Revenir à la rubrique : Social

“Que fait-on de la dignité humaine des salariés de l’Arast et des assistants d’éducation ?”

C’est rassemblées sur le parvis des Droits de l’Homme à Champ-Fleuri, que des salariées de l’Arast et des assistantes d’éducation ont appelé les pouvoirs publics et leurs responsables, à plus de considération humaine. Jean-Hugues Ratenon a parlé lui de transparence.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le jeudi 01 octobre 2009 à 07H15

Le symbole était bien choisi : le parvis des Droits de l’Homme pour des femmes en quête de sérénité professionnelle et sociale, mais aussi de respect. “Mon contrat d’assistante d’éducation a pris fin au mois d’août. J’ai donc été licenciée”.

“Mais, lorsque j’ai appelé mon établissement scolaire pour avoir le document que je dois remettre à l’Assedic, une secrétaire m’a incendiée parce que j’ai osé porter ma demande de titularisation devant le tribunal administratif”, raconte Annie, 24 ans.

“Nous sommes plusieurs à n’avoir reçu le document pour l’Assedic que trois semaines ou un mois après notre licenciement. C’était la sanction pour avoir osé défendre nos droits et notre dignité. Conséquence : ce mois-ci, nous n’aurons aucun revenu. Comment ceux qui ont des enfants vont faire pour s’en sortir ?”, poursuit-elle.

C’est Jean-Hugues Ratenon qui enfonce le clou. “Dans un courrier, le Recteur de La Réunion a demandé aux chefs d’établissement condamnés par le tribunal administratif d’user de toutes les procédures juridiques possibles pour ne pas payer ou titulariser les assistants d’éducation. Où est la considération humaine de ces personnes sensées éduquer et former l’avenir de demain ?”

Le président d’Agir pou nout tout pointe également du doigt la mauvaise gestion du dossier de l’Arast. “Le public et les salariés ont droit à des chiffres différents chaque jour. Lesquels sont vrais ? Lesquels donnent une vraie photographie de la situation financière de l’Arast ?”

“Comme pour les assistants d’éducation ou d’autres catégories socioprofessionnelles menacées de licenciement ou de plan social, il manque de transparence dans les informations données. Pourtant, il s’agit dans le dossier de l’Arast d’argent public. Ce public n’est-il pas en droit de savoir ce qu’on fait de l’argent de ses impôts. Ceux qui payent ont le droit de savoir”.

“Et jusqu’à présent, les responsables n’ont parlé que d’argent. Et qui se soucie de la dignité humaine de ces hommes et ces femmes qui craignent pour leur modeste revenu ?  C’est ainsi que nous continuons à faire glisser notre population vers la précarité”.

“Faut-il attendre une explosion sociale pour qu’enfin, le problème actuel soit pris dans sa globalité, y compris dans sa dimension humaine ?”, s’interroge Jean-Hugues Ratenon.  

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Manifestation du BTP : Barachois fermé

Une grève illimitée a été démarrée par les syndicats du BTP. Ils bloquent la circulation au niveau du Barachois et une déviation a été mise en place par le Boulevard Sud. Les acteurs du BTP réclament une mobilisation des pouvoirs publics pour sortir le secteur de la crise qui s’enlise. (Images : Pierre Marchal)

SPL Estival : L’intersyndicale prête « à remettre la machine en marche »

« La crise est toujours là ». Après la publication dans la presse locale du pré-rapport de la Chambre régionale des comptes, l’intersyndicale de la SPL Estival ne cache pas son désarroi face à une situation « qui perdure » au sein de la société, et ce malgré la fin du conflit social qui a paralysé la structure fin 2023.