Revenir à la rubrique : Social

St-André : Le SAFPTR conteste un accord signé et menace de faire grève

« Ce protocole d’accord est une fumisterie ! » Jean-Pierre Lallemand n’y va pas par quatre chemins. Le responsable du Syndicat autonome de la fonction publique territoriale de la Réunion (SAFPTR) conteste la validité d’un protocole d’accord du 4 septembre 2012, signé par les organisations syndicales, dont le SAFPTR, et par le maire de Saint-André, Eric Fruteau. […]

Ecrit par zinfos974 – le jeudi 13 septembre 2012 à 15H32

« Ce protocole d’accord est une fumisterie ! » Jean-Pierre Lallemand n’y va pas par quatre chemins. Le responsable du Syndicat autonome de la fonction publique territoriale de la Réunion (SAFPTR) conteste la validité d’un protocole d’accord du 4 septembre 2012, signé par les organisations syndicales, dont le SAFPTR, et par le maire de Saint-André, Eric Fruteau.

Cet accord concerne l’action sociale et la valorisation salariale au sein de la collectivité, avec une participation revue en légère hausse de la ville de Saint André aux frais de la mutuelle santé en fonction du salaire de l’agent et un passage en CDI des « agents de catégorie C justifiant d’une ancienneté d’un an ou plus en CDD« .

« Il y a eu disfonctionnement syndical »

Le SAFPTR a donc signé cet accord, par l’un de ses représentants Sully Mardenalom. Problème, pour le syndicat ce dernier n’aurait pas dû signer, bien qu’il soit membre du Comité Technique Paritaire, cette tâche aurait dû revenir à son délégué syndical Karl Malrouck. « Monsieur le maire de Saint-André n’a pas invité Monsieur Malrouck. Le maire s’est montré déloyal vis à vis de son organisation« , peste Jean-Pierre Lallemand.

Le responsable reconnait qu’il a y eu « un dysfonctionnement syndical« , autrement dit…  un gros cafouillage et un manque de communiciation en interne. D’autant que Sully Mardenalom, signataire de l’accord pour le SAFPTR, était absent de la conférence de presse. « Il est mal à l’aise« , explique Jean-Pierre Lallemand. « Dans cette affaire, c’est une victime. Je sais ce que c’est d’avoir un maire dans ses pattes. Il a signé par pression », poursuit-il. Il n’y aura donc aucune sanction à l’encontre du signataire, même si « ce document nous met en porte à faux. Juridiquement, on est un peu marrons« .

Sur le fond, le SAFPTR soutient « que jamais on aurait pu signer un tel accord« , affirme Karl Malrouck. Pourquoi ? « Il est vide ! Notre principal combat concerne les bas salaires. Or, cet accord, c’est zéro ! « . Jean-Pierre Lallemand enchaîne : « A la mairie de Cilaos ou de l’Entre-Deux, nous avons obtenu une revalorisation salariale bien plus importante que celle signée avec la mairie de Saint-André. On exige la renégociation immédiate de ce protocole« , déclare le syndicaliste. Sinon, le SAFPTR brandit la menace d’un conflit social. « Si la mairie ne renégocie pas, nous appellerons à la grève du personnel de la mairie« , qui compte 1.700 employés communaux.

La mairie Saint-André « très étonnée »

A la mairie de Saint-André, « on est très étonnés« , explique Jean-Luc Caro, DGS au sein de la municipilalité. « Sully Mardenalom était habilité à signer. Cela renvoie à un dysfonctionnement interne du SAFPTR. Il n’y a pas de raison que le protocole ne passe pas. Il y a eu un travail et une négociation en interne avec les syndicats« . Jean-Luc Caro souligne par ailleurs que « c’est un accord d’action sociale et de valorisation salariale qui coûte 550.000 euros à la collectivité. En tant de crise, ce n’est pas rien. » La mairie ne semble pour le moment pas vouloir renégocier cet accord, qui sera présenté « prochainement en conseil municipal ».

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

BTP : L’incertitude persiste pour 550 millions d’euros de commande publique prévue en 2024

Les entreprises du bâtiment et travaux publics, les syndicats, les bailleurs, les collectivités et les services de l’État ont approuvé ce vendredi une Charte d’engagement en faveur de la filière BTP à La Réunion. Outre des moyens financiers supplémentaires, le document donne naissance au Comité de crise du BTP, une instance qui se réunira mensuellement afin de suivre l’évolution de l’activité et traiter les blocages ou retards. Si 503 millions d’euros d’ordres de service seront engagés d’ici la fin de l’année, l’incertitude demeure pour environ 550 millions d’euros de travaux prévus mais dont le lancement avant décembre 2024 reste incertain.

Croix Marine : les mandataires judiciaires autorisés à reprendre leurs activités

Dans un courrier adressé ce jeudi aux salariés, l’administratrice provisoire de la Croix Marine a assuré qu’ils pouvaient reprendre leurs activités, les mandataires étant appelés à traiter en premier lieu les situations d’urgence. L’association a la charge de 1.500 majeurs protégés sous tutelle ou curatelle, lesquels n’ont plus accès à leur argent depuis deux semaines.

[Communiqué] Après le choc des européennes les exigences sociales doivent être entendues

Après les élections européennes du 9 juin marquées par une abstention record et une montée de l’extrême droite, l’intersyndicale de La Réunion appelle à un sursaut démocratique et social. Elle exhorte les travailleuses, travailleurs, retraités et étudiants à manifester le samedi 15 juin à 10h à la Préfecture de Saint-Denis pour défendre les droits sociaux et environnementaux et contrer la politique de régression sociale du gouvernement.

Des agriculteurs réunis à la DAAF dans l’attente des aides promises par l’État

Inquiets et dans l’attente d’aides de l’Etat, notamment celles liées aux dégâts causés par le cyclone Belal, des agriculteurs se sont rassemblés dans les jardins de la DAAF depuis 9h00 ce mercredi matin à l’appel de l’UPNA. Une réunion avec les représentants de la DAAF est fixée à 10h00, pour aborder les difficultés financières de la profession. Le syndicat n’exclut pas un sitting de plusieurs jours sur place.

Association Croix Marine : « Les emplois seront préservés, c’est l’engagement du préfet »

Après sa rencontre avec le préfet Jérôme Filippini, l’intersyndicale CFDT – CFE CGC – UR974 a rassuré les grévistes de la Croix Marine en les assurant de la volonté des services de l’État de relancer l’activité de l’association d’ici le milieu de la semaine. Depuis le retrait de son agrément de mandataire de service pour les majeurs protégés, la Croix Marine ne peut plus effectuer de virement sur les comptes bancaires de 1.474 adultes sous tutelle ou curatelle.