Revenir à la rubrique : Zot Zinfos

Quand l’intérêt des Possessionnais passe après celui des promoteurs

Le maire de la Possession, Roland ROBERT, n’a pas ménagé ses efforts en propagande et en désinformation pendant toute sa mandature et en particulier au cours de l’année 2013, soit un an avant les élections municipales (sondages, évaluation de la gestion communale par un cabinet privé, etc…). Des projets les plus fous et coûteux ont […]

Ecrit par zinfos974 – le lundi 10 mars 2014 à 10H05
Le maire de la Possession, Roland ROBERT, n’a pas ménagé ses efforts en propagande et en désinformation pendant toute sa mandature et en particulier au cours de l’année 2013, soit un an avant les élections municipales (sondages, évaluation de la gestion communale par un cabinet privé, etc…). Des projets les plus fous et coûteux ont été présentés dernièrement aux Possessionnais pour faire croire qu’il a une vision et qu’il prépare l’avenir. 
Ce que nous constatons, c’est qu’il voit surtout d’un bon oeil les projets de ses « amis » !
 
Sainte-Thérèse un développement champignon dans le plus grand mépris des nouveaux habitants et des riverains désabusés…
Sainte-Thérèse se métamorphose depuis ces 10 dernières années. Des centaines de logements supplémentaires composent le paysage : constructions individuelles, lotissements et promotions privés et depuis 4 ans environ, logements sociaux construits en VEFA (vente en Futur Etat d’Achèvement), financés par des promoteurs privés avec le concours de l’Etat, avant d’être gérées par des bailleurs sociaux.
 
Ainsi, le développement de la Possession se poursuit avec le même dynamisme affairé, des mêmes éternels promoteurs profitant cette fois des aubaines de la défiscalisation…
 
On pourrait s’en satisfaire parce que le dispositif de défiscalisation sociale permet de produire plus de logements et profite donc aux familles trop longtemps dans l’attente d’un toit.
 
Pour autant, faut-il faire l’impasse sur la qualité de ces opérations ?
 
Trois opérations en VEFA qui interpellent sur la sécurité à Pichette : Guétali, Désirades et les terrasses de Pichette
 
Opération “Le Guétali” : promoteur la SCCV Le Guétali représentée par Mme Gomez – Cabinet d’architecte de l’opération Axel Gomez, et le gestionnaire la SHLMR)
 
Des locataires nous ont interpellés lors d’un de nos portes à portes. Installés dans des logements récemment livrés, ils ont été confrontés pendant plusieurs moi à essayer de gérer seuls des désordres relevant de malfaçons ou de dysfonctionnement, dont le principal était lié à un problème électrique jouant de la sécurité des occupants. La mairie s’est déchargée de leurs problèmes sur le promoteur et gestionnaire. L’intervention de la Confédération Nationale du Logement, assistant les locataires dans ce dossier et notamment son représentant M. Eric Fontaine a su faire accélérer les choses… mais maintenant qu’il s’allie à M. Roland Robert qu’il dit être à l’écoute des habitants, nous laissent perplexes… il a dû se tromper de ville !
 
Opération Désirades des riverains las de la sourde oreille des autorités nous ont interpellés. Promoteur : SCCV Désir représentée par Messieurs Radiguet consorts et Turgis, gestionnaire : SHLMR. Il s’agit de 40 logements sociaux en cours de construction en VEFA ne respectent pas le permis de construire accordé : conséquences : risque certain pour la sécurité routière (piétons et véhicules).
 
Une emprise jusqu’à la voirie pour y implanter un local poubelles oblige à faire l’impasse sur un potentiel trottoir puisque ce local obstrue complètement tout passage aux piétons. Le risque de se faire renverser par un véhicule à cet endroit est certain, risque renforcé par un virage empêchant toute visibilité, alors que la rue est étroite.
 
Et cela ne s’arrête pas là. Le permis de construire ne respecte pas non plus le nombre de logements : 44 logements réalisés au lieu de 40 autorisés et les places de parkings : 34 places créés au lieu de 40 prévus, alors qu’il en faut aujourd’hui 44. Il manque donc des places pour les résidents (le minimum prévu par le PLU est 1 place / logement) et aussi pour les visiteurs. A cet endroit, la rue Ho Chi Minh ne peut plus être aménagée de trottoirs, le gabarit est à peine suffisant pour assurer une sécurité optimale au vu du flux de voitures de plus en plus important et la situation s’aggravera davantage si des véhicules venaient à s’y garer.
 
Autre risque concernant la sécurité incendie
 
Il est de plus impossible pour les véhicules d’incendie et de secours de manoeuvrer à l’intérieur de l’opération comme l’exige la loi. Il en est de même pour l’’enlèvement des ordures ménagères où aucun passage n’est possible dans l’opération…Cela explique clairement pourquoi l’emplacement du local poubelles a été prévu à l’extérieur de l’opération, dans le plus grand mépris des nuisances visuelles et olfactives des riverains, principalement pour ceux qui habitent face à cette opération. De plus, la commune de la Possession multiplie cette ’expérience sur d’autres quartiers où la transformation de ces espaces réservés aux poubelles en véritable dépotoirs, promettent un environnement à venir dégradé. Et c’est déjà le cas pour l’opération les Terrasses de Pichette gérées par la SHLMR qui se trouve juste en amont de l’opération Désirades et Guétali…à peine arrivés, les locataires commencent déjà à se plaindre !
 
Ces centaines de logements supplémentaires drainent à minima autant de voitures qui empruntent désormais cette rue étroite et sinueuse. Pour autant la commune n’envisage aucun recalibrage de la voirie sur le secteur puisqu’elle poursuit sa politique d’urbanisation sans considérer un aménagement à la hauteur de ses ambitions. Et pourtant un chantier d’élargissement de voie a été lancé fin octobre en contrebas de ce futur lotissement pour un montant de 419 000 €. Ce chantier donne l’illusion de régler un problème mais peut on attendre une extension de ce chantier, des emplacements de stationnements supplémentaires à l’extérieur de l’opération, la création de véritables trottoirs et une desserte en transport en commun correspondant aux attentes des riverains de plus en plus nombreux ? Rien ne le laisse présager aujourd’hui puisque la mairie poursuit l’octroi des autorisations de construire.
Un permis de construire modificatif de complaisance accordé à la SCCV de M. Saddec Dindar ? :
 
A ce sujet, des riverains encore, organisés en collectif nous interpellent. L’histoire a déjà été relatée dans la presse en janvier 2011, et depuis, un immeuble inachevé de 24 logements pourrit la vie des riverains qui sont déterminés à aller jusqu’au bout pour faire respecter la loi !
 
Le respect des règles d’urbanisme concerne tout le monde, il faut mettre fin à la pratique du fait accompli nous dit le collectif.
 
L’opération Novamonde, rebaptisée “les verges du soleil” n’est pas conforme au permis de construire accordé initialement en 2009. Ici à nouveau c’est un problème d’accès qui pose problème. Au lieu de 5m au minimum comme l’impose le PLU pour accéder à la résidence, pas plus de 3,50m sont disponibles. Le passage des véhicules d’incendie et secours n’est donc pas possible, ni même la circulation des véhicules des résidents qui ne peuvent se croiser. Par ailleurs, n’est pas non plus respectée la distance entre les bâtiments implantés et la limite séparative qui au lieu d’être à 3m au minimum ou sur la limite de propriété, se situe à 1m. La mairie a bien reconnu toutes ces irrégularités allant jusqu’à faire dresser procès-verbal suivi d’un arrêté interruptif de travaux (AIT). Mais alors que l’opération en cours est sous le coup de cet AIT, 10 logements sont vendus à des investisseurs métropolitains. Tous demandent aujourd’hui l’annulation de leur achat…
 
En mai 2012, un permis de construire modificatif a été accordé sur la base d’un accès non pas en impasse, mais en sens unique et par contournement des bâtiments, en empiétant sur des parcelles voisines où M.Saddeck Dindar s’est octroyé un droit qu’il n’avait pas, celui d’utiliser une servitude de passage sans autorisation aucune, s’en est suivi un bornage judiciaire. Un jugement rendu par le tribunal d’instance de Saint-Paul déboute la SCCV de la revendication de servitude de passage. Se pose quand même la question de la distance par rapport à la limite séparative qui n’est pas conforme au PLU puisqu’elle est de 1m.
Les riverains sont furieux, et on peut les comprendre. Ces nombreuses irrégularités n’auraient pas du permettre à ce promoteurs d’obtenir un permis; Les conséquences sont désastreuses : des investisseurs escroqués, des riverains empêtrés dans des procédures judiciaires pour faire respecter leur droit, et bientôt un problème de sécurité voir de salubrité avec le risque de squat dans ces bâtiments qui tomberont en ruine.
 
En conclusion
 
Le maire, affirme s’être occupé de tous les quartiers de la ville au fil de ses mandats… Apparemment, la prise en compte de la sécurité et de la salubrité, d’une façon ou d’une autre dans l’aménagement de la ville depuis toutes ces années n’était pas son point fort.
 
Nous préférons ici suggérer un point faible sur ce sujet, plutôt que de penser que le maire n’en a que faire de la sécurité de ses propres citoyens. Osons également espérer que la capacité d’accueil des écoles alentours satisfera les besoins, parce que, pour ce qui est des commerces et des services de proximité c’est loupé.
 
La prise de conscience des Possessionnais est là.
 
Un courrier des riverains de l’opération Désirades a été adressé au Préfet afin qu’il se saisisse de ces opérations financées avec l’aide de l’Etat.
 
Pour les habitants de Sainte-Thérèse, le mépris du maire est devenu insupportable. Les autorités sont aujourd’hui alertées sur les risques auxquels sont exposés des citoyens qui se battent entre le maire, les promoteurs, les services de l’Etat et la justice dans l’indifférence la plus totale !
 
Il est encore temps d’éviter qu’un drame ne se produise et il est temps que les impôts des Possessionnais soient utilisés pour l’intérêt général et non pour quelques intérêts particuliers. Nous n’avons de cesse de dénoncer ces dysfonctionnements qui profitent à une poignée de personnes au détriment de l’intérêt général. Le travail qui nous attend est conséquent, mais ce qui est important c’est d’y arriver ensemble !
 
Vanessa Miranville

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Saint-Paul va danser : Rouv la Kaz est de retour

14 propositions artistiques sur 2 sessions de spectacles continus, 80 danseurs chez l’habitant et dans les espaces publics du quartier : Rouv la Kaz est de retour pour une 4ème édition aux accents inédits.

Les événements du week-end au Tampon

Voici les événements du week end sur la commune du Tampon :    DANCE HALL, ROLLER... AVEC LES SAMEDIS EN FORME ! Les SAMEDIS EN FORME sont des ateliers artistiques ouverts à...

Atelier jardin partagé à la Saline les Hauts

Dans le cadre de notre partenariat avec l'école Jardin planétaire basée au Port, nous organisons un atelier pour le public le Samedi 14 Mai 2016 de 9h à 12h dans le jardin Eucalyptus situé à La...