Revenir à la rubrique : Courrier des lecteurs

Pourquoi la dissolution de l’assemblée nationale ?

-Courrier des lecteurs-

Ecrit par Isabelle Latchimy – le mardi 11 juin 2024 à 14H20
Courrier des lecteurs 2024

Résoudre l’impasse parlementaire , renforcer une majorité ou répondre à la crise politique et sociale actuelle ?h

Ce mécanisme n’est pas seulement une procédure institutionnelle, c’est avant tout une opportunité offerte aux citoyens de renouveler ou de révoquer la confiance accordée à leurs représentants actuels.

Je comprends et partage la déception générale face à la politique actuelle. Nous sommes nombreux à ressentir que les décisions prises ne défendent pas les spécificités de notre département, et que la politique actuelle ne correspond pas toujours à nos attentes ni à nos besoins. Il est normal de se sentir frustré et de perdre confiance dans nos institutions.

Cependant, il est crucial de ne pas négliger ce qui se passe. La dissolution de l’assemblée n’est pas seulement une formalité, c’est une véritable occasion de se faire entendre et de dire clairement que nous souhaitons autre chose . 

C’est l’opportunité de montrer notre désaccord avec les politiques actuelles et de réclamer un changement réel et tangible.

Permettre aux citoyens de renouveler ou révoquer leur confiance, c’est renforcer notre démocratie. C’est reconnaître que le pouvoir appartient au peuple et qu’il doit avoir les moyens de l’exercer pleinement. C’est également une manière d’encourager les élus à rester constamment à l’écoute de leurs concitoyens, à agir avec intégrité et à rendre des comptes sur leur mandat.

La dissolution de l’assemblée est une chance pour chacun de nous de participer activement à la vie politique, de faire entendre notre voix et de réclamer une politique qui défend réellement les intérêts de notre département. Nous ne devons pas laisser passer cette occasion de montrer notre désapprobation et de demander des représentants qui agissent en accord avec nos valeurs et nos besoins.

La dissolution de l’assemblée est un outil puissant et nécessaire pour garantir que notre démocratie reste vivante et dynamique. Elle permet de s’assurer que nos représentants restent légitimes et en phase avec les attentes de ceux qu’ils représentent. 

C’est pourquoi il est de notre devoir de saisir cette opportunité, de nous mobiliser et de faire entendre notre voix.

Isabelle LATCHIMY

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
17 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Connaître l’Histoire, c’est prendre du recul pour mieux aller de l’avant

La campagne pour les élections législatives des 30 juin et 7 juillet 2024 est venue nous rappeler l’importance fondamentale du travail d’histoire à mener dans nos sociétés pour qu’elles puissent rester démocratiques. Les propos du maire de la Plaine-des-Palmistes, chef de file du Rassemblement National à La Réunion, tenus le 18 juin à l’antenne de Réunion La 1 ère, ont provoqué une vague de réactions indignées, dont celles de candidats de son propre parti. Pour Johnny Payet, qui explique que « l’esclavage était une façon de vivre avant, il y a des années et des années », une conclusion s’impose : « aujourd’hui on ne doit plus parler d’esclavage ». Ces déclarations décomplexées du fait d’une situation de crise politique ne sont ni à prendre à la légère, ni le témoignage d’une pensée isolée. L’idéologie portée par le discours de cet homme politique n’est en rien un « détail de l’histoire ».

Devoir de mémoire obligatoire ?

Le maire RN de la Plaine des Palmistes a, semble-t-il, réalisé l’unanimité de la classe politique contre lui en prenant position contre l’idée d’un devoir de mémoire qui l’obligerait personnellement à fêter le 20 décembre. La revendication de cette liberté individuelle lui a valu un déferlement de réactions hostiles auquel même des candidats du RN ont participé. Ainsi, mis à part l’antisémitisme, Johnny Payet s’est trouvé accusé d’à peu près tous les pires travers qu’on puisse reprocher à un homme politique. Cette prodigieuse diversité des griefs portés contre lui garantit qu’il est vain d’espérer un fondement rationnel à ce qui apparaît avant tout comme un débordement émotionnel collectif contre l’homme à abattre du moment. Traditionnellement on parle de lynchage médiatique et, en l’occurrence, le terme ne semble pas usurpé.

Jardin des merveilles : l’expérience de Bangalore peut-elle faire éclore un aéroport Guerlain sur l’Arc Atlantique ?

Dans la célèbre plantation Guerlain de Mayotte, « jardin archipel » du canal du Mozambique ; se trouve à quelques centaines de mètres du centre de Combani l’une des plus importantes plantations d’Ylang-Ylang, la fleur qui a révolutionné le parfum, ainsi que des épices comme les clous de girofle et la vanille. Alambics, distillat d’essences, allée de cocotiers … Entre nature et architecture, l’univers de la parfumerie peut-il servir de laboratoire d’inspiration et de décarbonation de l’aviation du XXIème siècle ?