Revenir à la rubrique : Politique

SPL Estival : Manifestation devant la Cirest pendant la réunion des maires

Les édiles de la Cirest s'entretiennent ce mercredi pour évoquer la situation de la SPL Estival placée en redressement judiciaire. Les employés de la société, en grève depuis plusieurs jours, sont mobilisés devant les bureaux où se tient la réunion. Les grévistes, en colère après le compte-rendu de Joé Bédier sorti avant la fin des discussions, promettent de durcir leur mouvement.

Ecrit par Samuel Irlepenne – le mercredi 15 novembre 2023 à 18H30

L’avenir de la SPL Estival est discutée dans les locaux de la Cirest ce mercredi. Les maires de l’intercommunalité sont rassemblés pour évoquer la situation et notamment les négociations difficiles avec les employés pour sauver la société placée en redressement judiciaire.

La réunion portera sur les pistes de sortie de crise. Les élus présents sont Jeannick Atchapa pour Bras-Panon, Joé Bédier pour Saint-André, Sidoleine Papaya pour Salazie, Johan Doro et Sonia Albuffy pour la Plaine-des-Palmistes, Dominique Pananballom pour Sainte-Rose et Patrice Selly pour la Cirest et Saint-Benoît.

Joé Bédier, maire de Saint-André, s’est exprimé avant d’entrer en réunion et assure qu’il a l’espoir de voir les emplois de la SPL Estival être sauvegardés. « Ce n’est pas une réunion décisive. C’est la première fois que je suis invité à une réunion et je ne vois pas comment trouver dès ce soir une solution à un problème relativement grave« , déclare l’édile saint-andréen. Il fustige ceux qu’il considère comme responsables de la situation : « C’est à ceux qui ont fauté de nous donner les pistes. Ce n’est pas à moi, parce que moi j’ai donné l’alerte dès la mise en place de monsieur Alamélou. J’ai contesté et mon équipe a voté contre la bascule de SEM en SPL. »

La grève est maintenue à la SPL Estival. Les syndicats sont mobilisés devant les bureaux de la Cirest et réclament une solution de redressement qui n’implique aucun licenciement.

L’avocat de Force Ouvrière, Maître David Hatier, s’est exprimé face aux salariés pour évoquer les solutions possibles pour les employés de la SPL Estival. « Il peut y avoir une rupture de contrat de travail, mais pas forcément par licenciement. Cela peut être par départ volontaire avec indemnités, par exemple« , leur informe-t-il.

Il évoque ensuite les options pour les employés en cas de scénario catastrophe. « Il y a une convention in-house entre la SPL Estival et la Cirest. En cas de cessation d’activité, les contrats de travail peuvent être transférés à la Cirest. Donc, c’est un point qui devrait vous rassurer. Vous disposez d’un outil juridique qui vous permet d’assurer la continuité de votre contrat de travail en cas de liquidation de la société« , détaille-t-il.

Joé Bédier a quitté prématurément la réunion. Le maire de Saint-André déplore une rencontre qui n’a pas permis d’avancer vers une solution. « C’était essentiellement une présentation du PSE. J’ai retenu l’annonce de 17 suppressions de poste dont 8 contrôleurs replacés et 9 autres qui seront éventuellement recasés dans les collectivités. Mais il y a des règles de recrutement« , déclare-t-il. « Il y aura aussi des diminutions de salaires« , ajoute-t-il. Le maire de Saint-André indique que le plan sera présenté le 27 novembre prochain après une augmentation de la dotation le 24 novembre.

« Je voulais qu’on parle sur le fond. Parce qu’on parle de contrats in-house mais le déficit datait d’avant les contrats in-house« , constate l’édile.

 

 

Lorsque le maire de Saint-André a quitté la réunion avant sa fin et qu’il a expliqué que la rencontre n’avait consisté qu’à rappeler les PSE (Plan de sauvegarde de l’emploi). Une déclaration qui a eu pour effet de provoquer la colère de l’intersyndicale : « Zot i ramas’ mentèr ek nou ! Kan zot la réuni lé band’ maire, l’été pou trouv des solutions », s’insurge Eric Talassia, porte-parole de l’intersyndicale.

Les grévistes promettent de durcir le mouvement suite à une réunion des maires qui ne leur aurait pas apporté de réponse.

Le ton est monté dans la soirée lorsque les autres maires de la Cirest ont quitté les lieux. Patrice Selly s’est exprimé devant les grévistes en colère. Il a annoncé une enveloppe de 1,1 million d’euros supplémentaires pour maintenir l’activité de la SPL Estival mais a aussi appelé les nouveaux délégués du personnel élus à participer au Comité social et économique de la SPL Estival du 27 novembre pour discuter du PSE (Plan de sauvegarde de l’emploi).
Les grévistes ont eux scandé qu’ils ne voulaient pas du PSE et ont copieusement insulté les élus.
Les élus ont été escortés par les gendarmes lorsqu’ils ont quitté la Cirest et qu’ils ont dû traverser le piquet de grève.
Thèmes : SPL Estival
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Qui prendra les rênes de la Région si Huguette Bello devient Première ministre ?

Contrairement au Conseil municipal qui doit à nouveau voter si le maire laisse son poste vacant, pour le Conseil régional, le premier vice-président est chargé d’assurer provisoirement la fonction. Si Huguette Bello est appelée à diriger le gouvernement, Patrick Lebreton deviendra donc de facto le patron de la Pyramide inversée.

Le nom d’Huguette Bello suggéré à la tête du gouvernement

Les négociations continuent dans le Nouveau Front populaire pour trouver une figure qui pourrait prendre la tête d’un gouvernement de coalition qui battrait les motions de censure attendues à la rentrée parlementaire. Les différents partis politiques qui composent l’alliance de gauche jouent des coudes pour placer leur poulain, mais aucun compromis n’a été trouvé. Le Parti communiste français aurait alors suggéré le nom d’Huguette Bello, selon Emilio Meslet, grand reporter politique de L’Humanité.

Tribune libre de Gilles Fontaine : « Les vraies raisons de l’échec de la Gauche aux élections législatives 2024 dans la 3ème circonscription »

Conseiller municipal et soutien de Nathalie Bassire lors des dernières élections législatives, Gilles Fontaine livre son analyse des résultats dans la 3e circonscription. L’ex-colistier de François-Xavier Bellamy aux Européennes souhaite en effet contredire « les mensonges et contre-vérités honteusement proférées à chaud », notamment par les « présumés responsables » de l’élection de Joseph Rivière dans cette circonscription.

Matignon : LFI avance quatre noms, le PS et EELV en embuscade

Le nom du candidat du Nouveau Front populaire pour Matignon devrait être connu « d’ici ce soir, peut-être d’ici demain matin », a indiqué jeudi soir sur franceinfo la députée NFP Sandra Regol. Cette annonce fait suite aux critiques de plusieurs figures écologistes, comme Sandrine Rousseau, dénonçant le temps pris par le NFP pour désigner un candidat. De son côté, la France insoumise a proposé le nom de quatre candidats.