Revenir à la rubrique : Faits divers

Ste-Suzanne : Les gendarmes mettent fin à une série de cambriolages

Le 26 février 2024, les enquêteurs de la Brigade Territoriale Autonome (BTA) de Sainte-Suzanne ont élucidé 4 cambriolages dont 3 concernant des écoles élémentaires. Les militaires de la compagnie de Saint-Benoit ont interpellé deux individus dont l'auteur principal a reconnu les faits.

Ecrit par Régis Labrousse – le jeudi 29 février 2024 à 10H46
Crédit Photo Gendarmerie de La Réunion

Le 29 janvier dernier et au cours de la semaine du 20 février, quatre faits de vol ont eu lieu dans la commune de Sainte-Suzanne : un local du stade en eaux vives et trois écoles de la commune ont été la cible de tentatives de cambriolage et de cambriolages. Les premiers faits se sont produits dans la nuit du lundi 29 au mardi 30 janvier dernier, au niveau du stade en eaux vives. Les auteurs ont dérobé un coffre situé dans une armoire se trouvant dans la salle informatique de la structure. Le coffre contenait 100 euros en numéraire et des tickets d’entrée pour le site.

Le mardi 20 février, aux alentours de 8 h, le proviseur du collège Hippolyte Foucque signale l’entrée par effraction dans le local d’EPS de son établissement. Dix-sept tablettes Samsung et des gants de boxe y ont été dérobés. Le jeudi 22 février 2024 vers 7 h, c’est l’école élémentaire Antoine Bertin qui a été visitée. Les auteurs ont forcé plusieurs portes de classes à l’aide d’un outil. Les enquêteurs ont constaté que plusieurs placards sont ouverts et fouillés.

Les derniers faits ont lieu le jeudi 22 février aux alentours de  7 h, à Sainte-Suzanne. La directrice des affaires scolaires de la mairie signale une intrusion par effraction dans l’école élémentaire José Barau. Les auteurs auraient probablement escaladé le portail pour pénétrer dans l’établissement, puis auraient forcé, à l’aide d’un pied de biche, le bureau du directeur, dans lequel trois armoires métalliques ont été ouvertes et fouillées.

Faisant suite aux investigations entreprises par la brigade de Sainte-Suzanne, deux individus sont interpellés puis placés en garde à vue. L’auteur principal reconnaît les quatre faits. Le second auteur est mis en cause pour des faits de recel. Afin de répondre de ses actes, le mis en cause principal est convoqué devant le juge des enfants le 25 mai prochain. Le receleur fait l’objet d’une Ordonnance Pénale Délictuelle et devra effectuer une peine de 40 heures de travaux d’intérêts généraux (TIG). 

Thèmes : Sainte-Suzanne
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Accusé du viol d’une mineure de 14 ans, l’accusé arguant s’être « laissé tenter » reste en détention

« Un viol barbare » a décrit le parquet général ce mardi matin dans le cadre d’un appel sur un placement en détention provisoire interjeté par un père de famille de cinq enfants accusé d’avoir abusé sexuellement d’une adolescente de 14 ans dont il était proche. L’intéressé s’en défend et invoque une relation consentie. Mais c’est méconnaître la loi de 2021 sur le consentement sexuel des mineurs de moins de 15 ans.

Des escrocs se font passer pour Big Morel

Pour fêter les 10.000 abonnés sur sa page Facebook officielle, le combattant réunionnais a lancé un concours afin de gagner une de ses paires de gants. Des esprits malveillants profitent de l’occasion pour tenter d’arnaquer des internautes qui pourraient se laisser piéger par la ressemblance.

Clip tourné à Fayard : Le rappeur Bofré invoque la drill plutôt qu’une incitation à la haine et finit en prison

Le 18 janvier dernier à Saint André, des habitants caillassaient des policiers intervenant sur des violences conjugales. Le lendemain, le rappeur Bofré publiait un clip vu comme un appel à la haine envers les autorités, entraînant son arrestation. Il a été condamné ce lundi à deux ans de prison, dont un avec sursis, et maintien en détention. Il est interdit de retour à Saint André après sa libération.

Domenjod : Un agent pénitentiaire frappé par un détenu

Un agent a été frappé par un détenu ce lundi matin au centre pénitentiaire de Domenjod. L’UFAP UNSA Justice tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme concernant les difficiles conditions de travail du personnel, liées au manque de personnel et à la surpopulation carcérale.