Revenir à la rubrique : Société

St-Leu : L’autre version du litige entre jet-skis

Dépossédée de son agrément, la société Leu Jet Aventure reprochait à son concurrent de jouir d’un monopole. Une accusation qui fait bondir le gérant de la société Funky-Jet, établie à Saint-Leu depuis 2012.

Ecrit par zinfos974 – le jeudi 04 février 2021 à 14H41

Quelques jours après la publication de notre article sur [une société de jet-ski contrainte de faire cesser son activité]urlblank:https://www.zinfos974.com/St-Leu-Son-activite-de-jet-ski-cree-des-remous_a165598.html sur le port de Saint-Leu, le concurrent pointé du doigt réagit. « Je n’essaie pas de conserver un monopole », se défend Samir Lebon, gérant de Funky-Jet, dont la base nautique est installée depuis 2012. Pour le professionnel de sport de loisirs, l’entreprise Leu Jet Aventure n’aurait tout simplement jamais dû obtenir d’agrément. 

Pour mémoire, un agrément pour une durée d’un an avait été délivré à la nouvelle entreprise de location de jet-skis en juillet dernier, avant qu’un non-renouvellement soit décidé au mois de décembre suite à un changement de moniteur. Une décision que contestait le directeur général, Fabien Lerpelier. « La société a bénéficie d’une largesse administrative lorsqu’elle a reçu l’agrément. L’avis du TCO aurait dû être suivi par la DMSOI », estime Samir Lebon. 

Deux éléments étaient en effet mis en avant dans l’avis défavorable de la régie des ports du TCO : des nuisances dénoncées par des usagers du port, et un dimensionnement du port ne permettant pas d’accueillir une deuxième base de jet-ski. Un avis qui reflète celui de la plupart des usagers du port, estime le gérant de Funky-Jet.  À ses côtés, des plaisanciers confirment ses propos, déplorant notamment l’obstruction de la cale de mise à l’eau. « Ils ne respectent rien, mettent le bazar sur le port », s’agacent des pêcheurs. 

La décision de non-renouvellement annulée

De son côté, le moniteur qui a quitté l’entreprise Leu Jet Aventure  assure n’avoir subi aucune pression et souhaite faire une mise au point : « Je n’ai été menacé par personne. Je suis parti parce qu’il y avait un manque de professionnalisme, un manque de volonté de bien faire ». Pour lui, les conditions de sécurité n’étaient d’ailleurs pas réunies. « Normalement les départs se font depuis le ponton ou depuis la plage. Partir depuis une cale est interdit. En tant que moniteur diplômé, j’aurais été le seul responsable en cas de problème », ajoute celui qui a préféré présenter sa démission.

Mais au-delà de ces problématiques, la capacité d’accueil du port vient clôturer le débat, estiment-ils. « Je ne cherche pas à protéger mon business. Mais le port ne peut accueillir qu’une seule activité », affirme Samir Lebon. Et de faire remarquer : « Les contraintes environnementales imposent également de ne pas sur-développer ce genre d’activités ». 

Depuis notre article, la décision de non-renouvellement de l’agrément a été annulée par une nouvelle décision de la DMSOI. Une nouvelle dont s’est réjouit Fabien Leperlier, qui entendait demander l’annulation au tribunal administratif. Mais pour Samir Lebon, l’entreprise Leu Jet Aventure ne peut toujours pas reprendre son activité. « L’agrément avait été donné pour une activité avec un moniteur qui n’est plus là », commente-t-il, invitant à profiter du « calme du port » de Saint-Leu. 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] La gouttière anti-moustique de Verléo récompensée

Olivia Grégoire, ministre déléguée chargée des Entreprises, du Tourisme et de la Consommation, a réuni le jury de sélection des produits pour la Grande Exposition du Fabriqué en France, prévue en octobre prochain. Parmi les 122 produits choisis, l’entreprise réunionnaise Verleo a été sélectionnée pour son innovant collecteur de gouttière anti-moustique.

Cétacés : Vers un renforcement des règles d’observation ?

Si 2023 a été une année exceptionnelle pour l’observation des baleines, la tendance pour 2024 montre que les cétacés risquent d’être moins nombreux sur nos côtes. Cela signifie donc une pression aiguë sur les animaux, dont la protection reste la priorité. L’Etat appelle donc les usagers de la mer à bien respecter les règles pour éviter aux autorités d’avoir à renforcer la législation à la fin de la saison. La préfecture promet au moins huit contrôles par semaine.