Revenir à la rubrique : National

Réélection d’Olivier Faure à la tête du PS : Nicolas Mayer-Rossignol conteste les résultats

Le Parti socialiste (PS) a annoncé vendredi 20 janvier que le député du Val-de-Marne, Olivier Faure, a été réélu à la tête du parti, malgré un scrutin très serré et des accusations d'irrégularités lancées par son opposant interne, Nicolas Mayer-Rossignol, maire de Rouen.

Ecrit par JC-Robert – le vendredi 20 janvier 2023 à 16H10

Olivier Faure, qui a été élu premier secrétaire en avril 2018, a remporté 50,83% des voix contre 49,17% pour Nicolas Mayer-Rossignol, selon les chiffres annoncés par la direction du parti. Les deux candidats avaient revendiqué la victoire dans la nuit et s’étaient mutuellement accusés d’irrégularités dans le scrutin rapporte Francetvinfo.

Nicolas Mayer-Rossignol a contesté les résultats et a déclaré dans un communiqué qu’aucun résultat final ne peut être proclamé » sans validation par la commission de récolement. Il a dénoncé des irrégularités et a affirmé avoir remporté l’élection avec « au moins 50,5% contre 49,5% pour la direction sortante ». Il a demandé la réunion de cette commission pour trancher.
 

Une campagne tendue

Cette élection a été marquée par une campagne très tendue entre les deux rivaux, clivée autour de la relation à la Nouvelle Union populaire, écologique et sociale (Nupes) et aux autres partis de gauche, comme La France insoumise (LFI). Les deux camps se sont accusés d’irrégularités lors du premier vote, ce qui a donné lieu à de multiples communiqués de part et d’autre et à une vigilance mutuelle accrue dans plusieurs fédérations départementales.

C’est donc après une séquence interne très délicate qu’Olivier Faure, 54 ans, reste à la tête du PS, qu’il occupe depuis avril 2018 et qu’il avait conservée en septembre 2021, face à Hélène Geoffroy. Faure est partisan d’un maintien du PS dans la Nupes, qu’il a activement participé à bâtir au printemps 2022 en vue des dernières élections législatives. Cependant, la contestation des résultats par Nicolas Mayer-Rossignol pourrait encore remettre en question la légitimité de la réélection d’Olivier Faure à la tête du parti.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Contre l’alliance avec le RN, Eric Zemmour exclut Marion Maréchal-Le Pen de Reconquête

Les tensions sont vives au niveau national alors que les partis et représentants d’extrême-droite ainsi que ceux qui leur tendent la main s’entredéchirent. Marion Maréchal-Le Pen avait démarré les pourparlers avec Jordan Bardella pour une union d’extrême-droite en vue des Législatives. Une alliance rejetée par Eric Zemmour qui a accusé sa tête de liste des Européennes de l’avoir trahi. Il l’a donc exclue de son parti.

Emmanuel Macron propose une nouvelle majorité gouvernementale aux Républicains, Socialistes et Verts

Emmanuel Macron a exposé en fin de matinée, pendant une conférence de presse qui a duré près de trois heures, sa stratégie à une dizaine de jours du premier tour des élections législatives consécutives à sa décision de dissoudre l’Assemblée nationale.
Il a invité à un rejet des extrêmes, le Rassemblement National (RN) et La France Insoumise (LFI), même s’il ne les cite pas explicitement, et à une réunion des démocrates au sein d’une nouvelle majorité de gouvernement et autour d’une « fédération des projets » des républicains comprenant selon lui les sociaux-démocrates, la droite gaulliste et les écologistes.
Les premières réactions, aussi bien au Parti Socialiste (PS) que chez Les Républicains (LR), semblent indiquer qu’ils ne sont pas prêts à franchir le pas. En tous les cas, pas avant le premier tour. Il pourrait en être autrement après le 7 juillet, dans l’hypothèse où ce serait le seul moyen d’éviter une arrivée du RN au pouvoir.

Législatives 2024 : Emmanuel Macron présente son programme

Le président de la République s’est exprimé ce mercredi midi au sujet des Législatives 2024. Il a d’abord salué le travail de son gouvernement face à l’effritement de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale, avant d’évoquer les résultats des Européennes et les mesures qui seront au cœur du programme pour les élections législatives.