Revenir à la rubrique : Courrier des lecteurs

Momon papa lé là cherche musiciens

Un groupe de slameuses s’est créé au sein de l’association. Nous sommes à la recherche de musiciens pour les accompagner : accordéon, saxophone ou autres. Bénévolement ou contre défraiement à la prestation. Je vous adresserai bientôt quelques textes à titre d’information. Pour l’instant en voici un :   Tourne l’arbre marchant Au pas crissant du temps Du […]

Ecrit par jonathan – le mardi 07 octobre 2008 à 11H12

Aucune image à la une trouvée pour cet article.

Un groupe de slameuses s’est créé au sein de l’association.

Nous sommes à la recherche de musiciens pour les accompagner : accordéon, saxophone ou autres. Bénévolement ou contre défraiement à la prestation.

Je vous adresserai bientôt quelques textes à titre d’information.

Pour l’instant en voici un :

 

Tourne l’arbre marchant

Au pas crissant du temps

Du temps.

 

Au rond point de gravier délavé,

Impassibles passants défilant

Au pas crissant du temps

Ecoutez !

 

Ecoutez cette chouette

Clouée

Au battant de mon cœur.

 

Le passé à deux ennemis

Aujourd’hui et demain.

 

Impassibles passants défilant

Tourne l’arbre marchant

Au pas crissant du temps.

A la même heure, tous les jours,

Il est midi.

 

Tourne l’arbre marchant

Au pas crissant du temps.

 

Au battant de mon cœur

Quand le soir bleu arriva

Ils avaient mangés la poule noire.

 

Midi, tous les jours, la même heure.

 

Son sein laiteux traine

Jusqu’à son sexe épilé.

 

Ses pieds dans une flaque de lait.

 

Un bras pour celui qu’elle n’a plus.

 

Bouche de sans

Sans mots

Mots de sang

Bouche de sang.

 

Dans son cercle éclaté

L’enfant crie.

 

Un doigt pour la bouche

La bouche de celui qu’elle n’a plus.

Reste un œil

Un œil au sourcil brûlé.

 

Pour voir.

 

Voir ce qui n’est plus.

 

A midi, tous les jours, il est la même heure.

 

Tourne,

Tourne l’arbre marchant au pas crissant du temps.

Sur la grève de mes matins

Un S cargo sur les flots

Bave d’ivresse.

Souviens toi de son regard…

Pâle reflet de l’espoir.

A l’orée de mes matins,

A l’aube de mes levers,

S cargo bave.

L’image du reflet…

Espoir,

Etoile

Etoile de cendres tièdes.

Dans ses yeux,

Le pâle reflet de l’espoir

Noyé dans la brume,

La brume des larmes

Qui ne couleront pas.

 

Mes matins n’ont pas de visage.

 

Ton reflet, espoir

Est l’image des matins que je nomme.

 

A l’orée de mes nuits,

L’aube de ses doigts de lune

Cramponne sa jupe froissée.

 

A pas lents,

Tourne l’arbre marchant

Au pas crissant du temps.

Sur la grève de ce matin,

 

Ton espoir donne un nom à ma journée.

Il est l’image des matins que je nomme.

 

PssSSSSt !

 

Dans vos yeux, il ya d’autres regards

Que vous ne connaissez pas.

 

Avez-vous déjà vu
Le regard de vos yeux ?

 

Thèmes :
Message fin article

Avez-vous aimé cet article ?

Partagez-le sans tarder sur les réseaux sociaux, abonnez-vous à notre Newsletter,
et restez à l'affût de nos dernières actualités en nous suivant sur Google Actualités.

Pour accéder à nos articles en continu, voici notre flux RSS : https://www.zinfos974.com/feed
Une meilleure expérience de lecture !
nous suggérons l'utilisation de Feedly.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Dans la même rubrique

La paix dans les cœurs et le courage de l’esprit pour une extinction des foyers de tension.

Nous vivons dans un monde où les conflits et les tensions sont malheureusement monnaie courante. Des foyers de tension persistent dans de nombreuses régions, causant souffrances et désespoir aux populations concernées. Face à cette situation, il est plus que jamais nécessaire de faire appel à la paix dans les cœurs et au courage de l’esprit pour que nous puissions obtenir des actes tangibles dans la cessation de ces foyers de tension.