Revenir à la rubrique : National

Nouvelle polémique : Alexandre Benalla voyage avec un passeport diplomatique

Emmanuel Macron espérait que l’affaire Benalla, qui avait constitué le feuilleton médiatique de l’état, allait se calmer avec l’arrivée de l’hiver. Et allait passer au second plan avec l’émergence des incidents liés aux Gilets jaunes. Il n’en est malheureusement pour lui rien et il est à craindre que son ex-chef de cabinet adjoint à l’Elysée […]

Ecrit par zinfos974 – le jeudi 27 décembre 2018 à 21H41

Emmanuel Macron espérait que l’affaire Benalla, qui avait constitué le feuilleton médiatique de l’état, allait se calmer avec l’arrivée de l’hiver. Et allait passer au second plan avec l’émergence des incidents liés aux Gilets jaunes.

Il n’en est malheureusement pour lui rien et il est à craindre que son ex-chef de cabinet adjoint à l’Elysée continue à lui coller à la chaussure, un peu comme le sparadrap du capitaine Haddock dont il ne parvenait pas à se débarrasser.

Il y a d’abord eu les conditions mystérieuses du voyage d’Alexandre Benalla au Tchad, trois semaines avant celui d’Emmanuel Macron. L’Elysée a publié un communiqué affirmant que « quelles que soient les démarches qu’entreprend M. Benalla, il n’est pas un émissaire officiel ou officieux de la présidence de la République. S’il se présentait comme tel, il est dans le faux ». 

Et voilà que Mediapart révèle aujourd’hui qu’Alexandre Benalla voyage toujours avec un passeport diplomatique datant de l’époque où il travaillait à l’Elysée, qt qu’il l’avait même « utilisé ces dernières semaines pour entrer dans différents pays africains ainsi qu’en Israël.

Ce passeport avait été délivré le 24 mai 2018, soit après les quinze jours de suspension du chargé de mission de l’Élysée à la suite des violences du 1er mai. Le 19 septembre dernier, devant la commission d’enquête du Sénat, Alexandre Benalla avait expliqué : « La délivrance de passeport diplomatique est automatique pour l’ensemble du personnel qui peut être amené à se déplacer avec le président de la République ».

Seulement, depuis la délivrance de ce document, Alexandre Benalla a été licencié et mis en examen notamment pour « violences volontaires ». Pourtant, comme l’explique Mediapart, il fait toujours usage de ce document valable jusqu’au 19 septembre 2022 et qui porte la mention traditionnelle de ces passeports diplomatiques : « Nous, ministre des Affaires étrangères, requérons les autorités civiles et militaires de la République française et prions les autorités des pays amis et alliés de laisser passer librement le titulaire du présent passeport et de lui donner aide et protection ». Et Mediapart de préciser que « ce document est réservé aux diplomates de carrière et, par extension, à certains membres de cabinet dont les fonctions ont une dimension diplomatique […] ou parce qu’ils ont certaines missions particulières, relevant du domaine réservé de l’État ».

Cet après-midi, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères a expliqué que le Quai d’Orsay avait réclamé fin juillet la restitution des deux passeports diplomatiques attribués à Alexandre Benalla dans le cadre de ses fonctions à l’Élysée. « Toute utilisation depuis lors de ces passeports aurait été faite en dépit des engagements pris par l’intéressé. À la vue des informations de presse tendant à indiquer que M. Benalla aurait continué à utiliser ces documents, le ministère […] examine les suites à donner, y compris judiciaires ».

 

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Mathilde Panot convoquée suite à une plainte pour apologie du terrorisme

La présidente du groupe La France Insoumise (LFI) à l’Assemblée nationale, Mathilde Panot, est convoquée par la police dans le cadre d’une enquête ouverte pour « apologie du terrorisme », suite à un communiqué publié le jour de l’attaque du Hamas contre Israël, le 7 octobre.
Cette convocation, qui fait suite à des plaintes d’associations anti-antisémitisme et du ministère de l’Intérieur, constitue pour Jean-Luc Mélenchon un « événement sans précédent ».

Kendji Girac est « tiré d’affaire »

Kendji Girac, connu pour son succès dans « The Voice » en 2014, a été sérieusement blessé par balle lundi dans des circonstances qui restent à éclaircir. Mardi, son manager a confirmé que le chanteur était « tiré d’affaire » et se remettait de ses blessures. L’incident, qui a eu lieu dans des conditions encore floues, fait l’objet d’une enquête pour tentative d’homicide volontaire, bien que le tir pourrait avoir été accidentel, selon les premières déclarations de l’artiste.

La blessure par balle de Kendji Girac serait due à « un accident domestique »

Le chanteur Kendji Girac, qui a été blessé par balle cette nuit à Biscarrosse (Landes), et dont le pronostic vital était initialement engagé, a vu son état s’améliorer après les soins qu’il a reçus à l’hôpital de Bordeaux. Après avoir été hospitalisé d’urgence à Bordeaux. Il est désormais conscient et capable de communiquer.