Revenir à la rubrique : Santé

Santé : Le cri d’alarme du CSMF, de MG France et de l’Ordre des médecins

Ils ne décolèrent toujours pas. Les médecins libéraux, réunis sous la bannière de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) et de MG France (Médecins généralistes), rejoints par le Conseil départemental de l'Ordre des Médecins de La Réunion -une première- sont en grève depuis lundi. Un mouvement suivi par près de 90% des généralistes de l'île, indique la présidente du CSMF, Christine Kowalczyk. Ils sont toujours mobilisés contre la loi Rist, qui vise notamment à accorder plus de compétences aux professions paramédicales.

Ecrit par SI – le mardi 14 février 2023 à 17H18

Un point presse a été donné ce lundi matin à Saint-Denis sous l’égide du CSMF, de MG France et en présence du représentant de l’Ordre des Médecins (quasiment au même moment que la conférence de presse donnée à Saint-Paul par d’autres syndicats de médecins libéraux, à savoir le SML Réunion avec MPD, l’UFML et la FMF).

Dans son propos introductif, Christine Kowalczyk a tout d’abord rappelé que les différentes politiques de santé menées ces 30 dernières années ont conduit à la hausse du nombre de déserts médicaux aussi bien en France hexagonale que dans certaines zones de l’île. À commencer par le maintien, quand ce n’est pas la baisse, du numerus clausus et l’augmentation du temps de formation des médecins, « conduisant à des études de plus en plus longues avec la souffrance des étudiants en prime », explique Christine Kowalczyk, ajoutant que près de 10% de ces étudiants « abandonnent leurs études ».

Représentant l’Ordre des médecins, le Dr. Jean-Michel Beral craint également de voir arriver un système de santé « à deux vitesses »: « On manque de médecins à cause du numérus clausus et on voudrait que les jeunes médecins s’y installent en les contraignant. La représentation nationale avec un médecin dans chaque commune n’est plus possible. On fait tout pour dégoûter les jeunes de suivre la voie de la médecine générale car moins valorisée et sur laquelle repose toutes les contraintes ».

Autres raisons pour expliquer la hausse de ces déserts médicaux pour le CSMF : un manque d’anticipation des gouvernements successifs sur l’évolution du métier avec des médecins libéraux « qui aspirent à des horaires de travail plus adaptés à leur vie privée » ou encore une démographie médicale « en pyramide inversée » avec des départs massifs à la retraite ou des reconversions vers d’autres modes d’exercice. Le syndicat pointe également une hausse du nombre de patients à prendre en charge avec une prise en charge de plus en plus complexe (pathologies multiples, vieillissement de la population) mais aussi la « désorganisation du système hospitalier et un manque de moyens » marqués par la « suppression massive de lits et donc de postes de soignants » et « l’abandon des hôpitaux de proximité dans les territoires ».

Des mesures prises au fil des années au détriment des médecins généralistes qui ont su malgré tout, selon le Dr. Christine Kowalczyk, « répondre présents lors des différentes conventions afin de diminuer les dépenses de santé ».

Pour autant et malgré leur engagement, les médecins généralistes n’ont été que peu entendus, poursuit le CSMF. Ils tiennent à rappeler que leur pouvoir d’achat n’a que peu progressé ces dernières décennies : de l’ordre de 3% ces 20 dernières années, soit trois fois moins que les salariés du privé. « Les médecins ont des (NDLR : bons) salaires effectivement mais qui ne leur permettent pas actuellement d’engager des salariés, et aussi parce qu’ils travaillent aussi 52 heures par semaine voire 60 heures. Et ça ce n’est plus possible : on est calqué sur un modèle du médecin de famille d’avant qui travaillait même les week-ends et ce modèle a changé », argue Christine Kowalczyk. Même son de cloche pour le Dr. Elodie Huot (MG France), qui s’inquiète du syndrome d’épuisement qui touche pas mal de ses confrères de la profession, « qui connaissent un taux de suicide 2,5 fois supérieur à la population en général ».

Et ce n’est pas la loi Rist proposée par le gouvernement qui viendra calmer la colère des généralistes. Pour rappel, cette loi prévoit notamment un transfert des compétences des médecins généralistes aux infirmiers en pratique avancée (IPA) ayant 5 ans de formation, contre 10 ans de formation pour un médecin. Ils/elles pourront diagnostiquer et prescrire sous la responsabilité d’un médecin généraliste sans que celui ci n’ait vu le patient. « Le texte de loi permettra à des IPA de faire le diagnostic à notre place. C’est la compétence d’un médecin », tient à rappeler Christine Kowalczyk.

Son syndicat dit vouloir malgré tout « défendre toutes les spécialités médicales », ce qui passera aussi bien par l’amélioration de l’attractivité du médecin libéral que de l’accès aux soins. À ce titre, le CSMF défend la hiérarchisation des consultations à quatre niveaux, allant selon leur fréquence et leur complexité, de 30, 60, 75 à 105 euros. Cela devrait valoriser l’expertise du médecin contre une moindre fréquence des consultations chez un même patient souffrant d’une pathologie chronique stabilisée et libérera au final du temps au médecin, explique le CSMF qui se veut « force de proposition »
 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Lise François ne sera pas candidate à l’Ordre des médecins face à son ex-conjoint qu’elle accuse de violences

Suite au refus de leur candidature par le Conseil départemental de l’Ordre des médecins, contre l’avis des instances nationales, le binôme constitué par les docteurs Lise François et Ramou Anandanadaradja avait formé un recours en suspension pour annuler la décision et faire reporter la tenue de l’élection prévue ce vendredi. Pour ces deux médecins, leur exclusion du scrutin est liée aux accusations de violences portées par Lise François à l’encontre de l’actuel président de l’Ordre Benjamin Dusang. Le tribunal administratif de Saint-Denis a rejeté son recours.

Une campagne de communication à l’occasion de la journée du don d’organes

Afin de marquer la Journée nationale de réflexion sur le don d’organes, la greffe et la reconnaissance du donneur qui aura lieu le 22 juin, le CHU de La Réunion, l’Agence Régionale de Santé La Réunion et l’Agence de la Biomédecine, en partenariat avec la Région Réunion, lancent une campagne de communication locale « Parlons don ! ». La Direction Générale du CHU et ses partenaires ont organisé une conférence de presse ce jour pour le lancement de cette campagne inédite.