Revenir à la rubrique : Politique

ODC : Nassimah Dindar mise en minorité, retire le dossier

Qui succèdera à Jacques Dambreville, à la direction de l’ODC ? Jacques Dambreville, lui-même, ou Pascal Montrouge ? Nassimah Dindar avait déjà fait son choix. Mais mise en minorité ce matin lors de la Commission permanente, la présidente du Conseil général a dû retirer le dossier de l’ordre du jour.

Ecrit par Jismy Ramoudou – le mercredi 20 mai 2009 à 15H36

Nassimah Dindar ne s’attendait sans doute pas à vivre pareille mésaventure, ce matin. Tout était prêt pour officialiser l’arrivée du projet « Pardon Mars » initié par Pascal Montrouge, en lieu et place de l’équipe dirigée depuis quelques années par Jacques Dambreville.
 
Malheureusement pour la présidente du Conseil général, le scénario ne s’est pas déroulé de la façon programmée. Nassimah Dindar s’est rapidement trouvée en minorité au sein de sa Commission permanente. Jacques Dambreville a semble-t-il plus de soutien que ne le pensait la patronne du Département.

Décision repoussée d’une semaine

Et pour éviter que la discussion aboutisse à un vote et à la reconduction de l’équipe en place, Nassimah Dindar a préféré retirer le dossier de l’ordre du jour. “Nous avons décidé de repousser cette décision à la semaine prochaine”, précise-t-elle.

“Nous attendons de plus amples informations sur le projet Pardon Mars initié par Pascal Montrouge”, indique-t-on dans l’entourage de la présidente, qui reconnaît que c’est le dossier présenté par Pascal Montrouge qui tient la corde.

Du côté de Jacques Dambreville, “nous savons déjà ce qui se trame. Nous, nous attendons plus à une décision politique”, concède un proche. Verdict, en principe la semaine prochaine…

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Pierrot Dupuy : « Pourquoi la désignation d’Huguette Bello comme Première ministre est peu probable »

Suite à l’annonce de la candidature d’Huguette Bello au poste de Première ministre par le Parti communiste français, la sphère médiatique nationale s’est rapidement emballée autour de la présidente de la Région Réunion. Pierrot Dupuy explique pourquoi cette candidature a peu de chances d’aboutir, tant en raison des enjeux de la Gauche au niveau national que des dynamiques locales.

Huguette Bello : Combats politiques et événements médiatiques

La présidente de la Région Réunion est pressentie pour devenir Première ministre. Cette proposition formulée par le Parti communiste français prend devient de plus en plus sérieuse grâce au soutien de Jean-Luc Mélenchon, fondateur de La France Insoumise et l’accord d’Europe Ecologie-Les Verts. Le Parti socialiste doit se prononcer aujourd’hui sur le sujet. Devenir la cheffe du gouvernement couronnerait la carrière politique très riche d’Huguette Bello, figure emblématique de la gauche à La Réunion.

Huguette Bello, Première ministre : « Une solution » pour Jean-Luc Mélenchon

Le fondateur de la France Insoumise a apporté son soutien à la proposition du Parti communiste français qui a cité Huguette Bello comme possible candidate à la tête d’un gouvernement de coalition à gauche. Le PCF et LFI sont favorables à cette idée, mais le Parti socialiste n’a pas encore donné son avis sur le sujet et doit tenir son conseil national ce samedi pour statuer sur le sujet.