Revenir à la rubrique : National

Pour Alain Juppé, « l’UMP est désormais la seule force électorale de résistance au Front national »

Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, considère que « la responsabilité du combat » contre le FN revient désormais à son parti, l’UMP, notamment « pour éviter que le prochain Parlement européen ne soit dominé par des partis anti-européens« . Commentant sur son blog les résultats de la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne), Alain Juppé estime, dans un billet […]

Ecrit par – le dimanche 30 juin 2013 à 17H19

Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, considère que « la responsabilité du combat » contre le FN revient désormais à son parti, l’UMP, notamment « pour éviter que le prochain Parlement européen ne soit dominé par des partis anti-européens« .

Commentant sur son blog les résultats de la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne), Alain Juppé estime, dans un billet intitulé « Après Villeneuve », qu’elle a été remportée de manière « pas triomphale […] mais nette » par l’UMP Jean-Louis Costes, et juge que le candidat FN a attiré « une partie importante des électeurs de gauche« .

« L’UMP est désormais la seule force électorale de résistance au Front national« , elle « a maintenant la responsabilité de mener le combat contre » lui, assure-t-il. « Responsabilité lourde si l’on considère, comme c’est mon cas depuis toujours, que l’arrivée du FN au pouvoir serait une catastrophe pour la France« , ajoute l’ancien premier ministre.

Il considère également que « le programme économique et social du FN (…) précipiterait la France dans la spirale du déclin« , car il représente  » la déconstruction pure et simple de l’Union européenne« . « Ce débat, cette confrontation (…), il faut les engager sans tarder si nous voulons éviter que le prochain Parlement européen ne soit dominé par des partis anti-européens« , assure Alain Juppé.

Il « mesure la difficulté de la tâche car Bruxelles aujourd’hui sert de bouc-émissaire à tous ceux qui fuient leur propre responsabilité« , concluant : « Le travail d’explication et de proposition qui nous attend est immense car l’état actuel de l’Union est loin d’être satisfaisant. »

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Contre l’alliance avec le RN, Eric Zemmour exclut Marion Maréchal-Le Pen de Reconquête

Les tensions sont vives au niveau national alors que les partis et représentants d’extrême-droite ainsi que ceux qui leur tendent la main s’entredéchirent. Marion Maréchal-Le Pen avait démarré les pourparlers avec Jordan Bardella pour une union d’extrême-droite en vue des Législatives. Une alliance rejetée par Eric Zemmour qui a accusé sa tête de liste des Européennes de l’avoir trahi. Il l’a donc exclue de son parti.

Emmanuel Macron propose une nouvelle majorité gouvernementale aux Républicains, Socialistes et Verts

Emmanuel Macron a exposé en fin de matinée, pendant une conférence de presse qui a duré près de trois heures, sa stratégie à une dizaine de jours du premier tour des élections législatives consécutives à sa décision de dissoudre l’Assemblée nationale.

Il a invité à un rejet des extrêmes, le Rassemblement National (RN) et La France Insoumise (LFI), même s’il ne les cite pas explicitement, et à une réunion des démocrates au sein d’une nouvelle majorité de gouvernement et autour d’une « fédération des projets » des républicains comprenant selon lui les sociaux-démocrates, la droite gaulliste et les écologistes.

Les premières réactions, aussi bien au Parti Socialiste (PS) que chez Les Républicains (LR), semblent indiquer qu’ils ne sont pas prêts à franchir le pas. En tous les cas, pas avant le premier tour. Il pourrait en être autrement après le 7 juillet, dans l’hypothèse où ce serait le seul moyen d’éviter une arrivée du RN au pouvoir.

Législatives 2024 : Emmanuel Macron présente son programme

Le président de la République s’est exprimé ce mercredi midi au sujet des Législatives 2024. Il a d’abord salué le travail de son gouvernement face à l’effritement de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale, avant d’évoquer les résultats des Européennes et les mesures qui seront au cœur du programme pour les élections législatives.

Le RN arriverait en tête selon un premier sondage sur les intentions de votes aux législatives

TF1 vient de publier les résultats d’une enquête menée par l’Ifop sur les intentions de vote au premier tout des législatives du 30 juin prochain auprès d’un échantillon de 1 089 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 1 205 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, réalisée du 10 au 11 juin 2024. Les chiffres sont des pourcentages des suffrages exprimés.
On découvre que le RN arriverait dans toutes les hypothèses en tête, mais qu’il serait talonné par la Gauche. Le parti d’Emmanuel Macron serait distancé.
Attention. Il ne s’agit là que d’un sondage réalisé à trois semaines du scrutin. Mais surtout, il ne s’agit que de projections sur des pourcentages de votants du premier tour et ne correspondrait en rien avec le nombre d’élus susceptibles de se faire élire au second tour. Il ne tient bien évidemment pas compte des consignes de vote qui pourraient être données (ou ne pas être données) par les candidats battus du 1er tour. Et ne répond par exemple pas à la question d’un éventuel front républicain anti-RN.
Mais surtout, il ne peut anticiper l’éventuel « effet de vague », c’est à dire la dynamique dont pourrait profiter le RN après sa victoire aux Européennes.