Revenir à la rubrique : Actu Ile de La Réunion

Pierrot Dupuy – Le drôle de recrutement d’un chargé de mission pour lutter contre l’illettrisme…

Ce sont environ 120.000 Réunionnais qui seraient en situation d'illettrisme, soit 23 % de la population du territoire, selon les derniers chiffres disponibles. En moyenne 21,4 % des jeunes reçus à la Journée nationale de citoyenneté connaissent des difficultés de lecture en 2020. Parmi ces jeunes, 9,5 % ont de très faibles capacités de lecture ou des difficultés sévères.
C'est dire si le problème est grave.
Face à ce fléau, l'Etat ne reste pas inactif. Il a créé en 2000 l'Agence Nationale de Lutte Contre l'Illettrisme dans le but de promouvoir et fédérer les actions au niveau national et local et d'aider les organismes à mieux agir sur le terrain.
Son action ne donnant pas entière satisfaction, Muriel Pénicaud, la ministre du Travail de l'époque, avait commandé en 2019 un rapport afin de donner un second souffle à cette agence et de redéfinir sa stratégie.
Plus de 150 personnes, en métropole et outre-mer avaient été auditionnées. Première anomalie: aucune de La Réunion!
Il en est sorti 20 recommandations dont celle d'embaucher, sur proposition du préfet du territoire concerné, 18 chargés de mission contre l'illettrisme, un par région.
C'est le choix de celui de La Réunion, un certain Olivier Hugard, qui pose problème.

Ecrit par 1654 – le mercredi 26 janvier 2022 à 20H27

La procédure de recrutement, pour La Réunion, est lancée par l’Agence Nationale de Lutte Contre l’Illettrisme en novembre 2021. La fiche de poste est ainsi rédigée : « Sous l’autorité du directeur de l’ANLCI, en lien avec le préfet de Région et les représentants territoriaux des membres du GIP ANLCI (Conseil régional, services déconcentrés, agences de l’État, Pôle emploi, collectivités territoriales, Opco, Transition Pro…), il/elle devra animer une coalition des décideurs et des acteurs territoriaux, conformément à la gouvernance posée dans le cadre du plan 3i. Elle s’attachera à constituer et animer un comité consultatif régional avec les acteurs de la société civile« .
 
Depuis cette date, une totale opacité s’est installée sur les modalités de recrutement. C’est en catimini, pendant les fêtes, que le directeur de l’agence, Hervé Fernandez, et son adjoint Eric Nedelec, ont recruté un certain Olivier Hugard, semble-t-il à l’insu du préfet, de la présidente de Région, alors que l’illettrisme relève du champ de compétences de cette collectivité, du Conseil départemental et de la rectrice.

Enfin, ultime questionnement, sur quels critères s’est porté le choix de l’Agence ? Dans ce domaine de lutte contre l’illettrisme où depuis des années œuvrent dans l’île de nombreuses personnes reconnues pour leurs actions et leur expertise, pourquoi ce candidat ? Quelles sont ses compétences dans ce domaine ? Quelle est sa connaissance du territoire ? Quelle est sa connaissance des structures, associations et personnes qui travaillent dans ce domaine ? Autant de critères pourtant exigés dans l’annonce de recrutement. Et en quoi sa candidature est-elle supérieure aux autres candidatures locales ?
 

Il faut savoir cependant, pour montrer dans quel contexte trouble ce recrutement a été effectué, qu’une autre personne, proche de Camille Dagorne, la sous-préfète en charge de la cohésion sociale et de la jeunesse auprès de Jacques Billant, a failli être recrutée. Cette embauche ayant capoté, on s’est rabattu sur Olivier Hugard.

Ce dernier a pris son poste le 1er janvier. L’Agence a demandé au préfet d’informer sur son recrutement, ce que ce dernier a, d’après nos informations, refusé, n’ayant pas été associé à ce recrutement.  A ce jour sur son site, l’ANLCI n’en a toujours pas fait état. C’est à se demander pourquoi.

Autre bizarrerie : Dans les Régions, ces chargés de mission sont basés ou dans les préfectures auprès du SGAR (secrétariat général pour les affaires régionales), ou auprès de l’administration régionale et sont placés sous la responsabilité hiérarchique du directeur de l’Agence basée à Lyon. Agence où le chargé de mission aura à se rendre tous les mois. A La Réunion, Olivier Hugard sera rattaché à Camille Dagorne, sous-préfète à la Cohésion sociale. Une situation unique à ce jour.

Demain jeudi 27 janvier, Camille Dagorne a convoqué une réunion sur l’illettrisme. Peut-être que ce sera l’occasion pour elle d’introniser son nouveau chargé de mission… Mais avec l’accord de qui ? Du préfet ?

Dans quelle région métropolitaine ou d’outre-mer l’Agence a-t-elle procédé ainsi, en écartant le préfet et le recteur, en méprisant les présidents des collectivités et au premier titre la Région ?  

On est d’autant plus en droit de se poser la question que, quand on regarde CV d’Olivier Hugard sur LinkedIn, ses activités dans le passé n’ont rien à voir avec l’illettrisme. Il a été d’août 2011 à août 2015 consultant, responsable de développement chez Tetranergy Réunion, puis conseiller à la formation continue à la DAFCO Réunion de septembre 2015 à août 2017. Son CV précise qu’il a ensuite été consultant indépendant, sans préciser ni le lieu (métropole ou Réunion?), ni le domaine d’activité. Avant de se voir soudainement choisi parmi plusieurs candidats pour occuper le poste de chargé de mission contre l’illettrisme.

Ce Monsieur a l’air d’avoir de puissants protecteurs. « On est dans une affaire CNFPT en pire« , nous disait une personne particulièrement au fait du dossier…. Qu’en pensent nos parlementaires, les présidents des deux assemblées locales, des deux conseils consultatifs (CESER et CCE) et accessoirement les structures qui oeuvrent sur le terrain?…

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Perrier : Deux millions de bouteilles détruites suite à une contamination fécale

La célèbre marque d’eau gazeuse Perrier, filiale de Nestlé, fait face à une crise sanitaire majeure suite à la découverte de bactéries d’origine fécale dans l’un de ses captages d’eau.
À la demande de l’État, l’exploitation du forage concerné situé sur la commune de Vergèze, près de Nîmes, a été suspendue et deux millions de bouteilles ont été détruites par précaution.
Cet incident a été révélé suite à un contrôle qui a mis en évidence une contamination par des germes, notamment E.coli, liée aux fortes pluies de la tempête Monica en mars dernier.

Européennes : Le candidat mahorais Saidali Boina Hamissi écarté de la liste du RN

Le Rassemblement national a exclu Saidali Boina Hamissi de sa liste pour les élections européennes suite à la controverse entourant ses propos sur les femmes et son soutien exprimé à Vladimir Poutine.
Cette décision, confirmée par une source interne du parti à l’AFP et initialement rapportée par France info, intervient après que des messages Facebook anciens du candidat mahorais ont été rendus publics, révélant des vues complotistes et racistes.

Kendji Girac : des tensions avec sa compagne avant le coup de feu

Kendji Girac, le célèbre chanteur de 27 ans connu pour ses titres « Color Gitano » et « Andalouse », se remet d’une blessure par balle survenue dans des circonstances dont le flou commence à se dissiper.
L’incident s’est produit dans la nuit du dimanche 21 au lundi 22 avril sur une aire d’accueil des gens du voyage à Biscarrosse, dans les Landes, une communauté à laquelle le chanteur appartient. Transporté en urgence à l’hôpital Haut-Lévêque à Pessac, Kendji Girac a été retrouvé avec une blessure sérieuse au thorax, la balle étant ressortie par le dos.

Un adolescent arrêté pour projet d’attentat terroriste lors des JO à La Défense

Un jeune de 16 ans a été interpellé à Marignier, en Haute-Savoie, suspecté de planifier un attentat djihadiste à La Défense pendant les Jeux Olympiques. Selon les informations obtenues par Le Figaro auprès du parquet national antiterroriste, une enquête pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle » a été ouverte. L’adolescent avait exprimé sur Telegram son désir de se procurer du matériel pour fabriquer une ceinture explosive dans le but de « mourir en martyr au nom du Califat islamique ».