Revenir à la rubrique : Social

Petite enfance : La SPL OPÉ présente des chiffres plus intéressants en trompe-l’oeil

Notre compte-rendu sur l'évolution tarifaire des garderies gérées par la société publique locale OPÉ fait réagir des parents d'élèves. Ils nous fournissent une grille de lecture différente de celle communiquée par la SPL hier.

Ecrit par – le samedi 21 août 2021 à 08H27

Les parents veillent au grain. [La grille présentée hier]urlblank:https://www.zinfos974.com/Saint-Denis-Des-parents-d-eleves-mobilises-contre-la-hausse-des-tarifs-de-garderie_a172466.html par la SPL OPÉ à notre équipe ne colle pas avec celle qui a été envoyée aux parents à la mi-juillet.

Dans son droit de réponse reporté hier sur notre site, la direction de la SPL OPÉ (Oser pour l’éducation) nous signalait que le montant minimal de prise en charge en périscolaire était de 50 euros et au maximum de 132 euros. « Mais ces chiffres reflètent un accueil pour 16 jours et non 17 », nous signalent des parents, ce qui a le don de les agacer et a tendance à présenter les chiffres de façon erronée au grand public. « C’est sûr que sur une base de 4 jours plutôt que 5 et en excluant le prix hors commune, on arrive sur un prix plus intéressant », décrypte l’un d’eux.

Même subterfuge employé pour les mercredis jeunesse. Au lieu de 32 euros pour les parents avec quotient familial le plus bas et 128 pour les plus élevés, les parents doivent plutôt tabler sur une évolution tarifaire portée à 40 et 160 euros. Ce dernier montant grimpe même à 190 pour les enfants dits « hors commune » de Saint-Denis.  

Rappelons que la direction de la SPL justifiait cette évolution tarifaire par un lissage des tarifs pratiqués par les quatre associations qui étaient en charge de la petite enfance avant la création de la société publique locale OPÉ. 

 

La grille tarifaire présentée hier par la SPL :

 

La grille tarifaire fournie par la SPL aux parents et qui présente les prestations avec une journée de plus :

 

Thèmes :
Partagez cet article:
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

MFR : Les salariés poursuivent leur mouvement de grève

En grève illimitée depuis la semaine dernière pour exiger de meilleures conditions de travail, les salariés de la Maison familiale rurale (MFR) située à la Plaine-des-Palmistes ont décidé de poursuivre leur mouvement, toujours soutenu par l’Union régionale 974 (UR974).

« Plusieurs chantiers déjà inscrits dans le calendrier social de cette année », assure le Département

Si la collectivité départementale assure respecter le droit de grève « consacré par la constitution », elle exprime néanmoins ses regrets face au mouvement de grève entamé ce jeudi devant ses grilles à l’appel des syndicats SAMFFA et SNT, rappelant la réunion avec la Direction Générale et les services du 27 février dernier, « où des réponses ont été apportées aux points soulevés ».

Département : « Un malaise croissant au sein du personnel »

Le climat social se tend au Conseil départemental, avec une action conjointe ce jeudi des syndicats SAMFFA (Syndicat Assistants Maternels, Assistants Familiaux, Accueillants familiaux) et SNT/CFE-CGC (Syndicat national des Territoriaux CFE/CGC) en soutien aux droits et intérêts des agents. Les griefs portent sur les orientations de l’action sociale départementale, les conditions de travail et les effets délétères sur le personnel.

Mairie de St-Benoit : Les syndicats boycottent le CST et demandent à rencontrer le maire

La mise en place des nouveaux membres du Comité Social Territorial (CST) ne suffit pas à apaiser les tensions au sein de la mairie de St-Benoit, dénoncent les représentants syndicaux. Ces derniers ont décidé de ne pas prendre part au CST convoqué ce mercredi, reprochant au maire, Patrice Selly, une « absence de dialogue social ». Ils tiennent malgré tout à le rencontrer dans les plus brefs délais.