Revenir à la rubrique : Politique

Surrémunération : Chronique d’une mort annoncée ?

“Le dispositif actuel va disparaître. L’Etat procèdera de la même façon qu’avec l’Indemnité temporaire de retraite (ITR) pour faire passer son projet”. Sous couvert d’anonymat, politiques et syndicalistes indiquent que le devenir de la surrémunération et l’indexation de la vie chère à La Réunion, est “joué”.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le vendredi 05 juin 2009 à 12H21

“Jamais l’Etat ne touchera à la surrémunération si ça ne vient pas des syndicats nous avait dit à Paris, Yves Jégo, secrétaire d’Etat chargé de l’Outre-mer. C’était au moment de la modification de la loi sur l’ITR”, s’est rappelé Jean-Claude Bénard, secrétaire général de « Solidaires ».
C’est peut-être pour cette raison que les récentes propositions du PSR (Parti socialiste réunionnais) de “mettre fin au dispositif actuel de la surrémunération et de l’indexation de vie chère et d’instaurer un index de 20 % pour tous les salaires”, n’ont pas provoqué une levée de bouclier des syndicats de la fonction publique d’Etat.

Mais ce n’est plus le cas après la “première” qui est intervenue à Saint-Louis. En effet, le maire, Claude Hoarau, a titularisé une centaine d’employés municipaux mais sans leur accorder l’index de correction, soit une baisse de 14 % du salaire.
Cette fois-ci, la réaction a été immédiate. Le SAFPTR (Syndicat autonome de la fonction publique territoriale de La Réunion) s’est tout de suit élevé contre “ce procédé illégal”.  Les syndicalistes de la fonction publique d’Etat ont également réagi.
“Ce fait n’est pas innocent, c’est un premier pas vers la modification de la surrémunération de la fonction publique d’Etat”. Que ce soit au SNALC ou à Solidaires, le prochain déplacement à Paris servira à s’informer sur les intentions du gouvernement sur ce sujet.

“Si jamais, ces rumeurs se confirment, nous sommes prêts à refaire comme en 1997, c’est-à-dire 20.000 personnes dans les rues”, a déclaré M. Pradel, secrétaire général du SNALC. Patrick Corré, secrétaire général de la SGPEN-CGTR a une position tout aussi tranchée.
“Nous ne discuterons de l’évolution de la surrémunération à La Réunion, que lorsque nous aurons évalué la coût de la vie dans notre île”. Il y a unanimité des syndicats réunionnais sur ce point…

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Nous avons assisté à des procès d’intention indignes menés par des opposants à la nomination d’Huguette Bello à Matignon »

« Sa décision de décliner la proposition d’occuper le poste de Première Ministre contraste complètement avec les motivations de certain.e.s ». Les mots sont ceux de la présidente de l’Union des femmes réunionnaises et sénatrice de La Réunion, Evelyne Corbière-Naminzo, qui tient à saluer l' »engagement indéfectible pour plus de justice et de solidarité́ » d’Huguette Bello. Pour rappel, cette dernière a décliné ce dimanche la proposition de la France insoumise (LFI) et du Parti communiste français (PCF) d’occuper le poste de Première ministre. Saluant le « parcours politique exemplaire » de la présidente de Région, Evelyne Corbière-Naminzo regrette que celle ci n’ait pas obtenu « un consensus total » autour de son nom pour occuper Matignon. Elle pointe en particulier le rôle joué par le Parti socialiste, qui « a pourtant pu compter sur les soutiens d’Huguette Bello à François Mitterand, François Hollande et Ségolène Royal, lors des élections présidentielles ».

Huguette Bello annonce qu’elle n’ira pas à Matignon

Malgré l’appel de ses soutiens, Huguette Bello ne sera pas nommée Première ministre. L’annonce a été faite ce dimanche par la présidente de Région elle-même dans un communiqué. Elle explique vouloir « garantir l’unité du Nouveau Front populaire » en déclinant « sans plus attendre » l’offre qui lui a été faite. « Je prends acte qu’elle ne fait pas l’objet d’un consensus entre toutes les composantes du Nouveau Front Populaire, et notamment qu’elle n’est pas soutenue par le Parti socialiste », précise la cheffe de file du PLR.

Jean-Hugues Ratenon et Joé Bédier demandent aux élus locaux de pousser la nomination d’Huguette Bello à Matignon

Dans un communiqué, le président de Rézistan’s Égalité 974, Jean-Hugues Ratenon, appelle le Parti socialiste, et notamment la fédération locale représentée par Ericka Bareigts, à faire preuve de « responsabilité » pour permettre la nomination d’Huguette Bello à Matignon. Même son de cloche pour Joé Bédier pour qui il est crucial « de placer les intérêts supérieurs des Français au premier rang », en demandant aux partis du Nouveau Front populaire (NFP) de s’entendre sur la candidature de la présidente de Région.

NFP : Comment le nom d’Huguette Bello est arrivé au centre des débats

Le Nouveau Front populaire se déchire depuis plusieurs jours autour du sujet du nouveau gouvernement qui sera formé suite aux élections législatives anticipées. Pour sortir de l’impasse, le nom d’Huguette Bello a été cité. Mais comment l’hypothèse d’une candidature de la présidente de la Région Réunion est-elle arrivée sur la table ?