Revenir à la rubrique : Politique

Ste-Marie : Une majorité retrouvée et un déficit résorbé « de moitié »

Richard Nirlo peut souffler, lui qui avait vu une bonne partie de ses élus lui tourner le dos ces dernières semaines. Le maire de Sainte-Marie a réussi leur faire entendre raison à l'occasion du budget voté ce vendredi, sans augmentation de la fiscalité mais toujours contraint par un énorme déficit de 10 millions d'euros.

Ecrit par SI – le samedi 15 avril 2023 à 07H56

Pour rappel, la raison officielle de la défection de la très grande majorité des élus de la majorité trouve son origine dans « le manque de communication » avec le maire selon certains mais aussi en raison du manque de moyens alloués à ces derniers pour effectuer leurs prérogatives sur le terrain (« La majorité de Richard Nirlo est toujours divisée à Sainte-Marie »). Une absence de moyens qui découle des recommandations de la Chambre régionale des comptes en raison de la situation budgétaire catastrophique de la commune, dont le déficit avoisinait il n’y a pas si longtemps environ 16 millions d’euros.

« Avoisinait » car après la découverte d’une facture ressortie des placards de quatre millions d’euros datant de la mandature précédente, le déficit de la commune a été réactualisé à 20 millions d’euros. Sur ce déficit, l’actuelle majorité a déjà résorbé quasiment la moitié, le tout « en une année et sans toucher à la fiscalité » des ménages, se félicite James Clain, l’élu délégué aux finances. « Aujourd’hui, grâce à la sincérité des comptes et aiguillés par la Chambre régionale des comptes, nous commençons à prendre des rendez-vous avec les banques. Avant ce n’était pas possible de nous recevoir contrairement à aujourd’hui. Elles voient que nous faisons des efforts pour revenir à l’équilibre et je pense qu’incessamment sous peu, elles nous accompagneront sur des projets que nous devons finir comme l’école de Beauséjour et la cité administrative », déclare l’élu.

Ce dernier ajoute qu’un énorme travail de maîtrise des dépenses a également été engagé. Travail qui a directement eu un impact sur le travail des élus de la majorité, qui après des semaines de fronde pour une bonne partie d’entre eux, ont finalement accepté de rentrer dans le rang, non sans avoir crevé l’abcès avec leur maire.

« Une nette amélioration dans nos relations »

Preuve de ce retour au calme, plusieurs réunions de travail ont eu lieu ces derniers jours avec les élus frondeurs pour préparer ce budget primitif. « Les choses ont beaucoup avancé, il y a eu une nette amélioration dans nos relations. Le maire s’est excusé auprès de nous en reconnaissant qu’il avait négligé sa majorité. Même si tout est rentré dans l’ordre, il y a quand même eu rupture de confiance, confiance qu’il faudra reconstruire », plaide un des élus ayant participé à ces réunions.

Lors de ce conseil municipal, Richard Nirlo a tout d’abord pris la parole pour remercier les élus de sa majorité -ainsi que ceux de l’opposition- de leur présence. Des élus « qui ont toujours été engagés » à ses côtés. « Récemment, nous observé une tentative de déstabilisation largement relayée dans les médias et sur le terrain, orchestrée par des personnes mal-intentionnées. Des esprits chagrins qui n’ont jamais accepté notre belle victoire », a lancé le maire qui souhaite désormais ouvrir une nouvelle page de sa mandature. « Les Sainte-Mariens ne sont pas dupes, ils ont compris beaucoup de choses et savent que ceux qui sont derrière toutes ces manœuvres sont ceux là-mêmes qui ont mis Sainte-Marie dans cette mauvaise posture et qui sont par conséquent les véritables fossoyeurs de notre commune », a-t-il ajouté.

Du côté de l’opposition, Christian Annette n’a que très peu goûté à la « désertion » des élus frondeurs. « C’est un scénario que j’avais prévu. Vous acceptez de revenir c’est très bien mais vos ambitions ne se limitent qu’au soutien aux écoles, à leur entretien ainsi qu’aux routes. Cela suffit pour vous faire rentrer au bercail », a lâché l’opposant, qui a rappelé qu’avec un déficit de 10 millions d’euros, « la commune est toujours au fond du trou ».

Membre de la majorité, Thierry Flahaut n’a pas caché son agacement face aux remarques de Christian Annette. « Vous savez que la place n’est pas bonne, vous savez que nous sommes des élus responsables. Néanmoins, M. Annette nous ne sommes pas des alimentaires », lui a répondu le 6e adjoint, « pas concerné » sur les dires du maire sur la possible manipulation de certains de ses élus.

Même son de cloche du côté de son collègue, Didier Gopal. Ce dernier a rappelé qu’il avait été « un des rares » à s’avancer sur le déficit réel de la commune. « Nous avons joué la transparence et avons assumé le rôle d’exhumation des factures. Je tiens à féliciter James Clain qui a mené un vrai travail de fond. Le navire ne coule pas car on a trouvé les moyens de redresser la barre », assure-t-il, avant de revenir sur la raison du « retrait » momentané des élus frondeurs. « C’était juste un problème de fonctionnement. À aucun moment nous n’avons eu des ordres de Jean-Louis ou Rémy Lagourgue. Nous avons pris des engagements en 2020 et nous voulons juste les respecter », tient-il à faire valoir.

Un retour salué par Céline Sitouze, peu emballée par les dissensions relevées au sein de la majorité ces dernières semaines. « Nous nous sommes déjà donnés en spectacle. J’aimerais vous remercier de votre retour car nous faisons partie du même conseil municipal (…) Les Sainte-Mariens s’attendent à ce que nous fassions notre travail, j’espère que nous n’aurions plus à revivre cela » :

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Enfants de la Creuse : Bientôt une réparation pour les victimes ?

Alors que la mémoire autour de la déportation de près de 2000 enfants réunionnais vers l’Hexagone entre les années 1960 et 1980 reste douloureuse pour l’île, Karine Lebon a déposé une proposition de loi pour une indemnisation des victimes. La députée demande également l’instauration d’une commission “vérité et réconciliation” pour faire la lumière sur cette période sombre de La Réunion.

Polémique autour de la fresque du lycée de Vincendo : Les politiques se mobilisent

L’œuvre d’art réalisée par Méo sur une façade du lycée de Vincendo à Saint-Joseph a provoqué une polémique à cause d’un élément de la peinture. Le livre sur l’histoire de la France est rayé pour être remplacé par « Zistwar La Rényon ». La direction de l’établissement ne s’est pas directement opposée à la création artistique, mais une commission nationale va se pencher sur le sujet. De nombreux politiciens ont pris la parole en faveur de l’artiste.