Revenir à la rubrique : International

Selon l’ONU, la plupart des pays pauvres le resteront

Selon un rapport de la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (CNUD, un organe de l’ONU) publié jeudi à Genève, la plupart des 48 pays les plus pauvres du monde le resteront pour un bon moment, car ils n’atteindront pas les fameux « Objectifs du Millénaire pour le développement » (OMD). Ces OMD […]

Ecrit par SI – le vendredi 28 novembre 2014 à 11H13

Selon un rapport de la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (CNUD, un organe de l’ONU) publié jeudi à Genève, la plupart des 48 pays les plus pauvres du monde le resteront pour un bon moment, car ils n’atteindront pas les fameux « Objectifs du Millénaire pour le développement » (OMD).

Ces OMD ont été fixés en 2000 par l’ONU pour réduire de moitié l’extrême pauvreté et la faim dans le monde d’ici à la fin 2015.

Parmi ces 48 pays, seul le Laos semble en mesure d’atteindre les sept points des OMD http://www.un.org/fr/millenniumgoals/bkgd.shtml. Quatre autres pays, l’Ethiopie, l’Ouganda, le Malawi et le Rwanda devraient de leur côté atteindre une bonne partie de ces objectifs.

Ce qui est paradoxal pour le directeur général de la CNUCED, Mukhisa Kituya, c’est qu’entre 2002 et 2008, « la croissance des pays les moins avancés (PMA) a été supérieure à l’objectif de 7% annuel décidé par la communauté internationale », soit un taux supérieur que d’autres pays en développement.

En moyenne dans les PMA, la pauvreté extrême (soit moins d’1,25 dollar par jour) a reculé de 65 % en 1990 à 45 % en 2010.

Or, dans le même temps, ces PMA n’ont pas réussi à enrayer leur taux de pauvreté, ou pas de la même manière. En effet, les PMA asiatiques ont ainsi progressé bien plus rapidement sur ce point (de 65 % à 35 %) que les PMA africains et Haïti (de 65 % à 51 %) leur permettant selon le rapport d’atteindre pour la majorité d’entre eux l’objectif de réduction de moitié de la pauvreté.

Le rapport préconise trois nouveaux axes de développement pour les PMA pour les aider à sortir de la pauvreté : des investissements massifs dans les infrastructures, la mise en place une politique industrielle plus conquérante pour accroître la productivité de certains secteurs et l’utilisation du levier macroéconomique pour augmenter la demande interne.

Pour l’heure, seuls quatre États ont réussi à quitter la liste des PMA : le Botswana en 1994, le Cap-Vert en 2007, les Maldives en 2011 et les Samoa en 2013.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Mozambique : TotalEnergies aurait cessé de payer directement les forces armées pour sa protection

Il y a un an, un rapport indépendant commandé par TotalEnergies préconisait au groupe de ne plus financer directement la Joint Task Force, composée de soldats rwandais et mozambicains, pour assurer la protection de ses installations dans la région du Cabo Delgado. Selon le site Zitamar, le géant français pétro-gazier verserait désormais sa contribution au gouvernement mozambicain, afin d’éviter que son argent ne puisse être associé à d’éventuels crimes de guerre.

Iran : La mort du président annoncée par les médias d’Etat

Les opérations de recherches se poursuivent dans nord-ouest du pays où a disparu l’hélicoptère transportant plusieurs officiels iraniens, dont le président Ebrahim Raïss. Pour autant, plusieurs médias d’Etat ont déjà annoncé la mort de ce dernier, avec celle de Hossein Amir-Abdollahian, le ministre des Affaires étrangères.

Vladimir Poutine assure que l’armée russe n’a pas l’intention de conquérir Kharkiv

Vladimir Poutine a déclaré vendredi que l’objectif de l’offensive russe dans la région de Kharkiv, en Ukraine, n’était pas la conquête de la ville. Selon le président russe, cette opération militaire répond à des attaques ukrainiennes contre le territoire russe, notamment à Belgorod, et vise à établir une « zone de sécurité » le long de la frontière. Ces propos ont été tenus lors d’une conférence de presse à Harbin, en Chine.

Poutine a précisé que bien que les forces russes progressent quotidiennement, la conquête de Kharkiv n’est pas actuellement envisagée. « Nous créons une zone sanitaire en réponse aux agressions subies sur notre territoire », a-t-il ajouté, en faisant référence aux bombardements ukrainiens sur des zones résidentielles russes.

Du côté ukrainien, le président Volodymyr Zelensky a affirmé que la situation autour de Kharkiv avait été « stabilisée » malgré la nouvelle offensive russe lancée le 10 mai. Lors d’une conférence de presse, Zelensky a indiqué que les troupes russes n’avaient pénétré que jusqu’à 10 kilomètres de la frontière ukrainienne et que dans certains secteurs, il n’y avait eu aucune avancée russe significative.

Zelensky a également expliqué que la construction de fortifications à la frontière avait été rendue impossible à cause des bombardements continus. Il a visité la région jeudi et confirmé que la première ligne de défense ukrainienne, plus au sud, n’avait pas été atteinte par les forces russes. Ces informations ont été rapportées par plusieurs sources médiatiques ukrainiennes, dont RBK Ukraine et Ukrainskaïa Pravda.