Revenir à la rubrique : National

Réforme des retraites : Comment vont se dérouler ces deux jours fatidiques ?

Ce mercredi est un jour crucial pour le projet de loi sur la réforme des retraites. Avec l’adoption du texte par le Sénat samedi dernier, une Commission mixte paritaire doit se tenir aujourd’hui pour finaliser le texte, qui sera soumis au vote des deux Chambres demain et pourrait aboutir à l’adoption définitive. Néanmoins, de nombreux doutes sont encore permis pour la majorité présidentielle et l’ombre du 49.3 plane à nouveau sur le Parlement.

Ecrit par 1776023 – le mercredi 15 mars 2023 à 08H09

S’il faut reconnaître un point positif au projet de loi sur la réforme des retraites, c’est qu’il nous aura fait découvrir des fonctionnements institutionnels qui étaient encore inconnus du grand public. Après la première utilisation de l’article 47.1, qui a permis au gouvernement d’accélérer la procédure d’examen du texte par l’Assemblée nationale pour la faire passer au Sénat, ce dernier a également vécu une grande première en utilisant l’article 38 de son règlement intérieur pour imposer un seul vote sur l’ensemble du texte.

Malgré le vote du Sénat pour adopter le projet de loi samedi dernier, le texte voté n’est pas celui qui a été présenté à l’Assemblée nationale. En conséquence, une Commission mixte paritaire doit se tenir aujourd’hui pour aboutir à un texte définitif.

Le programme de ces deux jours

Cette Commission mixte paritaire se compose de 7 sénateurs et 7 députés, pour autant de suppléants. Ils doivent se retrouver dans une salle du Palais Bourbon afin d’arriver à une version définitive sur les mesures qui n’ont pas été votées dans les mêmes termes par les deux Chambres.

Si les parlementaires parviennent à un compromis, le texte sera soumis au vote des deux Assemblées le lendemain. Si aucun compromis n’est trouvé, de nouvelles lectures seront faites à l’Assemblée nationale puis au Sénat. La date limite du 26 mars serait alors fixée et le dernier mot reviendrait à l’Assemblée nationale. 

Cependant, la majorité présidentielle et le groupe LR, favorable au projet de loi, composent la majorité des membres de la Commission mixte paritaire et un accord devrait être trouvé. Dans ce cas, le texte sera donc présenté au vote du Sénat à 9h, puis à l’Assemblée nationale à 15h. En cas de vote favorable des députés, le texte serait officiellement adopté.

Le doute de la majorité et la menace du 49.3

À mesure que le vote se rapproche, le doute grandit du côté du camp présidentiel. La majorité relative du groupe présidentiel n’est que de 250 députés réparti en trois groupes (Renaissance, MoDem et Horizons), alors que la majorité absolue est de 287 voix. 

Si le groupe LR est favorable au projet de loi, de nombreuses rumeurs font état de députés Républicains qui pourraient voter contre ou s’abstenir, les chiffres variants entre 15 et 25. Certains députés de la majorité présidentielle, comme l’ex-ministre Barbara Pompili, ont annoncé ne pas voter pour cette réforme. C’est également le cas de Richard Ramos (MoDem) et Yannick Fannevec (Horizons).

Mais la grande inconnue, et plus grande inquiétude, pour le gouvernement se porte sur le taux de présence de ses députés. Le vote ne prendra en compte que les présents. Les absences pourront coûter cher à la majorité qui pourrait voir le projet de loi rejeté de peu.

Face à ce scénario, certains députés de la majorité pensent que le recours au 49.3 deviendrait inévitable, même si le gouvernement promet que non. Un avis partagé par l’opposition. Le député LFI Alexis Corbières prédit que le gouvernement va « dégainer le 49.3 ». Un choix « contre-productif » pour certains députés, conscient du climat politique actuel. L’opposition pourrait alors déposer une motion de censure contre l’Exécutif.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Braquage à Paris : La bijouterie Harry Winston dévalisée

Une bijouterie de luxe parisienne a été braquée par une équipe armée ce samedi 18 mai, dérobant un butin encore indéterminé, mais qui pourrait être estimé à plusieurs millions d’euros. Les braqueurs n’ont fait aucun blessé avant de s’enfuir.

L’ancien ministre Damien Abad mis en examen pour tentative de viol

Damien Abad, ancien ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées, a été mis en examen jeudi pour tentative de viol présumée remontant à 2010. La victime présumée accuse Damien Abad d’avoir tenté de la contraindre à une fellation lors d’une soirée qu’il organisait. Damien Abad nie ces accusations, invoquant son arthrogrypose, une condition qui, selon lui, rendrait impossible la commission de tels actes. Par ailleurs, il bénéficie du statut de témoin assisté pour les témoignages de deux autres femmes l’accusant de violences sexuelles.

Nouvelle-Calédonie : Du mieux, même si la situation demeure encore tendue

La situation en Nouvelle-Calédonie s’est légèrement apaisée dans la nuit de jeudi à vendredi, suite à l’instauration d’un état d’urgence, bien que l’agitation persiste dans certains secteurs de Nouméa, cinq jours après le début des émeutes provoquées par une réforme électorale controversée.
« Pour la première fois depuis lundi, nous observons une accalmie dans le grand Nouméa, malgré les incendies qui ont touché une école et deux entreprises » cette nuit encore, a exprimé le représentant de l’État dans cette collectivité du Pacifique Sud.

Rouen : Un Algérien sous OQTF tué par un policier après avoir tenté d’incendier une synagogue

Un ressortissant algérien qui était visé par un arrêté d’obligation de quitter le territoire français (OQTF) a été abattu par un policier qu’il menaçait avec un couteau et une barre de fer vendredi à Rouen. Peu de temps avant, il avait tenté de mettre le feu à une synagogue. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a immédiatement qualifié l’incident d’acte antisémite ciblant un lieu symbolique pour la République.