Revenir à la rubrique : National

Nîmes : Un an ferme pour la mère qui frappait son fils et voulait lui montrer son sexe

Une mère de famille poursuivie ce mardi devant le tribunal correctionnel de Nîmes a été condamnée à 24 mois de prison, dont douze assortis d’un sursis probatoire de trois ans. Elle était poursuivie pour violence et pour corruption de mineur.

Ecrit par C.L – le dimanche 11 décembre 2022 à 16H19

C’est l’ancien compagnon de la maman, accompagné du petit garçon, qui a porté plainte et a expliqué que l’enfant était battu. Par la même occasion, il a confié aux enquêteurs qu’elle avait proposé à son fils de voir ses parties intimes, ce que des vidéos ont confirmé.

Notons que cette mère de famille avait deux enfants qui étaient confiés en famille d’accueil trois jours par semaine. Le reste du temps, ils vivaient chez leur mère.

Au tribunal, l’accusée a démenti avoir porté des coups sur son fils même si les médecins du CHU ont perçu la présence de multiples traces sur le corps du petit garçon. Elle a expliqué son attitude par la consommation de drogue et d’alcool, évoque Midi Libre. 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La main de la Russie derrière une fausse vidéo de menaces du Hamas ?

Une vidéo mettant en scène un faux combattant du Hamas menaçant la France a été largement diffusée sur les réseaux sociaux, révélant une nouvelle opération de déstabilisation attribuée à la Russie.
À deux jours de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques, la France renforce ses mesures de prévention, redoutant des actions hostiles.

Emmanuel Macron repousse tout remaniement à « la mi-août », après les Jeux Olympiques

Face aux pressions de la gauche pour nommer Lucie Castets comme Première ministre, Emmanuel Macron a déclaré qu’aucun changement gouvernemental n’aurait lieu avant « la mi-août », après les Jeux olympiques. « J’ai choisi la stabilité avec des ministres qui ont eu un engagement remarquable », a affirmé le président, ajoutant que « nous ne sommes pas en mesure actuellement de changer les choses ».