Revenir à la rubrique : Social

Solidaires joue la carte de la pédagogie auprès des contribuables réunionnais

Le syndicat Solidaires Finances Publiques joue la carte de la pédagogie avec les contribuables réunionnais. Ces derniers sont actuellement très nombreux devant les trésoreries, paiement de la taxe foncière oblige. Sauf qu'une nouvelle règle vient brouiller les pistes. Les impôts n'acceptent plus les paiements en espèce supérieurs à 300 euros. Résultat, de nombreux contribuables réunionnais se retrouvent au pied du mur.

Ecrit par zinfos974 – le lundi 13 octobre 2014 à 10H10

Ce matin, devant le centre de paiement de la rue Amiral Lacaze à Saint-Denis, les membres du syndicat Solidaires Finances Publiques ont fait preuve de pédagogie auprès des contribuables réunionnais. « Les agents des finances publiques que vous allez rencontrer ne sont pas vos ennemis. Ils essaient, sous contraintes budgétaires et administratives, de vous rendre le meilleur service public possible« , peut-on lire sur le tract distribué aux contribuables.

Les tensions sont là. Devant la trésorerie de la rue Lacaze, les contribuables peuvent patienter entre « deux ou trois heures« . « Une file d’attente interminable« , souligne Jocelyn Cavillot du syndicat Solidaires Finances Publiques. Une partie du problème est là pour le syndicat. Les coupes budgétaires posent de véritables difficultés d’accueil pour les contribuables.

Ce matin, trois agents étaient disponibles pour recevoir le public. « Pas assez » pour Solidaires qui dénonce une volonté de pousser les contribuables vers le paiement dématérialisé de l’impôt. Mais dans les départements d’Outremer et à la Réunion, nombreux sont les contribuables qui paient toujours en espèce.

Problème, l’administration fiscale impose désormais un plafond maximum de paiement en espèce de 300 euros. Ce qui pose des difficultés pour de nombreux contribuables. Ce matin, l’un d’entre eux s’est retrouvé dans l’impossibilité de payer sa taxe foncière, qui dépassait 300 euros. Ce denier devra soit payer par virement, chèque ou mandat cash. « A croire qu’en France l’espèce n’est plus un moyen de paiement. Ca pose un problème juridique. L’euro n’est plus un moyen de paiement si on dépasse 300 euros. Je me demande comment cette loi a pu passer. Pour moi elle n’est pas constitutionnelle« , explique Jocelyn Cavillot.

Le syndicat Solidaires et les agents des impôts réclament une « remise à plat complète » du système fiscal français, mais également l’arrêt des suppressions d’emplois. « Plus de moyens budgétaires pour retrouver un service public de qualité, réactif et proche de vous« , conclut le syndicat.

Loin d’être le cas aujourd’hui à regarder la file d’attente devant la trésorerie de Saint-Denis…

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Retour en images sur le défilé du 1er mai

À l’occasion de la journée internationale de la fête des travailleurs ce 1er mai, un défilé s’est tenu ce mercredi matin entre le Jardin de l’État et la préfecture à Saint-Denis. Les organisations syndicales (CGTR, FO, FSU, SAIPER, Solidaires, UNSA et Union Etudiante 974) avaient appelé à une mobilisation visant à promouvoir la paix, la défense des libertés syndicales et démocratiques et la lutte contre la vie chère. Photos : Pierre Marchal/Anakaopress

1er mai à Saint-Denis : Un défilé placé sous le signe de la paix et de la lutte contre la vie chère

À l’occasion de la journée internationale de la fête des travailleurs ce 1er mai, un défilé est prévu à partir de 10h entre le Jardin de l’État et la préfecture à Saint-Denis. Les organisations syndicales (CGTR, FO, FSU, SAIPER, Solidaires, UNSA et Union Etudiante 974) appellent à cette mobilisation avec un accent mis sur la paix, la défense des libertés syndicales et démocratiques et la lutte contre la vie chère.