Revenir à la rubrique : Société

Sauvés de la rue, des chiens empoisonnés dans les hauts de Sainte-Suzanne

Deux chiens errants qui avaient été pris en charge par une famille d’accueil de Sainte-Suzanne ont été empoisonnés à la mort aux rats.  Le poison a produit ses effets plusieurs jours après l’ingestion alors que l’un deux avait eu le temps d’être placé en métropole.  Nathalie est une bénévole d’une association métropolitaine qui, en lien […]

Ecrit par zinfos974 – le lundi 06 mai 2019 à 15H04

Deux chiens errants qui avaient été pris en charge par une famille d’accueil de Sainte-Suzanne ont été empoisonnés à la mort aux rats. 

Le poison a produit ses effets plusieurs jours après l’ingestion alors que l’un deux avait eu le temps d’être placé en métropole. 

Nathalie est une bénévole d’une association métropolitaine qui, en lien avec des familles d’accueil à La Réunion, réceptionne et place ces chiens errants de La Réunion en métropole. L’un des deux chiens empoisonnés avait déjà effectué son voyage lorsque les premiers symptômes sont apparus, au plus grand étonnement des bénévoles. Le diagnostic vétérinaire de Vernon sur l’Eure sera sans appel : Saulisse a ingéré de la mort aux rats.

Alors que les bénévoles de l’association « Liaison lévriers et autres poilus orphelins » ont pu croire à un moment donné qu’il s’agissait peut-être d’un fait accidentel, un deuxième incident est venu enlever le moindre doute. Le deuxième chien a subi les mêmes souffrances quelques jours après le premier. Là aussi, le diagnostic du vétérinaire de Saint-Louis à La Réunion sera sans équivoque : Ticaf a bien été victime d’un empoisonnement à la mort aux rats. Dans les deux cas, le chien avait les gencives très blanches, ne tenait plus sur ses pattes et vomissait du sang. Placé sous perfusion, il luttait encore pour sa survie en milieu de semaine dernière.

 

Les chiens étaient tous les deux dans une famille d’accueil à Sainte-Suzanne lorsqu’ils ont ingéré ce produit toxique. D’où le coup de gueule aujourd’hui de ces bénévoles qui, grâce à cette chaîne humaine entre La Réunion et la métropole, ont permis leur sauvetage. L’ingestion accidentelle en promenade est écartée puisque les chiens n’avaient pas quitté la cour de leur famille d’accueil. Les bénévoles ont évidemment des soupçons mais pour eux, ces faits sont avant tout déplorables d’autant plus que ces chiens avaient déjà connu des conditions très difficiles dans la rue. 

Ces deux chiens font en effet partie d’une meute qui suivait un SDF de Saint-André. Mais ce dernier a quitté La Réunion, laissant derrière lui 6 chiens. Le SDF les avait appelés « Ticaf parce que c’est un chien noir, un autre il l’avait appelé zoreil parce qu’il était blanc. Saucisse pour sa forme a été rebaptisé Saulisse, ou encore un autre Ticochon », en rigole Nathalie, l’une des bénévoles de Liaison lévriers et autres poilus orphelins.

Les deux chiens ont lutté pour survivre. Si Ticaf a expulsé le poison en vomissant, ce n’est pas le cas de Saulisse qui a fait une hémorragie interne et présentait une hyper anémie. Hospitalisé et sous perfusion pendant 4 jours, il semble tiré d’affaire.

Pour la petite histoire, un autre chien de cette meute a un destin déjà beaucoup plus heureux : il a été adopté par une famille au Tampon. 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Trésor de La Buse : Les pièces trouvées à Maurice pourraient être des roupies indiennes

Sur le littoral d’Albion, dans l’ouest de l’île Maurice, les recherches menées par l’archéologue kényan George Abungu sur le site d’une prétendue cache du pirate La Buse ont permis de mettre au jour des pièces de monnaie. De l’avis de scientifiques ayant obtenu des photos, la présence d’une boîte de conserve, la forme des pièces et le fait que des montants y soient inscrits discréditent la théorie d’un trésor pirate.