Revenir à la rubrique : Société

Sauvés de la rue, des chiens empoisonnés dans les hauts de Sainte-Suzanne

Deux chiens errants qui avaient été pris en charge par une famille d’accueil de Sainte-Suzanne ont été empoisonnés à la mort aux rats.  Le poison a produit ses effets plusieurs jours après l’ingestion alors que l’un deux avait eu le temps d’être placé en métropole.  Nathalie est une bénévole d’une association métropolitaine qui, en lien […]

Ecrit par zinfos974 – le lundi 06 mai 2019 à 15H04

Deux chiens errants qui avaient été pris en charge par une famille d’accueil de Sainte-Suzanne ont été empoisonnés à la mort aux rats. 

Le poison a produit ses effets plusieurs jours après l’ingestion alors que l’un deux avait eu le temps d’être placé en métropole. 

Nathalie est une bénévole d’une association métropolitaine qui, en lien avec des familles d’accueil à La Réunion, réceptionne et place ces chiens errants de La Réunion en métropole. L’un des deux chiens empoisonnés avait déjà effectué son voyage lorsque les premiers symptômes sont apparus, au plus grand étonnement des bénévoles. Le diagnostic vétérinaire de Vernon sur l’Eure sera sans appel : Saulisse a ingéré de la mort aux rats.

Alors que les bénévoles de l’association « Liaison lévriers et autres poilus orphelins » ont pu croire à un moment donné qu’il s’agissait peut-être d’un fait accidentel, un deuxième incident est venu enlever le moindre doute. Le deuxième chien a subi les mêmes souffrances quelques jours après le premier. Là aussi, le diagnostic du vétérinaire de Saint-Louis à La Réunion sera sans équivoque : Ticaf a bien été victime d’un empoisonnement à la mort aux rats. Dans les deux cas, le chien avait les gencives très blanches, ne tenait plus sur ses pattes et vomissait du sang. Placé sous perfusion, il luttait encore pour sa survie en milieu de semaine dernière.

 

Les chiens étaient tous les deux dans une famille d’accueil à Sainte-Suzanne lorsqu’ils ont ingéré ce produit toxique. D’où le coup de gueule aujourd’hui de ces bénévoles qui, grâce à cette chaîne humaine entre La Réunion et la métropole, ont permis leur sauvetage. L’ingestion accidentelle en promenade est écartée puisque les chiens n’avaient pas quitté la cour de leur famille d’accueil. Les bénévoles ont évidemment des soupçons mais pour eux, ces faits sont avant tout déplorables d’autant plus que ces chiens avaient déjà connu des conditions très difficiles dans la rue. 

Ces deux chiens font en effet partie d’une meute qui suivait un SDF de Saint-André. Mais ce dernier a quitté La Réunion, laissant derrière lui 6 chiens. Le SDF les avait appelés « Ticaf parce que c’est un chien noir, un autre il l’avait appelé zoreil parce qu’il était blanc. Saucisse pour sa forme a été rebaptisé Saulisse, ou encore un autre Ticochon », en rigole Nathalie, l’une des bénévoles de Liaison lévriers et autres poilus orphelins.

Les deux chiens ont lutté pour survivre. Si Ticaf a expulsé le poison en vomissant, ce n’est pas le cas de Saulisse qui a fait une hémorragie interne et présentait une hyper anémie. Hospitalisé et sous perfusion pendant 4 jours, il semble tiré d’affaire.

Pour la petite histoire, un autre chien de cette meute a un destin déjà beaucoup plus heureux : il a été adopté par une famille au Tampon. 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] 8 000 euros offerts pour la restauration du Chemin de croix de la Chapelle Pointue

Samedi 18 mai, dans le cadre de la Nuit des musées, Allianz France a remis à Béatrice Sigismeau, vice-Présidente du Conseil départemental, qui représentait le Président Cyrille Melchior, un don de 8 000 € pour la restauration du chemin de croix de la Chapelle Pointue, au Musée de Villèle. Une cérémonie à laquelle participait également la Conseillère départementale Eglantine Victorine.

Coup d’envoi de la Marche des visibilités ce dimanche

La Marche des visibilités va s’élancer du Jardin de l’Etat, à Saint-Denis, ce dimanche après-midi à 14h. Cette quatrième édition se terminera sur le Barachois avec des prises de parole et performances artistiques. Le Mois des visibilités doit, lui, s’achever le 25 juin prochain.

Le prix des oignons péi flambe sur les marchés

Depuis le mois dernier et l’interdiction par l’Inde de toute exportation de sa production d’oignons, les familles réunionnaises versent une larme à chaque fois qu’elles doivent s’approvisionner. Un lecteur de Zinfos974 nous a ainsi fait parvenir une photo prise samedi sur le marché de Saint-Pierre, où le prix de l’oignon péi, certes bien meilleur que son cousin indien, se négocie à 18 euros le kilo !

« L’histoire de la Buse est assez emblématique de la carrière d’un pirate de l’époque »

Si le mythe réunionnais du trésor de la Buse se nourrit depuis plusieurs décennies des nombreuses annonces, jamais confirmées, de découverte d’une potentielle cache secrète, Charles-Mézence Briseul estime qu’il faut rompre avec la coutume de la chasse au trésor et privilégier une archéologie de la piraterie. L’auteur de « La Buse, la biographie du plus grand pirate français » souligne par ailleurs que les rares éléments tangibles disponibles témoignent des difficultés financières du marin calaisien après le célèbre pillage de la Vierge du Cap.