Revenir à la rubrique : Courrier des lecteurs

Pensées d’un samedi soir à une semaine des élections législatives

Se trouve-t-on dans une de ses drôles de périodes de l'Histoire où le monde risque de basculer ou bien se trouve sur le point de basculer irrémédiablement ?

Ecrit par Saucratès – le lundi 24 juin 2024 à 07H53
Courrier des lecteurs 2024

Personnellement, je n’y crois pas. D’abord, il ne s’agit que d’événements franco-français, qui ne concernent que nous. Vu hors de France, il ne s’agit que d’un épiphénomène minuscule, l’équivalent de ce que nous avons vécu lorsque Mme Meloni a remporté les élections législatives en Italie.

Deuxièmement, par le passé, on nous a déjà dépeint le même type de situation cataclysmique, probablement à partir de 1965 ou du début des années 1970, au sujet de l’arrivée potentielle au pouvoir des socialistes et des communistes en France. Là aussi, l’élection d’un jeune polytechnicien, Valéry Giscard d’Estaing, en 1974, a semblé constituer la solution pour bloquer l’arrivée au pouvoir des communistes. À tord. L’élection présidentielle puis les élections législatives de 1981 ont dû constituer un summum du battage médiatique autour de la montée des périls, avec la nationalisation proposée de toute une série de banques et d’industries dans le programme commun de la Gauche.

Et pourtant c’est arrivé. Et pourtant la Gauche, les socialistes et les communistes, ont pris le pouvoir, et ils ont appliqué leur programme de congés payés, de généralisation des instances représentatives du personnel, et de nationalisations. Et notre monde actuel est l’héritier de cet événement fondateur, de cette alternance désormais considérée comme normale de gouvernements de droite et de gouvernements de gauche.

Nous sommes probablement arrivé aujourd’hui à un nouvel événement fondateur de notre système politique avec la probable arrivée de l’extrême-droite aux portes du pouvoir. De toute facon, si cela ne se réalise pas maintenant, le risque ne se réalisera-t-il pas à nouveau aux prochaines élections présidentielles en 2027 ou aux prochaines élections législatives ?

La période est donc certes importante, mais elle ne constitue pas cette montée des périls qu’on nous dépeint si complaisamment. Il nous faut réfléchir aujourd’hui en notre âme et conscience aux conséquences de notre vote futur,

 

• qu’il concerne le maintien au pouvoir d’une majorité présidentielle qui nous a volé des années de vie et de retraite, qui applique un programme fiscal favorable aux très riches et aux milliardaires, qui réforme et fusionne à tour de bras, et qui semble désormais représenter une forme de continuité fiscale et sociale

 

• qu’il concerne le retour au pouvoir d’un nouveau front populaire, qui défendra peut-être l’octroi ou le maintien de certains droits sociaux, mais qui porte en germe une haine des riches, une haine d’Israël et une vision punitive et extrémiste de l’écologie et du féminisme. Le retour des mêmes personnes qui ont amené dans leurs valises en 2012 le sbire Macron, ainsi que la centaine de députés qui ont trahi la Gauche pour ensuite rejoindre LREM, ceux qui ont voté la loi du mariage pour tous, la semaine scolaire sur six jours, la réforme des rythmes scolaires à l’école et au collège ? Ceux qui oublient les assassinats de Samuel Paty et de Dominique Bernard au vu de la complaisance qu’ils manifestent vis-à-vis de l’islamisme ?

 

• ou qu’il concerne l’arrivée au pouvoir d’un parti situé plutôt à l’extrême-droite de l’échiquier politique, dont on ignore beaucoup de choses : son action future envers la classe moyenne qu’il dit vouloir protéger et défendre, son action vis-à-vis des populations étrangères en France, les idées mêmes des personnes qui arriveront au pouvoir, sa capacité à dialoguer avec les organisations syndicales qui le combattent obstinément depuis des décennies, et enfin sa capacité à accepter les règles du jeu politique, la libre tenue d’élections dans le futur et l’acceptation de futures défaites électorales ?

 

Il s’agit certes d’un moment électoral important. Mais de toute façon, même si l’extrême-droite échoue en juillet 2024 à remporter ses élections législatives, son électorat ne risque-t-il pas vraisemblablement encore de croître d’ici 2027 et les élections ultérieures ? Sauf à ce que l’on sorte de la politique qui nourrit le sentiment de rejet de toute une fraction de l’électorat français et qui nourrit le vote pour les extrêmes. Ou sauf à ce que le peuple français ne change viscéralement.

 

Ce moment approche à grand pas. Il aura lieu dimanche prochain, dans à peine une semaine pour le premier tour, et le dimanche d’après pour le second tour. Les journaux et les médias n’ont pas fini dans les prochains jours de chercher à nous bourrer la tête et à nous faire peur, pour appeler à voter pour leurs favoris.

Voter pour les uns ou pour les autres, s’abstenir, c’est un choix crucial qui s’approche pour chacun d’entre nous, en notre âme et conscience. Personnellement, je ne pense pas que l’enjeu de ce scrutin soit aussi terrible que ce qu’on nous présente. Mais autant y réfléchir profondément, sur ce que l’on veut, sur ce que le futur de notre Nation pourra être.

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
17 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Le Bon sens

(Les humains seraient-il monstrueusement insensés ?)

Qui est responsable du chaos?

Je suis impressionné par le nombre de personnes qui souhaitent devenir premier ministre de Macron ! L’intéressé s’en amuse, écrit aux Français sur l’incapacité de ces prétendants de s’accorder, et part en voyage aux Etats-Unis. La course à la soupe n’aide pas à clarifier la situation critique dont la responsabilité en revient au Président de la République. A lui seul !