Revenir à la rubrique : Politique

Patrick Lebreton (PS) dénonce “l’opacité qu’il y a au sein du PS local”

“Comme le parti socialiste national, le PS local subit les contrecoups du congrès de Reims qui n’est pas allé au bout de sa remise en cause. Comme le PS national, le PS local doit plus que jamais faire sa révolution”. Cette révolution, le député-maire de Saint-Joseph, Patrick Lebreton, l’imposera d’une façon ou d’une autre.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le vendredi 12 juin 2009 à 11H02

Patrick Lebreton n’entend plus mettre la forme pour contester la gestion “autoritaire et autocrate” de Gilbert Annette, à la tête du parti socialiste réunionnais. Il a fait un premier pas en ce sens hier.

Les propos de son communiqué étaient sans équivoque. L’échec d’Ericka Bareigts “qui est celui de Gilbert Annette”, aujourd’hui affaibli, est la faille toute trouvée pour remettre en cause la légitimé même d’un premier secrétaire fédéral.

“C’est d’abord le fonctionnement même de notre parti qu’il faut revoir. Par exemple, aucune analyse des résultats des Européennes, n’a été faite avec les militants”. Il y a surtout la désignation de la candidature d’Ericka Bareigts, pour l’élection européenne.

“Comment a-t-elle a été désignée ? Pourquoi les textes règlementaires n’ont pas été appliqués ?” Il est vrai également que le secrétariat fédéral n’a jamais rendu public le résultat de ce vote interne.
Plusieurs militants ont même dénoncé sur Zinfos974.com, des irrégularités dans le scrutin. “Nous dénonçons cette opacité qu’il y a depuis quelque temps déjà au sein du PS local”, explique Patrick Lebreton.

Annette voulait s’allier avec Vlody

En ce qui concerne l’élection européenne, Gilbert Annette avait également demandé à Jean-Jacques Vlody, conseiller général du Tampon, de se préparer à être candidat à cette échéance. “Il a commencé à s’informer et à se documenter, et sans rien nous dire, on nous a imposé la candidature d’Ericka Bareigts”.

En fait, le premier secrétaire fédéral du parti socialiste tentait depuis quelque temps de convaincre Jean-Jacques Vlody de rejoindre son camp, contre Patrick Lebreton. Le conseiller général du Tampon avait également reçu la proposition d’être numéro deux sur la liste de Gilbert Annette aux Régionales.

Jean-Jacques Vlody a choisi de rester fidèle à Patrick Lebreton, ce qui explique sans doute que sa candidature n’ait pas été retenue pour les Européennes, ce qui a déclenché la colère des socialistes de l’Ouest et du Sud. Les plus téméraires réclament des explications.

“C’est pour toutes ces raisons que nous appelons le secrétariat fédéral du parti à une remise en cause en profondeur. Notre parti national a entamé cette démarche, elle puise également dans la motion E, celle de Ségolène Royal, pour tenter de répondre aux aspirations des Français. Le PS local doit aussi travailler pour répondre aux attentes des Réunionnais”.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

« Nous avons assisté à des procès d’intention indignes menés par des opposants à la nomination d’Huguette Bello à Matignon »

« Sa décision de décliner la proposition d’occuper le poste de Première Ministre contraste complètement avec les motivations de certain.e.s ». Les mots sont ceux de la présidente de l’Union des femmes réunionnaises et sénatrice de La Réunion, Evelyne Corbière-Naminzo, qui tient à saluer l' »engagement indéfectible pour plus de justice et de solidarité́ » d’Huguette Bello. Pour rappel, cette dernière a décliné ce dimanche la proposition de la France insoumise (LFI) et du Parti communiste français (PCF) d’occuper le poste de Première ministre. Saluant le « parcours politique exemplaire » de la présidente de Région, Evelyne Corbière-Naminzo regrette que celle ci n’ait pas obtenu « un consensus total » autour de son nom pour occuper Matignon. Elle pointe en particulier le rôle joué par le Parti socialiste, qui « a pourtant pu compter sur les soutiens d’Huguette Bello à François Mitterand, François Hollande et Ségolène Royal, lors des élections présidentielles ».

Huguette Bello annonce qu’elle n’ira pas à Matignon

Malgré l’appel de ses soutiens, Huguette Bello ne sera pas nommée Première ministre. L’annonce a été faite ce dimanche par la présidente de Région elle-même dans un communiqué. Elle explique vouloir « garantir l’unité du Nouveau Front populaire » en déclinant « sans plus attendre » l’offre qui lui a été faite. « Je prends acte qu’elle ne fait pas l’objet d’un consensus entre toutes les composantes du Nouveau Front Populaire, et notamment qu’elle n’est pas soutenue par le Parti socialiste », précise la cheffe de file du PLR.

Jean-Hugues Ratenon et Joé Bédier demandent aux élus locaux de pousser la nomination d’Huguette Bello à Matignon

Dans un communiqué, le président de Rézistan’s Égalité 974, Jean-Hugues Ratenon, appelle le Parti socialiste, et notamment la fédération locale représentée par Ericka Bareigts, à faire preuve de « responsabilité » pour permettre la nomination d’Huguette Bello à Matignon. Même son de cloche pour Joé Bédier pour qui il est crucial « de placer les intérêts supérieurs des Français au premier rang », en demandant aux partis du Nouveau Front populaire (NFP) de s’entendre sur la candidature de la présidente de Région.

NFP : Comment le nom d’Huguette Bello est arrivé au centre des débats

Le Nouveau Front populaire se déchire depuis plusieurs jours autour du sujet du nouveau gouvernement qui sera formé suite aux élections législatives anticipées. Pour sortir de l’impasse, le nom d’Huguette Bello a été cité. Mais comment l’hypothèse d’une candidature de la présidente de la Région Réunion est-elle arrivée sur la table ?

Huguette Bello, Première ministre : Manifestation devant le siège du PS à Ivry

Le conseil national du Parti socialiste se tient actuellement à Ivry où les dirigeants doivent étudier la candidature d’Huguette Bello au poste de Première ministre proposée par le PCF et soutenue par la LFI. Le PS a son propre candidat, Olivier Faure. Plusieurs sections du Nouveau Front populaire se mobilisent devant les grilles du siège socialiste ce samedi après-midi pour militer en faveur d’un consensus autour du nom de la présidente de la Région Réunion.