Revenir à la rubrique : Politique

Qui veut éjecter le PS de la majorité composite du Conseil général ?

La majorité départementale va-t-elle changer lors de l’assemblée plénière du jeudi 24 juin ? Mise deux fois en minorité par le PCR sur le dossier ODC, la présidente Nassimah Dindar continue à faire le grand écart entre un PS trop “omnipotent” et un PCR voulant garder seul la main dans la perspective des Régionales.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le vendredi 12 juin 2009 à 09H19

Gilbert Annette, premier secrétaire fédéral du Parti socialiste, disait sur notre site il y a quelques semaines: “Nassimah Dindar tiendra ses engagements et ira au bout de son contrat avec le PS et ses autres partenaires”. C’était lorsque des rumeurs attribuaient un destin ministériel à la présidente du Conseil général.

La récente élection européenne et surtout la perspective des Régionales dans neuf mois ont depuis changé la donne. C’est surtout “l’omnipotence du PS” et plus précisément “celle de Gilbert Annette et de sa famille qui sont devenus trop gourmands”, qui irritent (et c’est un euphémisme) de plus en plus Paul Vergès et le parti communiste réunionnais.

“Le vrai président au Conseil général, c’est Gilbert Annette”. La montée en puissance du premier secrétaire fédéral du PS depuis son retour triomphal sur la scène politique en mars 2008, a bouleversé les stratégies de Paul Vergès, du PCR et de la Région Réunion, et “a ébranlé leur omnipotence”.

Les municipales de 2008, un tournant

En fait, l’élection de Gilbert Annette n’est qu’une des conséquences d’une stratégie ratée mise en place lors des élections municipales de 2008. En effet, il avait été prévu que les villes de Saint-Louis, Saint-Paul, Saint-Denis et Saint-André restent à droite.

Malheureusement pour les stratèges du PCR et de la droite, les électeurs en ont décidé autrement. Pire, Gilbert Annette est parvenu à imposer le PS au sein de la majorité composite du Conseil général, lors de la réunion préparatoire qui a eu lieu à la mairie du Port.

Paul Vergès était à l’île Maurice, il n’est rentré à La Réunion que le lendemain de l’accord entériné par Maurice Gironcel pour le PCR qui, en parallèle et jusqu’au dernier moment, a voulu croire à un partenariat avec Jean-Louis Lagourgue et la Droite. “Ils nous ont juste proposé un strapontin”, ont regretté les communistes.

L’ODC comme piqûre de rappel

Le PCR veut plus que jamais de ce partenariat. En fait, les négociations n’ont jamais vraiment été interrompues, motivées par le pouvoir croissant de Gilbert Annette et du PS au Conseil général.
Cela explique par ailleurs les récentes hésitations du PCR sur le dossier ODC. Deux fois la désignation du nouveau directeur de l’ODC a été retirée de l’ordre du jour de la Commission permanente du Conseil général. C’était des piqûres de rappel à Nassimah Dindar, mise en minorité en ces deux occasions, pour lui rappeler qui est le patron. 

Le retrait de l’élection du successeur de Maurice Gironcel au poste de premier vice-président du Conseil général de l’ordre du jour de l’assemblée plénière du 24 juin, annoncé hier par Idriss Issa dans le Quotidien de La Réunion, est cette fois-ci un vrai coup de semonce.

Paul Vergès et le PCR n’ont cessé de reprendre la main depuis au Conseil général, et comme l’écrivait hier Zinfos974.com : “[Les choses sérieuses ont commencé… pour les Régionales]urlblank:http://www.zinfos974.com/Regionales-2010-on-passe-aux-choses-serieuses_a7543.html ”.

Ecarter le PS des Régionales

L’objectif est d’affaiblir et de marginaliser le PS avant cette échéance électorale. Cela passe aujourd’hui par son éviction du Département. Les tractations se déroulent sur plusieurs niveaux. Au départ, la Droite s’est faite désirée. C’est Paris qui a donné un coup d’accélérateur. C’est Paul Vergès qui a appuyé sur la pédale de droite.

Les grandes manœuvres se sont étendues à Saint-Louis et Saint-Paul en vue de l’annulation puis de l’élection partielle municipale dans ces deux communes. La main sur le cœur, Paul Vergès l’a dit et redit : “Il faut plus de Kaf parmi les élus”

A Saint-Paul, ce sera plus complexe, car même à droite, ils ne savent pas quel candidat soutenir. “Nous sommes avec Huguette Bello, nous allons faire une liste pour mieux l’encadrer”. Lapsus révélateur ? Et qui a dit que le PCR ne pouvait encadrer Huguette Bello ?

Notre interlocuteur communiste qui était déjà sur le terrain hier… à Saint-André, va plus loin. “C’est Paris qui veut une droite forte, et affaiblir le PS en vue des échéances à venir”.  “Ce n’est pas vrai, c’est le parti communiste réunionnais qui a toujours voulu minimiser la place du parti socialiste sur l’échiquier local”, réplique un membre du secrétariat fédéral du PS.

“Paul Vergès et le PCR préparent déjà les Régionales, le Conseil général pour la Droite et la Région Réunion pour les communistes. Ainsi, Pierre Vergès pourrait ensuite succéder à son père à la présidence du Conseil régional, en toute sérénité”.

Ce scénario est connu, mais sur ce point quelle différence il y a entre la Région Réunion et la mairie de Saint-Denis ?

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Nous avons assisté à des procès d’intention indignes menés par des opposants à la nomination d’Huguette Bello à Matignon »

« Sa décision de décliner la proposition d’occuper le poste de Première Ministre contraste complètement avec les motivations de certain.e.s ». Les mots sont ceux de la présidente de l’Union des femmes réunionnaises et sénatrice de La Réunion, Evelyne Corbière-Naminzo, qui tient à saluer l' »engagement indéfectible pour plus de justice et de solidarité́ » d’Huguette Bello. Pour rappel, cette dernière a décliné ce dimanche la proposition de la France insoumise (LFI) et du Parti communiste français (PCF) d’occuper le poste de Première ministre. Saluant le « parcours politique exemplaire » de la présidente de Région, Evelyne Corbière-Naminzo regrette que celle ci n’ait pas obtenu « un consensus total » autour de son nom pour occuper Matignon. Elle pointe en particulier le rôle joué par le Parti socialiste, qui « a pourtant pu compter sur les soutiens d’Huguette Bello à François Mitterand, François Hollande et Ségolène Royal, lors des élections présidentielles ».

Huguette Bello annonce qu’elle n’ira pas à Matignon

Malgré l’appel de ses soutiens, Huguette Bello ne sera pas nommée Première ministre. L’annonce a été faite ce dimanche par la présidente de Région elle-même dans un communiqué. Elle explique vouloir « garantir l’unité du Nouveau Front populaire » en déclinant « sans plus attendre » l’offre qui lui a été faite. « Je prends acte qu’elle ne fait pas l’objet d’un consensus entre toutes les composantes du Nouveau Front Populaire, et notamment qu’elle n’est pas soutenue par le Parti socialiste », précise la cheffe de file du PLR.

Jean-Hugues Ratenon et Joé Bédier demandent aux élus locaux de pousser la nomination d’Huguette Bello à Matignon

Dans un communiqué, le président de Rézistan’s Égalité 974, Jean-Hugues Ratenon, appelle le Parti socialiste, et notamment la fédération locale représentée par Ericka Bareigts, à faire preuve de « responsabilité » pour permettre la nomination d’Huguette Bello à Matignon. Même son de cloche pour Joé Bédier pour qui il est crucial « de placer les intérêts supérieurs des Français au premier rang », en demandant aux partis du Nouveau Front populaire (NFP) de s’entendre sur la candidature de la présidente de Région.

NFP : Comment le nom d’Huguette Bello est arrivé au centre des débats

Le Nouveau Front populaire se déchire depuis plusieurs jours autour du sujet du nouveau gouvernement qui sera formé suite aux élections législatives anticipées. Pour sortir de l’impasse, le nom d’Huguette Bello a été cité. Mais comment l’hypothèse d’une candidature de la présidente de la Région Réunion est-elle arrivée sur la table ?