Revenir à la rubrique : Social

St-André: Les postiers réclament de meilleures conditions de travail et la création d’emplois

Depuis mercredi dernier, les postiers de Saint-André, ainsi que de Sainte-Suzanne, Bras-Panon et Salazie, notamment représentés par la CGTR FAPT, sont en grève. Ils exigent de la direction de meilleures conditions de travail et des emplois. Selon eux, ils travaillent désormais plus, mais avec moins d’effectifs, car de nombreux départs n’ont pas été remplacés.  Ce […]

Ecrit par zinfos974 – le mardi 08 octobre 2019 à 14H35

Depuis mercredi dernier, les postiers de Saint-André, ainsi que de Sainte-Suzanne, Bras-Panon et Salazie, notamment représentés par la CGTR FAPT, sont en grève. Ils exigent de la direction de meilleures conditions de travail et des emplois. Selon eux, ils travaillent désormais plus, mais avec moins d’effectifs, car de nombreux départs n’ont pas été remplacés. 

Ce mardi encore les postiers sont mobilisés depuis 5h30 ce matin devant la Plateforme de Saint-André, afin de tenter de faire bouger les choses. Or, après bientôt une semaine de négociation, les postiers n’ont toujours pas eu gain de cause. Bien que certaines choses aient été proposées par la direction, les postiers n’ont pas eu de retour positif au sujet de leurs demandes premières. 

Ce qu’ils demandent aujourd’hui c’est avant tout des tournées supplémentaires et que chaque tournée soit allégée. Pour ce faire, ils exigent de la direction 4 créations de postes en CDI, alors que cette dernière leur a seulement proposé 2 intérimaires. Ces 4 postes supplémentaires permettraient de soulager les agents. Ils souhaitent des emplois fixes et permanents et que les intérimaires soient intégrés.

 

Avant les agents débutaient leur tournée vers 6h30 du matin, pour terminer aux alentours de 13h30. Aujourd’hui une coupure méridienne, non rémunérée, de 45 minutes leur a été imposée. « Ils terminent beaucoup plus tard, ils ont tellement une charge de travail qu’ils ne s’arrêtent même pas pour manger et après vers 15h-16h ils doivent aller chercher leur enfant à l’école… », confie Loïc Désirée, Secrétaire général CGTR FAPT. Et pour ceux qui prennent une pause pour manger, ils sont obligés de le faire dans leur voiture de service, qu’il pleuve ou qu’il fasse plein soleil, « ce sont vraiment des mauvaises conditions », confie une postière. 

Avec ces nouvelles conditions de travail, les postiers doivent désormais se déplacer en voiture. « Ce qui engendre énormément de stress, car il faut faire vite pour terminer la tournée dans les temps, et il n’est même plus possible d’échanger et de créer un lien de confiance avec les clients », explique une postière de Sainte-Suzanne. « D’autant que la population de Saint-André augmente », s’exclame également l’un d’entre eux. 

Si avant la fin de la semaine, les négociations ne portent toujours pas leurs fruits, les postiers envisagent de faire appel à un médiateur. Les postiers de Saint-André, vont être rejoints notamment par ceux de Sainte-Marie et de Saint-Benoît, pour être au total plus de 150 postiers. 

Loïc Désirée confie que si rien ne bouge d’ici là, le mouvement va se durcir. En effet, certains sont très en colère car « moralement on en prend un coup, on perd de l’argent, car tant que les décisions ne seront pas prises à l’intérieur, nous on restera là », confie l’un d’entre eux. 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Manifestation du BTP : Barachois fermé

Une grève illimitée a été démarrée par les syndicats du BTP. Ils bloquent la circulation au niveau du Barachois et une déviation a été mise en place par le Boulevard Sud. Les acteurs du BTP réclament une mobilisation des pouvoirs publics pour sortir le secteur de la crise qui s’enlise. (Images : Pierre Marchal)

SPL Estival : L’intersyndicale prête « à remettre la machine en marche »

« La crise est toujours là ». Après la publication dans la presse locale du pré-rapport de la Chambre régionale des comptes, l’intersyndicale de la SPL Estival ne cache pas son désarroi face à une situation « qui perdure » au sein de la société, et ce malgré la fin du conflit social qui a paralysé la structure fin 2023.