Revenir à la rubrique : Social

Plusieurs familles du Port attaquent la Sica Habitat en justice

Huit familles portoises appellent l’État à l’aide et ont engagé un avocat afin de poursuivre la Sica Habitat devant les tribunaux. Celles-ci n’ont jamais vu les logements pour lesquels elles se sont engagées financièrement sortir de terre, parfois depuis 2015.

Ecrit par Gaëtan Dumuids / Régis Labrousse sur place – le dimanche 23 août 2020 à 10H35

Quand le rêve se transforme en cauchemar. Huit familles portoises vivent actuellement cette désillusion. Dans le cadre d’une opération de Résorption de l’habitat insalubre (RHI) Chant de Merle, leurs dossiers avaient été retenus après leurs candidatures à l’accession à la propriété pour un Logement évolutif social (LES). Les maisons familiales de la rue Thomas Seebeck ont été rasées, les terrains viabilisés et les prêts personnels garantis accordés, mais toujours rien n’est sorti de terre. Une situation qui dure depuis 2015 pour certains.

À bout de nerfs, les familles réagissent. Elles se sont regroupées en formant le Collectif Habitat 974 et ont sollicité le soutien de la Confédération nationale du logement (CNL) pour faire avancer ce dossier. Son administrateur, Erick Fontaine, a contacté la direction de la Sica Habitat, mais les échanges n’ont abouti à rien. « On a sollicité un rendez-vous avec la Sica. Il fallait insister, on l’a eu au forcing. La Sica n’a pas répondu à nos questions sur la date de démarrage des travaux. Tout le monde a posé la même question : quand démarrent les travaux ?  Et on voulait un document écrit. La Sica nous a dit clairement : on ne peut pas donner de document écrit sur le démarrage des travaux. On ne vous donne pas de date de démarrage des travaux », s’insurge Erick Fontaine.

L’administrateur de la CNL qui affirme que la Sica Habitat a déjà empoché 50% des aides. Les acheteurs, relogés actuellement par la SIDR, ne veulent pas d’un surcoût de construction qui devrait être à la charge de la Sica Habitat. Pire, ils craignent de voir le porteur de projet, qui souffre de difficultés financières depuis plusieurs années, mette la clé sous la porte.

Le collectif se tourne donc vers l’État afin qu’il contrôle la Sica Habitat dont les opérations sont financées par des fonds publics. Les familles ont également engagé Me Alex Vardin afin de saisir la société en justice. Le conseil souhaite saisir le tribunal en urgence au travers d’un référé. « Pour nous l’impératif, c’est que les travaux démarrent cette année », affirme Erick Fontaine.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Retour en images sur le défilé du 1er mai

À l’occasion de la journée internationale de la fête des travailleurs ce 1er mai, un défilé s’est tenu ce mercredi matin entre le Jardin de l’État et la préfecture à Saint-Denis. Les organisations syndicales (CGTR, FO, FSU, SAIPER, Solidaires, UNSA et Union Etudiante 974) avaient appelé à une mobilisation visant à promouvoir la paix, la défense des libertés syndicales et démocratiques et la lutte contre la vie chère. Photos : Pierre Marchal/Anakaopress

1er mai à Saint-Denis : Un défilé placé sous le signe de la paix et de la lutte contre la vie chère

À l’occasion de la journée internationale de la fête des travailleurs ce 1er mai, un défilé est prévu à partir de 10h entre le Jardin de l’État et la préfecture à Saint-Denis. Les organisations syndicales (CGTR, FO, FSU, SAIPER, Solidaires, UNSA et Union Etudiante 974) appellent à cette mobilisation avec un accent mis sur la paix, la défense des libertés syndicales et démocratiques et la lutte contre la vie chère.

Aurore Bergé : “La Réunion a pris conscience de la nécessité de briser le tabou des violences intrafamiliales”

Ce mardi, la ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, a inauguré la nouvelle maison des femmes, de la mère et de l’enfant de Saint-Paul. Ce lieu a vocation à devenir un guichet unique regroupant des professionnels de santé du CHOR et des associations de lutte contre les VIF pour aider les femmes victimes de violence à se reconstruire.