Revenir à la rubrique : Social

Réforme des retraites : L’intersyndicale de retour dans la rue

Nouvel épisode de la mobilisation contre la réforme des retraites ce jeudi. À Saint-Pierre comme à Saint-Denis, les opposants à ce projet de l’exécutif se sont donnés rendez-vous pour faire reculer le gouvernement.

Ecrit par La-rédaction – le jeudi 16 février 2023 à 09H58

La visite du ministre Jean-François Carenco va-t-elle galvaniser les opposants à la réforme ? C’est ce qu’espère l’intersyndicale qui appelle à une nouvelle journée de mobilisation contre le projet de réforme des retraites. 

Alors que le gouvernement s’arc-boute sur le recul de l’âge de départ de 62 à 64 ans, l’intersyndicale nationale montre toujours son unité, en appelant à bloquer le pays le 8 mars prochain. Au niveau local, pas de grève générale à l’horizon, mais le ton monte du côté des syndicats devant le refus net de discuter de la part du gouvernement Borne. 

Le nouvel itinéraire choisi par l’intersyndicale a provoqué d’importants embouteillages pendant une grande partie de la matinée à Saint-Denis.

Une mobilisation qui faiblit

Après une formule différente samedi dernier, avec des débats au jardin de l’Etat, la manifestation va reprendre une forme plus traditionnelle. Le défilé s’élancera sur les coups de 9h de la gare routière, avant de se diriger vers la préfecture par le littoral. Le même trajet que d’habitude est également prévu à Saint-Pierre. 

La mobilisation en baisse de ces dernières mobilisations ne démoralise pas les organisations syndicales. Au contraire, elles espèrent toujours une prise de conscience du grand public, alors que certains arguments du gouvernement s’effondrent, comme la pension à 1.200 euros pour tous. 

La préfecture annonce 2.850 manifestants sur toute l’île, dont 1.600 à Saint-Denis et 1.250 à Saint-Pierre.

Une détermination qui grandit

Loïc Désirée, secrétaire général de la CGTR, fait le point sur la mobilisation du jour et se félicite de la présence de plusieurs milliers de Réunionnais dans les rues. Il évoque le souhait de l’intersyndicale de continuer à se faire entendre, notamment le 8 mars prochain. Un durcissement du mouvement avec un impact sur le monde économique est envisagé.

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Le SNJ se dit « ouvert au dialogue » avec les trois candidats au rachat du Quotidien de La Réunion

Avant que les 48 salariés du Quotidien ne soient consultés sur les trois offres de rachat déposées pour leur journal, il faudra au préalable que celles-ci soient déclarées recevables. Bien qu’aucun candidat ne prévoie de conserver le moindre journaliste, mais seulement d’en recruter un certain nombre après leur licenciement, le syndicat SNJ ne ferme pas la porte aux discussions avec les repreneurs.

MFR : Les salariés poursuivent leur mouvement de grève

En grève illimitée depuis la semaine dernière pour exiger de meilleures conditions de travail, les salariés de la Maison familiale rurale (MFR) située à la Plaine-des-Palmistes ont décidé de poursuivre leur mouvement, toujours soutenu par l’Union régionale 974 (UR974).

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.