Revenir à la rubrique : Société

Relations hommes/femmes, racisme… Quelles conditions de travail à Qatar Airways?

Des bruits courent quant à la réglementation de la compagnie aérienne Qatar Airways et du traitement de son personnel. En ce jour de recrutement exceptionnel de la compagnie à La Réunion, c'était l'occasion de discuter avec ceux qui espèrent s'investir dans le métier au Qatar et ceux qui l'ont vécu...

Ecrit par SH – le samedi 22 novembre 2014 à 15H11

Qatar Airways recrute à La Réunion ce week-end au Mercure Créolia à Saint-Denis. Si certains voient la présence d’une grande compagnie aérienne sur notre petite île comme une opportunité unique, d’autres entendent les rumeurs préoccupantes qui courent et que certains ex-employés confirment.

Dans une salle de conférence de l’hôtel se trouvent deux demoiselles qui accueillent les candidats. Une conversation rapide et cordiale en anglais ainsi qu’une lecture du CV avec chaque candidat leur suffisent pour sélectionner ceux qui viendront passer des entretiens demain au même endroit.

Si les sourires ne manquent pas, les deux femmes ne peuvent strictement parler à aucun journaliste. « C’est ce que nos supérieurs nous ont formellement indiqué », affirment-elles.

Pour cause, probablement, les questions sur les conditions de travail des hôtesses et stewards de Qatar Airways qui, selon beaucoup, laissent à désirer. Sur place, les candidats en parlent entre eux, se posent des questions et n’osent pas non plus donner leurs noms ou montrer leurs visages… eux qui ne sont même pas encore embauchés au sein de la compagnie aérienne. « Il paraît qu’ils sont très stricts, donc on ne préfère pas », nous avouent-ils.

Un Réunionnais raconte malgré tout son vécu au sein de la compagnie, ne souhaitant dévoiler aucun détail trop personnel. « On n’a pas le droit au chewing-gum ou au téléphone, on ne peut pas parler aux filles, on ne peut pas les regarder, on a des hôtels séparés, des heures de pause différentes. Et si par malheur les garçons entrent dans une salle de pause avant que la dernière fille ne soit sortie, il faut baisser les yeux et attendre qu’elle sorte ». Seule l’interaction dans l’avion est autorisée, selon lui.

« Et on ne peut pas manger en public en période de ramadan ni quitter sa chambre d’hôtel pendant 12 heures avant un vol », ajoute-t-il. Un témoignage qui ressemble à tant d’autres que l’on peut trouver sur les forums de PNC (Personnel naviguant commercial) sur internet.

« Personne ne comprenait comme je pouvais avoir la peau mate et être français »

Lui qui dit avoir vécu ces restrictions retient surtout le racisme qu’il aurait subi. « Personne ne comprenait comme je pouvais avoir la peau mate et être Français. Ils refusaient de le croire et me traitaient de menteur. Pour eux un Français est blanc, ou alors c’est un Français d’origine marocaine ou tunisienne. Eux qui ne connaissent rien des Réunionnais et qui ont l’esprit si fermé osent venir recruter chez nous? »

Scandalisé, il est venu sur place aujourd’hui, pour tenter d’échanger avec les responsables en recrutement de Qatar Airlines, en vain.

La journée de demain sera consacrée à des entretiens plus approfondis.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Ouverture de l’accès aux essais cliniques des cancers digestifs, pour les patients à La Réunion

La Fédération Francophone de Cancérologie Digestive (FFCD) et le Pôle Recherche Clinique et Innovation du Groupe de Santé CLINIFUTUR, membre du GCS Recherche SCERI, ont annoncé la signature en 2024 d’une convention de collaboration inédite. Cette collaboration permettra, pour la première fois, à des patients situés à La Réunion et Mayotte, d’être inclus dans les essais thérapeutiques académiques conduits par la FFCD.