Revenir à la rubrique : International

Selon l’ONU, la plupart des pays pauvres le resteront

Selon un rapport de la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (CNUD, un organe de l’ONU) publié jeudi à Genève, la plupart des 48 pays les plus pauvres du monde le resteront pour un bon moment, car ils n’atteindront pas les fameux « Objectifs du Millénaire pour le développement » (OMD). Ces OMD […]

Ecrit par SI – le vendredi 28 novembre 2014 à 11H13

Selon un rapport de la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (CNUD, un organe de l’ONU) publié jeudi à Genève, la plupart des 48 pays les plus pauvres du monde le resteront pour un bon moment, car ils n’atteindront pas les fameux « Objectifs du Millénaire pour le développement » (OMD).

Ces OMD ont été fixés en 2000 par l’ONU pour réduire de moitié l’extrême pauvreté et la faim dans le monde d’ici à la fin 2015.

Parmi ces 48 pays, seul le Laos semble en mesure d’atteindre les sept points des OMD http://www.un.org/fr/millenniumgoals/bkgd.shtml. Quatre autres pays, l’Ethiopie, l’Ouganda, le Malawi et le Rwanda devraient de leur côté atteindre une bonne partie de ces objectifs.

Ce qui est paradoxal pour le directeur général de la CNUCED, Mukhisa Kituya, c’est qu’entre 2002 et 2008, « la croissance des pays les moins avancés (PMA) a été supérieure à l’objectif de 7% annuel décidé par la communauté internationale », soit un taux supérieur que d’autres pays en développement.

En moyenne dans les PMA, la pauvreté extrême (soit moins d’1,25 dollar par jour) a reculé de 65 % en 1990 à 45 % en 2010.

Or, dans le même temps, ces PMA n’ont pas réussi à enrayer leur taux de pauvreté, ou pas de la même manière. En effet, les PMA asiatiques ont ainsi progressé bien plus rapidement sur ce point (de 65 % à 35 %) que les PMA africains et Haïti (de 65 % à 51 %) leur permettant selon le rapport d’atteindre pour la majorité d’entre eux l’objectif de réduction de moitié de la pauvreté.

Le rapport préconise trois nouveaux axes de développement pour les PMA pour les aider à sortir de la pauvreté : des investissements massifs dans les infrastructures, la mise en place une politique industrielle plus conquérante pour accroître la productivité de certains secteurs et l’utilisation du levier macroéconomique pour augmenter la demande interne.

Pour l’heure, seuls quatre États ont réussi à quitter la liste des PMA : le Botswana en 1994, le Cap-Vert en 2007, les Maldives en 2011 et les Samoa en 2013.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Israël promet une riposte à l’Iran

Le chef de l’armée israélienne a annoncé une « riposte au lancement de ces si nombreux missiles, missiles de croisières et drones sur le territoire de l’État d’Israël. » Une déclaration faite quelques heures avant des prises de position des Etats-Unis et de la Russie en faveur d’une désescalade des tensions.

Australie : Attaque dans une église en pleine messe

Un homme a poignardé plusieurs personnes dans une église en Australie. Parmi les victimes, le prêtre qui était en train de célébrer une messe. Quatre personnnes ont été blessées. L’assaillant aurait déclaré que le prêtre aurait insulté son prophète.

L’Iran saisit un porte-conteneur affilié à Israël : Tensions dans le détroit d’Ormuz

Les Gardiens de la révolution iranienne ont pris le contrôle du porte-conteneur MSC Aries, un navire portugais qui fait partie du groupe appartenant à un milliardaire israélien. Le groupe paramilitaire menace de fermer le détroit, très utilisé pour le trafic commercial. L’Iran a aussi mené des frappes contre Israël ce week-end. Des représailles pourraient continuer à alimenter les tensions.