Revenir à la rubrique : Politique

Serge Camatchy : “La politique continue à ignorer les vrais problèmes de La Réunion”

Serge Camatchy, président d’Emergence Réunion, a souhaité faire le point aujourd’hui sur l’avancée des réflexions et du projet en préparation au sein de son mouvement. “On ne sait pas encore comment, mais nous serons présents aux prochaines Régionales”, prévient-il.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le jeudi 18 juin 2009 à 16H23

L’ancien premier adjoint de Jean-Paul Virapoullé, qui était entouré de plusieurs militants, a fait l’analyse des Européennes, le point sur les États généraux et les travaux d’Emergence Réunion.

En ce qui concerne les Européennes, Serge Camatchy regrette “l’absence de campagne de fond sur une structure qui déverse des milliards d’euros pour le développement de La Réunion. Il n’y a pas eu non plus de débat dans les médias”.

“Nous avons juste assisté à un poker menteur où c’est le PCR qui a ramassé la mise. Une fois encore, les communistes ont su récupérer les bénéfices de la manifestation du 5 mars du Cospar”.

“Ce succès ne suffit pas à cacher une évidence : le rejet par les électeurs de la classe politique actuelle. Cela explique en partie le bon résultat des écologistes aux Européennes”, explique l’ex-premier président du Conseil général.

“C’est pourtant ces mêmes personnes qui animent les débats des États généraux alors qu’elles occultent déjà les vrais problèmes de La Réunion. Il y a là des arrangements pour se maintenir au pouvoir”, indique Serge Camatchy, également déçu par la faible mobilisation de l’électorat.

Sur l’évolution constitutionnelle contenue dans l’atelier : une nouvelle gouvernance, “nous nous trompons de débat”, déplore le président d’Emergence Réunion. “Car ce n’est pas les priorités de la population réunionnaise. Ses priorités sont le pouvoir d’achat, l’éducation, le développement économique…”

“Avec le RSTA, le RSA, le plan de relance, la Lodeom, nous avons les outils pour répondre aux besoins des Réunionnais. Il faut mieux les utiliser”. Emergence Réunion propose par exemple un redécoupage des cantons, des communes et des circonscriptions.

Il se demande aussi pourquoi les maires de gauche présents dans le rue avec le Cospar, n’ont pas offert 50 € d’augmentation aux employés municipaux ayant moins de 1,4 smic. “Ici, les conseilleurs ne veulent pas être les payeurs”.

Emergence Réunion présentera son projet pour La Réunion dans quelques mois, c’est à partir de là que le mouvement annoncera sous quelle forme il sera présent aux prochaines Régionales.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Bilan de mi-mandat : Le terrain pour les rodéos bientôt prêt

S’il reste encore deux ans à Olivier Hoarau pour remplir ses promesses de campagne, certains dossiers continuent leur chemin comme le futur terrain de rodéos à deux-roues, ou le projet de l’Amiral. D’autres, comme la piscine intercommunale, semble encore dans les limbes.

Législatives : Après le chaos, le statu quo

Après une dissolution de l’Assemblée nationale, des élections législatives anticipées, une campagne tumultueuse et une mobilisation record des électeurs, le camp Macroniste s’est de nouveau retrouvé majoritaire lors du vote inaugural de la nouvelle législature. Yaël Braun-Pivet, protégée d’Emmanuel Macron, reprend sa place au perchoir de l’Assemblée nationale et prouve que malgré le séisme électoral, les plaques tectoniques de la politique française n’ont en fait pas vraiment bougé.