Revenir à la rubrique : Social

Réforme des retraites: Les syndicats réunionnais réagissent au retrait provisoire de l’âge pivot

Edouard Philippe a annoncé ce samedi 11 janvier, après une nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites, suspendre provisoirement la question de l’âge pivot à 64 ans pour toucher une retraite à taux plein.  Le Premier ministre met désormais au défi les partenaires sociaux de trouver des solutions afin de trouver un système […]

Ecrit par – le lundi 13 janvier 2020 à 15H54

Edouard Philippe a annoncé ce samedi 11 janvier, après une nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites, suspendre provisoirement la question de l’âge pivot à 64 ans pour toucher une retraite à taux plein. 

Le Premier ministre met désormais au défi les partenaires sociaux de trouver des solutions afin de trouver un système de retraite équilibré. Edouard Philippe prévoit cependant de réintroduire à terme l’âge pivot, qui est, selon lui, la meilleure façon de garantir le retour à l’équilibre du système actuel et la pérennité et l’équilibre financier du système futur. Un accord doit être trouvé d’ici fin avril, à l’issue de la conférence de financement. Si les syndicats n’arrivent pas à apporter une solution, c’est le gouvernement qui décidera par ordonnance.

Tout comme au niveau national, les syndicats réunionnais réagissent à cette annonce du gouvernement. La CGTR maintient plus que jamais son action pour le retrait de la réforme d’une retraite à points. Selon elle, ce système entraînerait, « notamment à La Réunion où la situation est déjà effroyable, un appauvrissement généralisé de la population la plus âgée ». Que ce soit au niveau national ou local, le syndicat pense que ce retrait provisoire de l’âge pivot est « un moyen de faire reculer la mobilisation, mais ne change rien » au fait qu’il rejette totalement cette réforme.

Les rassemblements prévus au niveau national le 16 janvier seront poursuivis au niveau local, avec un rassemblement à la Préfecture de Saint-Denis et un autre à la mairie de Saint-Pierre, à partir de 9 heures. La FSU rejoindra l’intersyndicale pour cette journée de mobilisation. 

Pour la FSU Réunion, avec cette annonce Édouard Philippe ne fait que « décaler la mesure à 2027 ». Pour la FSU, ce n’est pas les « questions autour de l’âge pivot qui changeront quelque chose, car c’est toute l’architecture du projet qui est mauvaise ». C’est pourquoi le syndicat souhaite poursuivre les mobilisations « jusqu’au retrait du projet ». Il s’engage à « soutenir financièrement tous les salariés en grève reconductible depuis des semaines » grâce à [une caisse de soutien, créée par l’interprofessionnelle de La Réunion.]urlblank:https://www.lepotsolidaire.fr/pot/qmcpriek

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

MFR : Les salariés poursuivent leur mouvement de grève

En grève illimitée depuis la semaine dernière pour exiger de meilleures conditions de travail, les salariés de la Maison familiale rurale (MFR) située à la Plaine-des-Palmistes ont décidé de poursuivre leur mouvement, toujours soutenu par l’Union régionale 974 (UR974).

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.