Revenir à la rubrique : Politique

Saint-Louis : Le Conseil d’Etat examine mercredi la possibilité d’un retour aux urnes

Alors que le Tribunal administratif de Saint-Denis a déjà prononcé l'invalidation de l'élection municipale de Saint-Louis, c'est ce mercredi que le Conseil d'État débutera l'examen de l'invalidation de ce scrutin en date du mois de mars 2008. Si la réponse se fait attendre pour les deux camps, ce n'est qu'à la fin du mois que cette dernière interviendra. En France, les scrutins municipaux d'Aix-en-Provence et de Corbeil-Essones ont déjà été annulés...

Ecrit par Ludovic Robert – le mardi 09 juin 2009 à 17H49

« Je n’ai pas d’appréhension. J’attends… La décision s’imposera d’elle même à tous et à toutes. Concernant la décision du Tribunal administratif, il y a déjà eu des cas où le Conseil d’État s’est prononcé à l’encontre de la décision du TA… » Ces mots sont ceux de Cyrille Hamilcaro, conseiller municipal d’opposition et conseiller général de Saint-Louis.

Revotera ? Revotera pas ? Cette question est régulièrement posée par les habitants de la commune de Saint-Louis, plus d’un an après les dernières élections municipales de mars 2008. D’ici la fin du mois de juin, seule la réponse du Conseil d’État permettra d’y voir plus clair et de savoir s’il faudra, à nouveau, retourner aux urnes.

En théorie, la décision tant attendue du Conseil d’État devrait être liée à l’annulation prononcée par le Tribunal administratif suite aux plaintes déposées par l’ancien maire de la commune concernant des irrégularités notables, selon l’article de Pierre Leyral dans le JIR. Quelles sont-elles ?

Plusieurs accusations à l’encontre de Claude Hoarau

Si l’on se réfère à l’e-book rédigé par l’ancien maire, « Racisme en campagne – Saint-Louis zone de non-droit« , ce sont trois accusations qui ont été présentées au Conseil d’État, parmi lesquelles l’affaire de la poupée noire pendue sur une potence chez un militant de Claude Hoarau entre les deux tours de la campagne électorale des municipales de 2008.

Au delà de ce « dérapage » qui a été l’objet d’une plainte déposée devant le Procureur de la République de Saint-Pierre – plainte qui a abouti à un rappel à la loi -, on peut citer l’accusation concernant les achats de voix et les écarts observés entre le nombre de bulletins comptabilisés et les listes d’émargements des votants.

Après les épisodes des tracts et inscriptions à caractère racistes et les différentes démissions d’un employé communal et d’une conseillère municipale de la majorité, une interrogation subsiste. Assistera t-on à une nouvelle campagne électorale à Saint-Louis au mois de septembre et par là-même aux multiples tensions qui rythment la vie électorale saint-louisienne ? La balle est dans le camp du Conseil d’État…

PS : Nous avons cherché à joindre le maire de Saint-Louis. Nous n’avons obtenu aucun retour.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Huguette Bello : Combats politiques et événements médiatiques

La présidente de la Région Réunion est pressentie pour devenir Première ministre. Cette proposition formulée par le Parti communiste français prend devient de plus en plus sérieuse grâce au soutien de Jean-Luc Mélenchon, fondateur de La France Insoumise et l’accord d’Europe Ecologie-Les Verts. Le Parti socialiste doit se prononcer aujourd’hui sur le sujet. Devenir la cheffe du gouvernement couronnerait la carrière politique très riche d’Huguette Bello, figure emblématique de la gauche à La Réunion.

Huguette Bello, Première ministre : « Une solution » pour Jean-Luc Mélenchon

Le fondateur de la France Insoumise a apporté son soutien à la proposition du Parti communiste français qui a cité Huguette Bello comme possible candidate à la tête d’un gouvernement de coalition à gauche. Le PCF et LFI sont favorables à cette idée, mais le Parti socialiste n’a pas encore donné son avis sur le sujet et doit tenir son conseil national ce samedi pour statuer sur le sujet.