
Fumer, boire, manger, téléphoner au volant, traverser quand le feux tricolores n’est pas pour les piétons. Feux grillés par les vélos. Vélos sur les trottoirs. Cannettes, et autres détritus abandonnés sur la voie. Sortir de la route encombrée, passer le rond point qui est dessous et remonter de l’autre coté. Rouler à gauche sur des dizaines de kilomètres parce qu’on a le clignotant et qu’on est à 105. Bus ou PL qui roulent à 110, et doublent des VL.
Vous l’avez compris on peut citer ainsi des dizaines de petites incivilités qui font de nous tous des délinquants. Si c’est le bordel autour de nous c’est d’abord que d’une façon générale, le respect du droit et les devoirs du citoyen c’est toujours pour les autres.
Une vue très égocentrique de la vie en société organisée. Le désordre le plus absolu et quant on veut le rappeler on parle de totalitarisme, de répression etc…
Il ferait bon que les français visitent un peu les autres pays, et que les étrangers qui sont chez nous se rappellent que s’il ne sont pas content, la première des libertés que leur donne notre démocratie libérale c’est le droit de partir.
Cette dérive qui vous semble insignifiante prend beaucoup plus d’ampleur car elle a des prolongements : délinquance juvénile, perte de valeurs, violences, vols,… (le piratage de mp3 c’est du vol aussi) monté d’intégrisme et refus de l’application de la loi française par des groupes communautaires (le refus du droit des jeunes des cités est du même ressort) mais également si les prix sont trop chers c’est que des lobbies de la grande distribution appliquent des marges qui pourraient être qualifiées de frauduleuses et condamnées par la DGCCRF.
Au lieu de cela, personne n’ose les attaquer de front, ils refusent d’obtempérer et ne donnent pas leurs chiffres (la délinquance a ses cols blancs). Vous voyez s’il n’y avait que des criminels, couteau à la main ou des grands bandits armés. Il y aurait finalement assez peu de désordre. Tout cela est accentué par une paralysie de nos institutions qui sont vilipendées ou attaquées chaque fois que le rappel à la loi ou à l’ordre est fait.
J’accuse à ce titre certains partis politiques et organisation syndicale d’être des incitateurs à la délinquance ordinaire et des destructeur des institutions par intérêt particulier.
Un délégué syndical ou un politicien a besoin de publicité racoleuse et démagogique, on bloque les routes et on revendique des slogans ridicules et irréalistes mais qui flattent le bon peuple qui y croit (un délégué syndical est payé pendant les grèves).
Un lycéen est pris avec un joint dans les chiottes du lycée et on bloque un périphérique. Ca n’émeut personne.
Des dizaines d’employés de TPE sont licencier, des centaines d’entreprises artisanales déposent le bilan, et le grand capital n’a même pas une égratignure. Ca devient plus une habitude, un réflexe qu’une réalité, pour une efficacité nulle.
Mais on s’en fout, on doit faire deux boxons démago-populo par an.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La paix dans les cœurs et le courage de l’esprit pour une extinction des foyers de tension.

Nous vivons dans un monde où les conflits et les tensions sont malheureusement monnaie courante. Des foyers de tension persistent dans de nombreuses régions, causant souffrances et désespoir aux populations concernées. Face à cette situation, il est plus que jamais nécessaire de faire appel à la paix dans les cœurs et au courage de l’esprit pour que nous puissions obtenir des actes tangibles dans la cessation de ces foyers de tension.