Revenir à la rubrique : Société

Quand monoparentalité rime avec multidifficultés

L’Observatoire de la parentalité, structure dépendante de la CAF et l’Université de La Réunion, a lancé une grande enquête sur la monoparentalité dans l’île. Un phénomène en très forte augmentation avec 24% des familles de La Réunion structurées ainsi. Une étude qui aura pour objectif de servir de référence aux futures politiques publiques.

Ecrit par zinfos974 – le mercredi 17 mars 2021 à 15H49

Avec près d’un quart des familles de La Réunion qui sont monoparentales, chacun d’entre nous a nécessairement un exemple qui lui vient en tête. Un phénomène plus présent dans les territoires ultramarins qu’en métropole où la part des familles monoparentales est deux fois moins nombreuse. À La Réunion, 40% des aides versées par la CAF concernent les parents isolés. Une situation qui a poussé le service public à mener une grande enquête sur la question.

Confiés à l’Observatoire de la parentalité, structure en lien avec la CAF et l’Université de La Réunion, pas moins de 6 490 parents isolés ont accepté de répondre aux questionnaires. Les résultats permettent de dresser un tableau plus complet de la situation.

Une typologie des familles monoparentales se dessine

Les trois causes de l’entrée en monoparentalité sont les séparations (56%), une première grossesse sans vécu commun avec l’autre parent (35%) et un décès (3%). 85% des parents isolés n’ont pas de nouveau conjoint.

La garde exclusive est la plus pratiquée avec 43% des cas, majoritairement des femmes, 27% n’ont pas de garde bien définie et la garde alternée représente 15% des cas, plus fréquemment utilisée chez les plus diplômés et les pères seuls.

Parmi les parents isolés, seuls 38% entretiennent des relations avec l’autre parent et dans 47% des cas, ces rapports sont plutôt mauvais. 70%  des parents seuls ne peuvent compter sur une aide matérielle, morale ou financière.

Les femmes beaucoup plus concernées et précaires

Sans surprise, les femmes représentent 90% des familles monoparentales. 61% des femmes vivant seules avec leurs enfants sont touchées par la pauvreté, contre 44% pour les hommes. Plus le nombre d’enfants est élevé, plus le taux de pauvreté est important. Il est de 79% pour une mère seule avec trois enfants. Les femmes isolées cumulent les facteurs de risques de pauvreté. Leur faible niveau d’études, une sur deux a un diplôme qualifiant, et la problématique de la garde d’enfants constituent des freins à l’insertion professionnelle.

Toutefois, en termes de représentation au fil des décennies, l’image d’une mère seule est passée de « mère-fille » à celui de « mère courage » dans la conscience collective. De plus, elles sont moins isolées que dans le passé, notamment par le soutien familial.

Le vécu des parents et des enfants

Dans 57% des cas, les parents seuls sont satisfaits de leur situation, même si les hommes le sont moins que les femmes. Les trois raisons invoquées sont : plus de conflits avec le conjoint, des relations privilégiées avec l’enfant et enfin se sentir libre dans ses décisions et ses actes. Concernant les points négatifs, les plus cités sont les problèmes financiers, l’absence d’autorité paternelle, les difficultés de concilier vie familiale et vie professionnelle et l’obtention d’un logement.

Du côté des enfants, la situation est généralement bien vécue. Les enfants indiquent dans 42% des cas avoir une relation privilégiée avec chacun des parents, tandis 34,5% évoquent le fait d’être plus autonome. Ceux qui le vivent mal le sont plus souvent au début de la situation.

L’immense majorité de personnes interrogées affirme que l’éducation des enfants se passe bien. Le bien-être et l’éducation de l’enfant restent la motivation principale des parents.

L’aspect financier et social

Dans le rapport à l’emploi, les situations sont diverses. Une part non négligeable considère ne pas être obligée de travailler, mais lorsque nécessité fait loi, les individus retournent sur le marché de l’emploi. À l’inverse, une grande partie ont dû cesser leur activité, car il était impossible de pouvoir tout gérer, notamment lorsque les enfants sont en bas âge. Les familles monoparentales vivent à 44% des prestations sociales, 30% de l’emploi et des deux combinés dans 16,5% des cas. 46% des personnes interrogées sont allocataires du RSA.

Socialement, la monoparentalité renforce le lien avec la famille. Néanmoins, la situation limite plus les autres relations sociales.

L’objectif de l’étude

Comprendre tous les mécanismes et enjeux de la monoparentalité était important pour la CAF qui verse plus 800 millions d’euros par an aux familles monoparentales. Cette étude veut s’inscrire comme une étude de référence, tant pour les acteurs associatifs et institutionnels de La Réunion que pour nourrir la réflexion nationale de l’ensemble de la branche famille.

Cette enquête permettra d’enrichir la conception des politiques publiques locales et nationales et ainsi de contribuer à l’amélioration du service public et des offres d’accompagnement proposées, notamment dans le cadre de la recentralisation du RSA à La Réunion.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Prix à la consommation à La Réunion : +0,2 % en mai 2024 et +3,5 % sur un an

En mai 2024, l’indice des prix à la consommation augmente de 0,2 % à La Réunion comme au mois précédent, rapporte l’Insee. Les prix des services continuent d’augmenter et ceux de l’énergie repartent à la hausse, tandis que les prix des produits manufacturés reculent. Quant aux prix de l’alimentation, ils sont stables, précise l’institut de sondage.

Météo à La Réunion : 0°C et gelées attendus en fin de semaine

Les températures devraient passer sous les normales saisonnières à l’approche du week-end à La Réunion. Un « pseudo-front froid » sera suivi par une masse d’air plus froide qui va voir le mercure atteindre 0°C à la Plaine des Chicots. Des gelées blanches pourraient être observées dans les Hauts.

Toujours pas d’accord entre ICP Roto et le JIR, le journal ne sera pas imprimé cette nuit

Les avocats des deux parties avaient trouvé un accord en fin de semaine dernière et un protocole d’accord avait été même été rédigé pour une production du journal pendant la période électorale, soit jusqu’au 8 juillet, sans garanties financières, mais avec la levée des attaques judiciaires de Jacques Tillier contre Alfred Chane Pane et son groupe. Il fallait cependant l’autorisation d’un juge commissaire pour que l’accord puisse être avalisé. La requête n’a pas eu le temps d’être examinée au tribunal vendredi dernier. Le JiR n’a donc pas été imprimé ce week-end et même sa version numérique n’a pas été proposée aux lecteurs ce dimanche.