Revenir à la rubrique : Santé

​Semaine de la santé sexuelle : Démystifier le VIH et briser les tabous

Le Collectif des Acteurs Réunionnais Engagés pour la Santé Sexuelle (CARESS 974) invite la population au rejet de la sérophobie et non des malades.

Ecrit par NP – le lundi 28 novembre 2022 à 10H26

Communiqué de CARESS 974 :

«  La Réunion dit NON à la sérophobie et OUI à la vie !  » C’est avec ce slogan fort impactant que le Collectif des Acteurs Réunionnais Engagés pour la Santé Sexuelle (CARESS) 974 donne le ton à la Semaine de la santé sexuelle.

Cette campagne, financée grâce à l’ARS de la Réunion, qui se tient du 28 novembre au 3 décembre dans les quatre coins de l’île, vise à démystifier le VIH/SIDA auprès de la population et briser tous les tabous pour mettre fin à la sérophobie. Au programme de cette semaine des plus actives, campagnes de sensibilisation et d’information, dépistages gratuits et causeries, entre autres.

Le saviez-vous ? Avec un traitement adéquat, une personne vivant avec le VIH/SIDA peut vivre tout à fait normalement et aussi longtemps que tout le monde, avoir des rapports sexuels et même fonder une famille.

Lutter contre la sérophobie

Avec l’avancée de la médecine et des traitements, notamment la révolution TasP, pour Treatment as Prevention (traitement comme prévention), la présence du VIH dans l’organisme est si faible qu’elle n’est plus détectable. Le virus est alors intransmissible, par voie sexuelle, ou d’une quelconque autre manière. Ainsi, les seuls symptômes qui ont la peau dure demeure les tabous et les préjugés !

La sérophobie fait souffrir, pour rien, la plupart des porteurs du VIH, bien plus que les symptômes de l’infection, qui n’existent pratiquement plus. Cela peut entraîner chez eux un sentiment de honte, de faute, de culpabilisation. Alors que l’infection à VIH est une maladie infectieuse, virale, qui n’entraîne plus, dans les pays riches et dans l’écrasante majorité des cas, de symptômes ou de maladie. C’est pour cette raison que nous avons retenu, cette année, le thème de la lutte contre la sérophobie. Nous souhaitons, en parallèle avec notre campagne de dépistages gratuits, briser les tabous autour du VIH/SIDA pour enfin mettre fin à la sérophobie “, fait ressortir Dr Catherine Gaud, présidente du CORÉVIH, qui fait partie de CARESS 974.

Ce collectif, lancé en mai dernier, regroupe plusieurs associations réunionnaises engagées à promouvoir, informer et sensibiliser à la santé sexuelle, avec une approche positive de la sexualité. Celles-ci sont ASETIS, l’ARPS, le Planning Familial 974, RIVE, le CeGIDD Nord-Est, le CeGIDD Ouest/CEPS du CHOR, le CeGIDD Sud, le COREVIH Océan Indien, le Réseau OTE et OriZon.

Plusieurs membres du collectif seront postés à travers l’île pour interagir avec le public, répondre aux questions, réaliser des tests de dépistage gratuitement (voir programme) et informer sur les nouvelles modalités de dépistage : VIHTest, autotests . Un « Bus Santé » sillonnera aussi le sud de l’île dans cette optique. 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Plus de 1.600 Evasan par an, et ça n’arrête pas d’augmenter »

Au cœur de la fronde qui oppose certains des élus les plus influents de l’île à l’Etat au sujet du non paiement de certaines prestations dues au CHU de La Réunion, la question du financement des Evasan interroge sur la volonté du gouvernement de maintenir ce dispositif dont le coût est évalué à 10 millions d’euros par an.