Revenir à la rubrique : Société

Parcoursup: 14 409 candidats ont confirmé leurs voeux à La Réunion

La seconde étape de la procédure Parcoursup 2019 s’est achevée dans la nuit du mercredi 3 avril à La Réunion, à 02h59 du matin (23h59 dans l’hexagone) : les candidats ont confirmé leurs vœux pour accéder aux formations du premier cycle de l’enseignement supérieur. Depuis le 5 avril, les formations ont ainsi pu engager l’examen […]

Ecrit par NP – le samedi 20 avril 2019 à 09H23

La seconde étape de la procédure Parcoursup 2019 s’est achevée dans la nuit du mercredi 3 avril à La Réunion, à 02h59 du matin (23h59 dans l’hexagone) : les candidats ont confirmé leurs vœux pour accéder aux formations du premier cycle de l’enseignement supérieur. Depuis le 5 avril, les formations ont ainsi pu engager l’examen des vœux, préalable à la phase d’admission qui débutera le 15 mai 2019.

Pour la première fois, la plateforme Parcoursup a été ouverte dès le mois de décembre, afin de donner davantage de temps aux candidats pour consulter les formations et affiner leur projet d’études. Parcoursup propose désormais 14 500 formations contre 13 000 auparavant, en particulier les Instituts de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) dont le processus de recrutement a été transformé : la multiplicité des concours payants a été remplacée par un examen sélectif sur dossier sans aucun frais. D’ici 2020, l’ensemble des formations reconnues par l’Etat rejoindront Parcoursup.
Dans l’académie de La Réunion, 14 409 candidats ont confirmé au moins un vœu, dont 10 720 lycéens en classe de terminale, 2 198 candidats en réorientation, et 1 491 candidats s’inscrivant essentiellement dans une démarche de reprise d’études.

86 250 vœux ont été confirmés en phase principale pour cette session 2019 contre 72 705 en 2018. On totalise 111 414 vœux si l’on y ajoute les sous-vœux, plus nombreux en raison des possibilités supplémentaires de vœux multiples offertes en 2019.

Nationalement les candidats ont formulé 6,9 millions de vœux.  On totalise 8,6 millions de vœux si l’on y ajoute les sous-vœux,  dont 1,5 million uniquement pour les Instituts de Formation en Soins Infirmiers (IFSI).

Au total, sur l’ensemble des académies, 639 905 lycéens préparant le Baccalauréat ont confirmé au moins un vœu sur Parcoursup, un chiffre stable par rapport à l’an dernier.

Une synthèse statistique des vœux d’orientation des lycéens scolarisés en France pour la rentrée 2019 est publiée dans une note du service statistique du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Les demandes de réorientation des étudiants ont cette année été plus nombreuses : 133 057 étudiants ont confirmé au moins un vœu. Les étudiants ont en effet pu bénéficier cette année de l’accompagnement d’un directeur d’études qui a pu suivre leur parcours et les accompagner dans la construction de leur projet, y compris dans le cas de réorientations, au sein même de leur établissement.

Par ailleurs, la plateforme Parcoursup a accueilli de très nombreux candidats s’inscrivant dans une démarche de reprise d’études. Parmi les 125 092 candidats qui ne sont ni lycéens préparant un baccalauréat français ni étudiants en réorientation, 109 224 candidats en reprise d’études ont confirmé un ou plusieurs vœux. Cela traduit une demande particulièrement forte d’accès à l’enseignement supérieur de la part d’un public nouveau, qui témoigne de l’attractivité des formations du supérieur et appelle des réponses spécifiques. Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et le Ministère du Travail œuvrent d’ores et déjà de concert pour mettre au profit de ces candidats l’ensemble des possibilités qui peuvent leur être offertes.

Enfin, afin de rendre plus fluide le processus d’admission et de mieux cerner les aspirations des jeunes, les candidats ont indiqué s’ils envisageaient un projet d’études ou un projet professionnel qui n’était pas proposé sur Parcoursup : 219 331 candidats ont ainsi indiqué envisager d’autres projets pour la rentrée prochaine. Pour rappel, la présentation d’une autorisation de désinscription de Parcoursup est obligatoire pour toute inscription hors des formations proposées sur la plateforme.

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

[Communiqué] 8 000 euros offerts pour la restauration du Chemin de croix de la Chapelle Pointue

Samedi 18 mai, dans le cadre de la Nuit des musées, Allianz France a remis à Béatrice Sigismeau, vice-Présidente du Conseil départemental, qui représentait le Président Cyrille Melchior, un don de 8 000 € pour la restauration du chemin de croix de la Chapelle Pointue, au Musée de Villèle. Une cérémonie à laquelle participait également la Conseillère départementale Eglantine Victorine.

Coup d’envoi de la Marche des visibilités ce dimanche

La Marche des visibilités va s’élancer du Jardin de l’Etat, à Saint-Denis, ce dimanche après-midi à 14h. Cette quatrième édition se terminera sur le Barachois avec des prises de parole et performances artistiques. Le Mois des visibilités doit, lui, s’achever le 25 juin prochain.

Le prix des oignons péi flambe sur les marchés

Depuis le mois dernier et l’interdiction par l’Inde de toute exportation de sa production d’oignons, les familles réunionnaises versent une larme à chaque fois qu’elles doivent s’approvisionner. Un lecteur de Zinfos974 nous a ainsi fait parvenir une photo prise samedi sur le marché de Saint-Pierre, où le prix de l’oignon péi, certes bien meilleur que son cousin indien, se négocie à 18 euros le kilo !

« L’histoire de la Buse est assez emblématique de la carrière d’un pirate de l’époque »

Si le mythe réunionnais du trésor de la Buse se nourrit depuis plusieurs décennies des nombreuses annonces, jamais confirmées, de découverte d’une potentielle cache secrète, Charles-Mézence Briseul estime qu’il faut rompre avec la coutume de la chasse au trésor et privilégier une archéologie de la piraterie. L’auteur de « La Buse, la biographie du plus grand pirate français » souligne par ailleurs que les rares éléments tangibles disponibles témoignent des difficultés financières du marin calaisien après le célèbre pillage de la Vierge du Cap.