Revenir à la rubrique : Social

St-Pierre: Action des éleveurs contre la part de viande d’importation dans les grandes surfaces

Une quinzaine d’éleveurs, soutenus par la CGPER, ont lancé ce mercredi une action contre la visibilité donnée aux produits d’importation par la grande distribution. « La première d’une longue série, si les choses ne changent pas », préviennent-ils. Ce matin, accompagnés de Gilbert Alanvert, président du syndicat et de Jean-Yves Minatchy, ils ont ainsi vidé les rayons […]

Ecrit par PB – le mercredi 27 juin 2018 à 14H24

Une quinzaine d’éleveurs, soutenus par la CGPER, ont lancé ce mercredi une action contre la visibilité donnée aux produits d’importation par la grande distribution. « La première d’une longue série, si les choses ne changent pas », préviennent-ils. Ce matin, accompagnés de Gilbert Alanvert, président du syndicat et de Jean-Yves Minatchy, ils ont ainsi vidé les rayons d’une grande surface de St-Pierre de la viande bovine importée, chargé des chariots avant de les abandonner devant les caisses. 

« La semaine dernière, sur la centaine de carcasses commandées, seules une dizaine a été utilisée », dénonce Jean-Philippe Smith éleveur à la Plaine des cafres. Un stock qui impacterait toute la chaine de production, « des naisseurs aux engraisseurs ». 400 bovins seraient ainsi bloqués. 

 

 

Le consommateur réunionnais boude la viande de boeuf locale, aurait indiqué la direction de la grande surface au syndicat. En cause, davantage pour les éleveurs, des accords de libre échange bien trop favorables à l’importation et une visibilité plus grande donnée aux produits d’imports au détriment du local. Quant à la question de la leucose bovine, « une mauvaise publicité » fondée sur de  » mauvaises informations », rétorquent les éleveurs. 

Résultats, selon les chiffres de la CGPER, la part de viande bovine importée (fraiche et congelée) est en hausse de 10 % tandis que la part des éleveurs réunionnais baisse de 6% . 

Le boeuf péi couvre actuellement 23% des apports, les éleveurs espéraient ainsi atteindre les 30% d’ici à 2020. « Nous ne pourrons pas couvrir 100 % du marché, c’est clair, mais nous ne devons pas nous laisser submerger non plus », ajoute un éleveur.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Crise du BTP : Sans accord, « le préfet a dit qu’il viendra sur la route avec nous »

Les syndicats du BTP ont suspendu leur grève et vont participer à plusieurs réunions de travail tout au long de la semaine prochaine. Une nouvelle table ronde avec tous les acteurs du secteur est prévue vendredi prochain. Si un accord n’est pas trouvé, les manifestants reprendront leur mobilisation. « Le préfet a dit qu’il viendra sur la route avec nous », assure Johny Lagarrigue de la CFDT-BTP.

Crise du BTP : La grève est suspendue, des réunions de travail prévues la semaine prochaine

Les syndicats qui ont démarré mercredi un mouvement de grogne annoncent jeudi suspendre la grève. Une décision prise au sortir d’une réunion organisée à la CCIR avec le préfet, le Département et la Région, notamment. Les manifestants avaient organisé un barrage filtrant mercredi et avait bloqué le Barachois toute la journée de jeudi, provoquant de très importants embouteillages dans le chef-lieu et sur la Nouvelle Route du Littoral.

Manifestation du BTP : Barachois fermé

Une grève illimitée a été démarrée par les syndicats du BTP. Ils bloquent la circulation au niveau du Barachois et une déviation a été mise en place par le Boulevard Sud. Les acteurs du BTP réclament une mobilisation des pouvoirs publics pour sortir le secteur de la crise qui s’enlise. (Images : Pierre Marchal)

SPL Estival : L’intersyndicale prête « à remettre la machine en marche »

« La crise est toujours là ». Après la publication dans la presse locale du pré-rapport de la Chambre régionale des comptes, l’intersyndicale de la SPL Estival ne cache pas son désarroi face à une situation « qui perdure » au sein de la société, et ce malgré la fin du conflit social qui a paralysé la structure fin 2023.