Revenir à la rubrique : Social

Nouvel épisode judiciaire pour les CUI de Saint-Louis

L'affaire des Contrats unique d'insertion de Saint-Louis n'est pas encore close. Ce mardi, neuf mois après avoir obtenu gain de cause devant le Conseil des Prud'hommes de Saint-Pierre, les ex-employés ont rendez-vous devant la Cour d'Appel de Saint-Denis face à la municipalité du Sud. Laquelle avait fait appel du délibéré des Prud'hommes par le biais de Me Rémi Boniface.

Ecrit par Ludovic Robert – le lundi 20 septembre 2010 à 18H00

La soixantaine d’ex-CUI de la Caisse des écoles de Saint-Louis se souviendra longtemps de ce jeudi 3 décembre 2009 où ils avaient obtenu gain de cause devant le Conseil des Prud’hommes après de longs mois de procédure et de reports. A cette date, chaque ex-employé avait vu son contrat être re-qualifié en CDI, sans réintégration, et avait obtenu près de 15.000 euros au titre des dommages et intérêts et des indemnités de licenciement. Une double décision qui avait qui avait été contestée, dans la foulée, par la commune de Saint-Louis et qui avait valu un appel par le biais de Me Rémi Boniface.

L’exécution provisoire suspendue par le 1er Président de la Cour d’Appel

Défendus par le Syndicat autonome de la fonction publique territoriale (SAFPTR) et Me Anne-Sophie Adam de Villiers, les anciens CUI vont devoir renouer avec les plaidoiries ce mardi après-midi à Saint-Denis. Un nouveau rendez-vous judiciaire qui est loin de faire l’unanimité dans les rangs des plaignants. En effet, le Conseil des Prud’hommes avait acté le principe d’une « exécution provisoire » concernant le délibéré du 3 décembre 2009. Entendez, l’application immédiate de la décision de justice sans pour autant attendre la fin des délais de recours.

De son côté, l’avocat de la défense de la commune de Saint-Louis, Me Boniface, avait lancé une procédure exceptionnelle auprès du Premier Président de la Cour d’Appel de l’époque, Jean-François Gabin, pour une suspension de ladite « exécution provisoire ». Cause avancée par la défense et retenue par le magistrat de l’époque, l’absence d’argent dans les caisses de la commune (Voir la copie des motifs retenus pour la suspension ci dessous). L’exécution provisoire avait ainsi été suspendue en mars dernier. Le 11 mai 2010, une nouvelle audience aurait dû se dérouler. Cela n’a jamais été le cas.

Chose étonnante, jamais une collectivité publique n’aurait été admise à demander la suspension de l’exécution provisoire en raison de ses difficultés financières. Résultat, aucune indemnité pour la soixantaine d’ex CUI de Saint-Louis, mais une attente supplémentaire après les trois reports consécutifs devant les Prud’hommes de Saint-Pierre entre juillet et novembre 2009.
En réponse, les membres du SAFPTR avait la possibilité d’effectuer un recours devant le 1er président de la Cour de Cassation. Une hypothèse qui était restée lettre morte en raison d’un délai d’attente supplémentaire long de plusieurs années.

Ce mardi, c’est donc un nouvel épisode qui opposera la municipalité de Saint-Louis aux ex-Contrats unique d’insertion qui avaient été licenciés en début d’année 2008 suite à l’élection municipale de Claude Hoarau avant d’être réintégrés par décision du Tribunal administratif de Saint-Denis. Un réintégration qui avait précédé une nouvelle mise au chômage fin janvier 2009 (Voir l’article de Jismy Ramoudou « Saint-Louis : Des CUI alertent le sous-préfet du Sud).

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

Crise du BTP : Sans accord, « le préfet a dit qu’il viendra sur la route avec nous »

Les syndicats du BTP ont suspendu leur grève et vont participer à plusieurs réunions de travail tout au long de la semaine prochaine. Une nouvelle table ronde avec tous les acteurs du secteur est prévue vendredi prochain. Si un accord n’est pas trouvé, les manifestants reprendront leur mobilisation. « Le préfet a dit qu’il viendra sur la route avec nous », assure Johny Lagarrigue de la CFDT-BTP.

Crise du BTP : La grève est suspendue, des réunions de travail prévues la semaine prochaine

Les syndicats qui ont démarré mercredi un mouvement de grogne annoncent jeudi suspendre la grève. Une décision prise au sortir d’une réunion organisée à la CCIR avec le préfet, le Département et la Région, notamment. Les manifestants avaient organisé un barrage filtrant mercredi et avait bloqué le Barachois toute la journée de jeudi, provoquant de très importants embouteillages dans le chef-lieu et sur la Nouvelle Route du Littoral.

Manifestation du BTP : Barachois fermé

Une grève illimitée a été démarrée par les syndicats du BTP. Ils bloquent la circulation au niveau du Barachois et une déviation a été mise en place par le Boulevard Sud. Les acteurs du BTP réclament une mobilisation des pouvoirs publics pour sortir le secteur de la crise qui s’enlise. (Images : Pierre Marchal)

SPL Estival : L’intersyndicale prête « à remettre la machine en marche »

« La crise est toujours là ». Après la publication dans la presse locale du pré-rapport de la Chambre régionale des comptes, l’intersyndicale de la SPL Estival ne cache pas son désarroi face à une situation « qui perdure » au sein de la société, et ce malgré la fin du conflit social qui a paralysé la structure fin 2023.